in ,

Yamaha entre dans la course à l’Internet des Objets

yamaha iot

Yamaha, une entreprise historique étendue dans différents domaines, se lance enfin dans l’Internet des Objets. Malgré quelques années de retard par rapport aux concurrents, Yamaha a eu le temps d’étudier le marché.

L’entreprise japonaise Yamaha a lancé sa première plateforme, baptisée Advanced Robotics Automation. Ce système permet de connecter des dispositifs IoT et autres périphériques ensemble.

La plateforme a pour principale utilité de réduire le coût des lignes de production automatisées et fournir davantage de compatibilité entre les produits IoT, selon Yamaha.

Un contrôleur intégré est compatible avec 92 modèles et 202 variantes individuelles, y compris les robots et les contrôleurs SCARA. Ces capacités sont d’une valeur très précieuse dans un marché de fragmentation et d’incompatibilité.

Ajouter un contrôleur intégré supprime le besoin de mettre des contrôleurs dans chaque robot ou périphérique. Cela réduit ainsi considérablement le temps qu’une entreprise prend pour mettre en place un système IoT. Le contrôleur permet également de réduire la quantité d’espace requis.

yamaha-624x330-490x200

L’IoT, le nouveau terrain de jeu de Yamaha

L’IoT est encore un marché fragmenté, où un appareil ne peut pas fonctionner avec un autre, et où chacun d’entre eux ne peut fonctionner avec une seule application ou plateforme.

Yamaha essaye de corriger cela en ajoutant un contrôleur pris en charge par des milliers de périphériques, mais qui ne sera toujours pas suffisant pour les grands développements industriels qui utilisent des milliers de périphériques.

Cela dit, le société explore de nouveaux terrains avec une forte liste d’appareils compatibles. Elle est ainsi en mesure de prendre de l’avance sur de nombreuses entreprises ayant pour projet de démarrer leurs opérations IoT dans les prochaines années.

Yamaha n’est pas l’une des entreprises les plus avancées dans l’IoT, mais elle a commencé à s’implanter sur le marché de façon constante au cours des derniers mois, propulsé par sa performante division en robotique et en électronique.

One Comment

Laissez une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.