La SmartCity, des enjeux différents selon les pays

La SmartCity est au cœur de nombreux questionnements de la part des acteurs actuels et futurs de l’IoT. Dans sa capacité d’interconnexion entre les écosystèmes, mais également dans sa diversité et ses besoins étudiés en fonction des territoires géographiques et des populations.

Des attentes différentes selon les pays

Lorsqu’on se représente la ville intelligente, on s’imagine une ville connectée, avec des bornes NFC à tous les coins de rues, des notifications Push sur son smartphone concernant le trafic ou des beacons dans les magasins et lieux culturels (ou encore Place Tips de Facebook). Pourquoi pas, mais cette attente technologique n’est aujourd’hui ciblée que vers les pays occidentaux, riches, et déjà hyperconnectés.

En effet, une ville intelligente doit certes utiliser les nouvelles technologies, mais doit avant tout répondre aux attentes de ses citoyens. On comprend alors que selon le pays, les besoins ne seront pas les mêmes. Dans les pays en voie de développement, les smartphones sont moins omniprésents que dans nos grandes capitales, ce qui limite l’accès à ces technologies. Mais les technologies réellement nécessaires sont aussi les plus urgentes pour améliorer la qualité de vie des populations.


Profitez de 2 To à vie de stockage en ligne avec pCloud


Mexico, ville connectée

Thales
Marko Erman, Thales

Marko Erman, Vice-Président du secteur Recherche et Technologie de Thales, rappelle que le groupe français a mis en place une des plus importantes solutions de sécurité au monde à Mexico. Cette agglomération de plus de 22 millions d’habitants est la 3ème plus grande mégalopole du monde, le taux de criminalité et de corruption y est très élevé. En partenariat avec l’opérateur de télécommunication Telmex, les Français traitent les informations recueillies par plus de 8000 caméras, des capteurs de détection de coups de feu, des caméras à reconnaissance automatique d’immatriculation, des drones de surveillance… Grâce à ces mesures, le délai moyen d’intervention des forces de l’ordre a été divisé par trois, les actes de délinquance dans le métro ont diminué de 80%, les vols de voitures de 8%, et la criminalité à chuté de 35% dans certains quartiers auparavant délaissés.

Des solutions à nos problèmes

Chez nous, les besoins sont complètement différents. En  effet, quel parisien ne s’est jamais retrouvé entassé dans le métro ou bloqué deux heures sur le périphérique ? Pour pallier à ces problèmes, des solutions ont déjà été envisagées. Par exemple, en équipant les rues de compteurs de voitures grâce à la technologie NFC, les automobilistes pourraient recevoir en temps réel sur leur smartphone des indications sur le trafic et des itinéraires suggérés. Idem avec un compteur de personnes, on pourrait ainsi désengorger certaines rues bondés ou éviter la queue dans les magasins. Dans les transports en commun on pourrait acheter et valider son ticket directement avec son smartphone. Selon notre encombrement ou notre mobilité (béquilles, fauteuil roulant, poussette…) on pourrait choisir un itinéraire adéquat.

La sécurité dans les DOM-TOMs

Mais comme l’a souligné Gaël Musquet, originaire des Antilles et Président d’OpenStreetMap (projet ayant pour but de constituer une base de données géographiques libre du Monde), la France ne se limite pas à sa métropole. Or, dans les Caraïbes, le risque de catastrophes naturelles est beaucoup plus grand. Pourtant on n’y trouve aucun système d’alarme digne de ce nom.

Gaël Musquet
Gaël Musquet, Président d’OpenStreetMap

Grâce aux objets connectés il serait possible d’installer un système d’alerte en cas de tsunami, qui alerterai les personnes présentes dans les zones à risques. On peut imaginer des alertes sur smartphones, mais aussi de vrais alertes sonores dans les rues. De plus, un itinéraire sûr pourrait être suggéré aux habitants sur leur appareils mobiles afin qu’ils quittent le plus rapidement possible les lieux menacés.

En bref, la ville de demain, en France, et dans les pays riches, sera sûrement une SmartCity, mais de nombreuses avancées techniques et technologiques, ainsi que d’énormes efforts et investissements devront être faits dans le sens des villes des pays en voie de développement, car, à quoi sert la technologique, si elle ne profite qu’à ceux qui n’en ont pas besoin ?

Image en Une : The World, Dubaï, Archipel d’îles artificielles en forme de planisphère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *