Accueil > Business > Robotique > Walmart déploie 4 000 robots supplémentaires dans ses magasins
walmart robot

Walmart déploie 4 000 robots supplémentaires dans ses magasins

Dans un article de blog publié le 9 avril, Walmart annonce le déploiement de près de 4000 robots supplémentaires dans ses magasins américains. Une menace directe pour l’emploi ? Pas vraiment.

Walmart s’y connaît en robotique. La marque de grande distribution a déjà déployé plus des centaines de machines dans ses magasins.

Elle a annoncé mardi qu’elle allait ajouter un peu moins de 4 000 robots à sa flotte. Le message publié sur le blog de l’entreprise précise qu’il y aura 1500 nettoyeurs de sol autonomes, 300 scanners de produits robotisés, 1200 tapis roulants intelligents, et 900 Pickup tower, des tours de collecte automatisée.

Des robots pour nettoyer les sols

Les laveurs de sols seront présents dans 1860 magasins sur 4700 au total. Les scanners robotisés prendront place dans 350 boutiques. Les tapis seront déployés dans 1700 enseignes. Ils auront la tâche de trier les colis par zone d’expédition.

Encore une fois, Walmart affirme qu’il ne s’agit pas de remplacer les humains. La firme veut que ses employés se concentrent sur l’aide et la vente auprès de la clientèle. La société aurait également du mal à recruter de nouveaux salariés dans un pays où le taux de chômage est descendu sous la barre des 3.7 % en septembre 2018.

Dans un même temps, l’homologue américain de carrefour veut améliorer le phygital. Les clients passent de plus en plus par le Web pour réaliser leurs courses. Il faut donc imaginer de nouveaux services afin de fluidifier l’expérience entre la prise de commande et la réception. Walmart a investi 2 milliards de dollars pour revoir les modèles de ses magasins et accueillir des relais colis automatisés.

La transformation des métiers des employés de Walmart

Un autre phénomène pousse le souhait d’employer des robots. La maintenance des 178 000 mètres carrés de ses supermarchés coûte très cher. Elle devra tout de même payer la réparation des machines.

De leur côté, les défenseurs des droits des travailleurs craignent que l’automatisation de ces tâches cause des licenciements à l’avenir. Les petites enseignes seraient alors les premières touchées par ce phénomène. Michael Dastugue, le responsable des ressources humaines pour Walmart rétorque que cela ne modifierait que les horaires de travail et les tâches à accomplir. Cela entraînerait plus de flexibilité, en somme. Dans un même temps, ils expliquent que certains métiers vont “disparaître”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend