in

La virtualisation dans l’usine

Virtualisation en entreprise

La virtualisation a franchi ces dernières années des étapes de plus en plus importantes. Elle est devenue le modèle d’intégration et de gestion des systèmes à l’évolution la plus prometteuse. La virtualisation signifie également rationaliser l’utilisation d’un réseau, d’une ressource de stockage de données, d’un logiciel.

Le concept de virtualisation décrit une technologie qui s’abstrait du composant physique, le matériel. Souvent utilisé seulement partiellement dans les opérations quotidiennes, en utilisant un logiciel qui émule son fonctionnement. Ce qui rend le processus totalement transparent tant pour le système d’exploitation que pour l’utilisateur final. Il s’agit donc d’une stratégie qui garantit une grande flexibilité. Elle permet effectivement d’isoler des parties du matériel, en les dédiant spécifiquement à certaines fonctions et en éliminant effectivement la dépendance à une plate-forme spécifique. Une flexibilité qui a ensuite permis son extension aux contextes les plus divers.

L’avenir prometteur de la virtualisation des données

On estime que le marché mondial de la virtualisation des données avoisinera les 9,07 milliards de dollars en 2026, alors qu’en 2018, le marché américain tire la tendance de croissance mondiale avec 36,1 %, suivi des Européens avec une part de marché de 26,1. La région Asie-Pacifique connaîtra la croissance la plus importante dans la période estimée, avec + 24 % tirée par la croissance constante des consommateurs, des secteurs financiers, bancaires et informatiques avec la production toujours croissante de données. Dans cette région, la Chine, le Japon et l’Inde joueront le rôle principal.

La virtualisation : une solution pour chaque contexte

Entrons dans le détail des principaux types de virtualisation qui vont dans les directions les plus diverses. Des directions que l’on peut notamment résumer en 6 macro domaines :

  • Virtualisation des données : les systèmes de visualisation, de traitement, d’intégration et de collecte permettent de faire des sources de données un outil indispensable pour le développement de stratégies.
  • La virtualisation des serveurs : elle simplifie l’utilisation et facilite le partage des ressources du réseau entre utilisateurs non professionnels, sans perdre la possibilité d’étendre les fonctionnalités.
  • Virtualisation du stockage est le regroupement de plusieurs espaces disques en ce qui apparaît à l’utilisateur final comme un seul espace, à sa disposition.
  • La Virtualisation du réseau : la bande passante disponible est divisée en différents canaux, indépendants les uns des autres, de manière à pouvoir les attribuer à différents serveurs ou appareils. Ce qui réduit la complexité et de gestion du trafic.
  • Virtualisation du poste de travail est entrée dans la vie quotidienne avec la diffusion des stations bureautiques. Une solution qui garantit la disponibilité de logiciels toujours mis à jour et un niveau de sécurité informatique plus élevé.
  • Virtualisation des applications, que les utilisateurs utilisent désormais sur tout type de dispositif.

Virtualisation et IoT : une combinaison possible

Parmi les obstacles que la virtualisation a rencontrés sur son chemin de croissance exponentielle, il y a les objets connectés et l’IoT. Ils sont d’ailleurs essentiels pour la surveillance et le fonctionnement dans une perspective d’industrie 4.0. Et ce sont en effet les apps qui viennent à la rescousse du monde industriel. Elles permettent de multiplier les points de contact entre les contextes, au-delà des architectures et des services informatiques. La caractéristique de la virtualisation des applications permet d’opérer au-delà du système d’exploitation. Elle est précisément la clé pour faciliter le chemin d’intégration avec le monde des systèmes embarqués. Systèmes qui caractérisent les environnements de production.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.