in

Singapour teste des robots autonomes pour repérer les comportements « indésirables »

robots autonomes
Advertisement

Singapour teste depuis trois semaines une paire de robots autonomes qui patrouillent dans les rues pour repérer les « comportements sociaux indésirables ». Des comportements comme fumer dans les zones interdites ou enfreindre les règles de rassemblement du COVID-19.

Les deux robots, connus sous le nom de Xavier, sont équipés de caméras qui peuvent fournir des images à 360 degrés. Ils disposent aussi de capteurs qui leur permettent de naviguer dans le public. Dispositifs leurs permettant également d’analyser les violations potentielles de la sécurité publique.

Selon un communiqué de presse de la Home Team Science and Technology Agency, si Xavier détecte un comportement indésirable, il alerte un centre de contrôle des agents publics. Les agents peuvent ainsi réagir en personne ou à distance via le tableau de bord interactif du robot. Cinq agences gouvernementales singapouriennes participent aux essais de Xavier.

« Le déploiement de robots terrestres contribuera à augmenter nos ressources de surveillance et d’application de la loi », a déclaré Lilly Ling, directrice du bureau régional de l’Est de l’agence alimentaire de Singapour, dans un communiqué de presse. L’adoption de la technologie robotique servira à améliorer ces opérations. Ce qui permet en effet de réduire la nécessité pour nos agents d’effectuer des patrouilles physiques.

Cinq types de comportements cibles

HTX a indiqué dans son communiqué de presse que les robots autonomes rechercheront spécifiquement cinq comportements pendant les trois semaines d’essai. Un essai qui se fait actuellement à Toa Payoh Central, un quartier résidentiel très fréquenté. Ces comportements sont les suivants

  • Fumer dans des zones interdites
  • Colportage illégal
  • les bicyclettes mal garées
  • Groupes de plus de cinq personnes en violation des règles de sécurité du COVID-19.
  • Motos et autres engins de transport motorisés sur les chemins piétonniers.

Il s’agit de la deuxième tentative de Singapour pour faire appliquer des politiques sociales à l’aide d’une surveillance robotique. En mai 2020, le gouvernement a lancé des chiens-robots, créés par la société Boston Dynamics, basée au Massachusetts. Des chiens censés patrouiller dans les parcs publics et maintenir une distance sociale. Grâce à leurs caméras et hautparleurs, ils pouvaient « aboyer » des rappels aux visiteurs du parc. Surtout ceux qui se trouvaient à moins d’un mètre les uns des autres.

advertisement

Robots autonomes : des alternatives pour les patrouilles en villes

Des alternatives policières robotisées ont également été introduites dans certaines villes américaines. Le département de police de New York a brièvement passé un contrat avec Boston Dynamics pour utiliser des chiens-robots dans la ville. Toutefois, le programme a été annulé à la suite d’un tollé général. Le département de police d’Honolulu a récemment commencé à utiliser les chiens pour patrouiller dans un village de toile. Huntington Park, en Californie, utilise également un robot pour surveiller les parcs publics.

« Ces robots risquent d’accroître la militarisation des services de police et d’en faire un usage inacceptable », a déclaré Jongwook Kim, directeur juridique de l’American Civil Liberties Union of Hawaii.

Tony Teo, directeur du groupe des opérations de santé publique environnementale à l’Agence nationale pour l’environnement de Singapour, a déclaré dans le communiqué qu’il considérait les robots Xavier comme un outil de service public.

« L’essai du robot Xavier marque une étape importante dans notre démarche. Une démarche continue visant notamment à exploiter la technologie pour transformer notre mode de fonctionnement. La technologie qui peut aussi améliorer la prestation de services », a déclaré M. Teo. Nous sommes impatients d’explorer comment les capacités de la plateforme robotique peuvent augmenter nos opérations au sol pour les infractions de santé publique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *