Accueil > Business > Les capteurs ne seraient pas prêts pour l’« Internet des Wearables »
wearables capteurs iot futur

Les capteurs ne seraient pas prêts pour l’« Internet des Wearables »

Le site d’information VentureBeat.com a publié un article sur l’Internet des Wearables. Selon eux, les capteurs dont on dispose aujourd’hui ne seraient pas encore assez performants pour un monde où chaque individu aurait des wearables installés sur la peau.

Aujourd’hui, votre objet connecté fétiche est le smartphone. Il est capable de vous guider, piloter des objets connectés et bien d’autres choses. Dans le futur, une grande partie d’entre nous pourrait être équipée de couches de silicones dissimulant des capteurs directement appliqués sur la peau ou dans les vêtements, et reliées à notre smartphone. 

Alimentés par la chaleur du corps, par panneaux solaires ou des chargeurs électromagnétiques, ces capteurs pourront récolter des données sur vous et sur l’environnement. Cette technologie sera certainement capable de capter la température extérieure, les activités que vous effectuez, le poids de votre sac et pourrait gentiment vous rappeler de vous tenir bien droit pour éviter les problèmes de dos. Toutefois, connecter votre corps à internet nécessite des technologies de capteurs incroyablement avancées.

wearables humain iot capteurs futur

Le prix des capteurs wearables encore trop élevé pour une commercialisation de masse

D’ici 5 ou 10 ans, le nombre de wearables présent dans le monde est promis à une croissance incroyable. On parle environ de 50 à 500 milliards d’objets connectés d’ici 2020-2025. Les sociétés qui annoncent de telles performances sont encore loin du compte, car les capteurs ne sont pas assez performants pour la plupart, assez petits et assez bon marché pour en faire une réalité.

Niveau prix, les capteurs ont baissé d’environ 200 fois au cours des deux dernières décennies. De plus, ils coûtent un dixième du prix d’il y a environ 4 ans, tout en intégrant de meilleures performances. La plupart des capteurs mesuraient environ 6 ou 7 centimètres et coûtaient 25 $ tandis qu’aujourd’hui, ils coûtent 10 cents et sont tout petits.

Très puissants, ils suffisent donc largement à connecter des objets comme les smartwatchs et autres compteurs intelligents, mais sont encore loin de pouvoir traiter la multitude de données dans un monde où tout serait connecté.

Les plus performants d’entre eux sont encore très chers et ne fourniraient pas des informations fiables. Par exemple, les capteurs de géo-localisation implantés dans les smartphones coûtent 90 cents et non 10, une différence considérable pour une production de masse. Ces capteurs grand public vous enverraient des notifications sur votre smartphone lorsque vous passerez à côté d’un magasin de vêtement correspondant à votre style et dans votre budget.

Les capteurs médicaux sont également encore à développer. On imagine que certains capteurs microscopiques dissimulés dans votre estomac pourraient analyser votre état de santé en temps réel. On peut donc affirmer que ce genre de capteurs très performants existe déjà, mais son prix doit baisser au moins jusqu’à 10 cents pour que l’Internet des Wearables puisse être accessible à tous

wearables lentille capteur face monde connecté

Seule l’innovation technologique fera baisser les prix

Il est compliqué de faire baisser le prix des capteurs, car cela nécessite évidemment une innovation technologique. Ce n’est pas en les faisant produire dans un autre pays pour réduire les coûts de la main d’oeuvre qu’ils perdront de la valeur.

Pour innover dans ce domaine, il faut employer les meilleurs ingénieurs mondiaux en leur proposant des salaires motivants. De plus, il existe des capteurs chimiques, physiques et médicaux, utilisant tous une technologie différente et pouvant chacun mettre des décennies à se développer afin de se connecter entre eux et vers un large public

Il est vrai que de nombreux scientifiques ont déjà mis au point des solutions permettant de réaliser des prouesses en terme de connectivité et d’économie d’énergie. Par exemple, des chercheurs du MIT ont déjà mis au point des cellules solaires minuscules pour récupérer l’énergie et augmenter considérablement l’autonomie des wearables. Ce genre de solution pourrait être la clé de l’émergence d’un monde connecté. La baisse du prix des capteurs les plus performants serait également un grand pas vers l’avenir.

Une chose est sûre, le capteur sera la principale technologie pour vivre dans un monde où tout sera connecté. Avant de vivre au coeur d’un film de science-fiction, il faudra d’abord faire évoluer les technologies. Au-delà de l’aspect financier, elles posent des problèmes d’éthique, un frein à l’adoption  de ces dispositifs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend