Accueil > Ecosystème IoT > Partenariat > De la reconnaissance faciale embarquée dans des lunettes connectées
lunette connectee reconnaissance faciale

De la reconnaissance faciale embarquée dans des lunettes connectées

Dans un communiqué diffusé lundi 10 juin, Vuzix, le constructeur américain de lunettes augmentées et connectées a annoncé un partenariat avec NNTC. L’entreprise basée à Dubaï conçoit iFalcon Face Control Mobile, un système de reconnaissance faciale intégré à des lunettes intelligentes.

L’utilisation des nouvelles technologies comme l’IoT, la réalité augmentée et la Computer Vision font grincer des dents les associations pour la protection des citoyens. Le projet de Vuzix et de NNTC risque de ne pas leur plaire.

Blade : les lunettes connectées de Vuzix alimente la solution de NNTC

Hier, le fabricant américain de lunettes de réalité augmentée connectées a partagé le fruit de son travail avec l’entreprise de Dubaï. NNTC a conçu un logiciel de reconnaissance faciale nommé iFalcon Face Control Mobile. Celui-ci se sert de la caméra embarquée dans les lunettes Vuzix pour détecter jusqu’à 15 visages par image en moins d’une seconde. La base de données associées peut contenir jusqu’à 1 million de personnes et la solution ne requiert pas de connexion au Cloud.

Pour cela, Vuzix utilise sa Blade Smart Glasses, une paire de lunettes connectées qui a reçu un innovation award au CES 2019. Vendu 950 euros HT, ce produit dispose d’une caméra embarquée de 8 millions de pixels et d’une connectivité Bluetooth et Wifi en plus de notifications haptiques. Ainsi, le wearable communique avec un ordinateur portatif. Ce Nuc à l’ allure de sacoche s’équipe d’un Intel Core i7 en charge de procéder à l’analyse des images en temps réel. L’appareil compare les vidéos en provenance de la paire de lunettes connectées avec la base de données afin d’identifier les individus suspects.

De la reconnaissance faciale pour aider les forces de l’ordre d’Abu Dhabi

Une fois l’identification faite, le porteur reçoit une alerte avec des informations supplémentaires. NTT et Vuzix considèrent que la solution de reconnaissance faciale est idéale pour les forces de l’ordre. Ils peuvent ainsi repérer discrètement des suspects , des contrevenants ou des personnes disparues.

Pour l’instant, elle est déployée dans plusieurs opérations de sécurité aux Émirats arabes unis. Vuzix a fourni 50 paires de lunettes connectées Blade et les NUC associés. En février, le ministère de l’intérieur avait essayé le système lors de l’Innovation Summit 2019 à Abu Dhabi. D’autres clients pourraient suivre rapidement. Paul Travers, CEO de Vuzix, s’est montré enthousiaste quant au déploiement de son offre de sécurité.

Une innovation sujette à controverse

Un tel système de reconnaissance faciale ne peut que soulever le débat. Même si l’appareil ne se base que sur la base de données, les utilisations controversées de la computer vision augmente la méfiance des citoyens. La technologie qui s’installe petit à petit dans les aéroports et les gares prend un nouveau tournant avec ces dispositifs mobiles. Certaines municipalités envisagent de suivre la décision de San Francisco. Pour rappel, il s’agit de la première grande ville américaine à bannir la reconnaissance faciale.

De son côté, la CNIL considère que ce traitement des données personnelles est “susceptible d’engendrer un risque élevé pour les droits et libertés des personnes concernées”. Selon l’autorité, “tout projet d’utilisation de cette technologie doit faire l’objet d’une analyse d’impact relative à la protection des données (AIPD)” en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend