Accueil > Tech > Sécurité > Satellites IoT : une menace plane sur la cybersécurité mondiale
satellites iot cybersécurité

Satellites IoT : une menace plane sur la cybersécurité mondiale

Les satellites IoT sont porteurs de nombreuses promesses, et pourraient notamment offrir une meilleure connectivité pour l’internet des objets même dans les zones les plus reculées. Cependant, plusieurs experts craignent qu’ils représentent aussi une nouvelle menace pour la cybersécurité…

En 1957, l’humanité lançait son premier satellite en orbite de la planète Terre : Sputnik 1. Depuis lors, le GPS (Global Positioning System ou système mondial de positionnement) est largement utilisé dans nos sociétés modernes. Ce système permet de guider les bateaux et les camions de transport, de suivre les armes  » intelligentes « , et est aujourd’hui exploité par des millions de particuliers pour s’orienter en voiture ou même à pied via des applications mobiles telles que Google Maps.

Le GPS repose sur une quantité modérée de satellites, situés en orbite terrestre moyenne à environ 20200 kilomètres. Cependant, depuis maintenant plusieurs années, le nombre de satellites en orbite basse de la planète se multiplie. Par exemple, CubeSat flotte en orbite basse à une distance comprise entre environ 177 et 2000 kilomètres.

La prolifération des satellites est liée à la baisse du coût de ces dispositifs, mais aussi à l’apparition de nouveaux cas d’usage. L’internet des objets, notamment, offre un intérêt nouveau à ces engins. De nombreuses entreprises et startups se spécialisent dans le déploiement de satellites visant à fournir une meilleure connectivité pour les appareils IoT.

L’objectif est notamment d’offrir une connectivité dans les zones et régions n’étant pas desservies par les réseaux cellulaires ou autres réseaux sur lesquels repose habituellement l’internet des objets. En effet, il subsiste de nombreux endroits dépourvus de couverture réseau. C’est le cas des lieux reculés les moins peuplés, ou ceux dans lesquels il est difficile d’apporter ou de déployer une infrastructure.

Les satellites IoT risquent de devenir une cible de choix pour les cybercriminels

Les satellites peuvent donc venir compléter les réseaux traditionnels pour améliorer la couverture mondiale. Ils peuvent aussi faire office de solution de backup pour les applications nécessitant une résilience à toute épreuve. Parmi les acteurs de ce nouveau marché, on peut citer Else, CLS, Fleet Space, Iridium qui a passé un accord avec AWS, ou encore le Français Eutelsat qui s’est associé avec Sigfox.

Or, selon Andrew Howard, CEO de Kudelski Security, cette profusion de satellites bon marché  » risque de créer de réels problèmes de sécurité « . Selon lui, il est probable que les cybercriminels décident de tirer profit de cette surface d’attaque croissante. L’expert redoute notamment que ces astres artificiels soient détournés à des fins d’espionnage ou de vol de données. Il est indispensable que les entreprises qui déploient ces satellites s’assurent que le contrôle des engins et les transmissions de données ne soient pas sujets aux interférences.

Par le passé, plusieurs autres spécialistes ont tiré la sonnette d’alarme concernant les risques liés aux satellites. Trend Micro estime que ces dispositifs souffrent des mêmes vulnérabilités que les systèmes de contrôle industriel en réseau et que les autres appareils IoT. De même, en juillet 2019, l’OTAN a publié un article pointant l’importance d’enquêter minutieusement sur les vulnérabilités des satellites pour ses opérations…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *