in

Où en est la 5G en France ?

5G France

En France, le déploiement du réseau 5G a commencé à la fin de l’année 2020 et se poursuit dans la métropole. Désormais, les 4 opérateurs majeurs (Free Mobile, Orange, Bouygues Telecom et SFR) rivalisent dans le secteur du très haut débit mobile.

La durée de la mise en place de la 5G en France va s’étendre jusqu’en 2030. Il faut savoir que les opérateurs n’activent pas leur réseau 5G tous en même temps et aux mêmes endroits. Par conséquent, il est difficile de savoir quelles villes bénéficient d’une couverture 5G ni de connaître les opérateurs qui la proposent. Pour savoir comment le réseau 5G se déploie en France, lisez la suite de ce dossier.

5G en France : les débuts de son déploiement 

Dans le monde entier, l’installation à grande échelle de la 5G fait déjà parler d’elle. De nombreux internautes se demandent où en est précisément ce déploiement en France. En fait, la France a lancé le 18 novembre 2020 le coup d’envoi de la 5G. Cette date marque le début de la course vers ce réseau mobile 

L’Arcep, connu sous le nom d’Autorité de régulation des télécoms, a encadré la mise en place du réseau 5G en définissant un certain nombre de règles. À savoir que les opérateurs doivent atteindre des objectifs en termes de couverture respectant des délais de transition.

Par ailleurs, ils peuvent décider eux-mêmes les villes dans lesquelles ils comptent déployer la 5G en premier. Ils sont également libres de déterminer à quel moment le faire. En outre, ces opérateurs ont la possibilité de définir les fréquences utilisées dans chaque ville. Or, le choix de ces fréquences est un facteur prépondérant pour assurer la bonne qualité du réseau 5G. C’est pour cette raison que les débits et les couvertures 5G varient d’une commune à l’autre.

Performances de la 5G comparées à la 4G

Les bandes passantes utilisées pour la 5G permettent des vitesses de transmission nettement plus élevées. De plus, ce réseau exploite des antennes intelligentes telles que les MIMO massifs, les microcellules, pour améliorer sa connectivité. Ces antennes intelligentes orientent les signaux 5G vers les périphériques en ayant besoin. Par conséquent, un plus grand nombre d’utilisateurs peut désormais accéder aux services du réseau 5G simultanément, sans pour autant perdre la qualité de la connexion.

Chiffres clés sur la mise en œuvre de la 5G

Le taux de couverture 5G en France en utilisant la bande 3,5 GHz ne dépasse pas les 10 %. De plus, le nombre d’antennes relais ayant migré vers cette bande est seulement de 8 %.

D’ici les six premiers mois de 2022, deux millions de Français vont pouvoir basculer vers le haut débit 5G. En effet, 24 % des internautes disposent d’un smartphone équipé de cette norme.

5G en France : les opérateurs mobiles participant au déploiement

Les quatre grands opérateurs français se sont engagés dans la démarche visant à attribuer les fréquences du réseau 5G menées par l’Arcep. Il s’agit notamment de SFR, Bouygues Telecom, Orange et Free. Durant ce processus, ils ont acheté des séquences à 3, 5 GHz. 

Le premier à avoir procédé à cet achat a été SFR. En fait, le 24 novembre 2020, il a procédé au déploiement de son réseau 5G. Cet opérateur a ensuite été suivi plus tard par Bouygues Telecom et Orange, respectivement le 1er et le 3 décembre de la même année. C’est le 15 décembre que Free a mis en service son réseau 5G.

Ces différentes dates montrent en effet que chaque opérateur mobile dispose de sa propre stratégie pour déployer la 5G de manière progressive. Pour autant, ils se doivent tous de respecter les délais fixés par l’Arcep. En fait, d’ici 2025, la 5G doit couvrir intégralement les agglomérations et les zones économiques, à savoir 2/3 des habitants. Quant au but ultime, il consiste à bénéficier de 100 % de la 5G en 2030.

Ce constat ne signifie pas pour autant que le reste des opérateurs ne sont pas autorisés à commercialiser des offres 5G. Au contraire, « la réception des MVNO dans le domaine de la 5G » figure parmi les obligations posées aux quatre opérateurs.

5G en France : les obligations des opérateurs 

Comme indiqué plus haut, les opérateurs de téléphonie mobile sont tenus de respecter les exigences fixées par l’Arcep, instaurées conjointement avec le gouvernement. 

Principales modalités

La portée du réseau 5G en France va se généraliser pendant la première période de mise en œuvre, jusqu’en 2023. Ce déploiement se fait en exploitant le parc d’infrastructures 4G des opérateurs téléphoniques.

Le gouvernement a défini le premier « grand » objectif qui concerne la « couverture cellulaire de qualité » au bénéfice des Français. Pour bien assimiler les spécifications demandées aux opérateurs, il convient de se pencher sur les conditions de distribution du spectre 5G. Pour 2020 :

  • l’Arcep a en fait exigé de chaque opérateur qu’il ait équipé « au moins deux villes en 5G ». 
  • ces opérateurs sont tenus de mettre en place des sites de 3 000 au minimum tandis qu’en 2024, ce chiffre doit passer à 8 000 et pour 2025, il faut atteindre 10 500. 

En outre, à compter de 2024, de nouvelles antennes de petite taille vont être cachées à l’intérieur des bâtiments pour assurer la continuité de cette opération. De plus, la 5G va se servir des bandes passantes équipant déjà certains réseaux cellulaires telles que les bandes 2100 Mhz et 700 Mhz ainsi que les nouvelles fréquences 26 GHz et 3,5 GHz

Exigences sur les bandes de fréquences

  • En 2022, les débits devront atteindre 240 Mb/s répartis dans 75 % des sites,
  • La mise en place d’une couverture routière : les autoroutes en 2025 et les axes principaux en 2027,
  • Des offres différenciées avec des utilisations innovantes liées, l’automobile, la santé, à l’industrie ou les médias.

Par ailleurs, l’Arcep spécifie que lors de ces 2 dernières étapes, « 25 % des emplacements doivent être installés dans un secteur incluant des communes à faible trafic. Il en va de même pour les zones industrielles situées en périphérie des grandes villes ». 

À noter que l’Arcep a fixé deux échéances intermédiaires pour 2023 et 2028. Sans compter qu’en cas d’échec, les opérateurs risquent de subir une mise en demeure, voire la suspension de la licence 5G. 

5G en France : les villes dans lesquelles elle est disponible

Une carte des couvertures des réseaux mobiles a été publiée en ligne par tous les opérateurs. Voici un aperçu du déploiement de la 5G par opérateur.

SFR 

SFR a été le premier opérateur à avoir lancé le réseau 5G. Tout comme ses confrères, ce groupe s’est également bien préparé à ce lancement. En effet, au début de l’année 2019, SFR a collaboré avec la SNCF dans le cadre d’un projet pilote à Nantes. Cette opération a pour but de tester les capacités de débit tout en évaluant les gains et impacts de la technologie 5G au niveau des infrastructures ferroviaires. Toulouse constitue la deuxième ville qui a été choisie pour d’autres essais.

Par ailleurs, SFR a rapidement fait parler de lui en mettant au point une première connectivité 5G sur une bande de fréquence 3,5 GHZ. Il a également activé cette norme sur le Campus Altice à Paris pour permettre la diffusion simultanée de plusieurs programmes vidéo de qualité très élevée. Le 20 novembre 2020, SFR a été enfin le premier à déclencher officiellement la 5G à Nice. À l’heure actuelle, il couvre près de 500 communes avec la 5G, surtout dans les zones urbaines importantes.

Bouygues Telecom

Pour sa part, Bouygues Telecom avait déjà engagé en juillet 2018 une expérimentation 5G à Bordeaux. Il se présente comme le premier opérateur en France à inaugurer en conditions réelles le réseau 5G. En outre, il ne semble pas se laisser devancer par les acteurs de la concurrence. Pour preuve, depuis janvier 2019, il a réalisé en partenariat avec Ericsson la toute première liaison 5G avec la ville de Lyon. 

Par ailleurs, Bouygues a principalement travaillé aux côtés de Huawei pour développer le marché de la 5G sur le territoire français. Cependant, à cause de certains soupçons liés à l’espionnage, les autorités françaises ont suspendu les autorisations de matériels fournis par Huawei jusqu’en 2028. Malgré cela, Bouygues Telecom a réussi à activer son offre 5G auprès de 1 300 municipalités, incluant 28 métropoles comptant 100 000 habitants. 

Orange

Dans son rapport établi en mars 2017, l’ARCEP avait annoncé le partenariat entre Nokia et Orange visant à déployer en France des essais de réseaux 5G. Lille, Paris, Nantes et Marseille constituent les 4 agglomérations qu’Orange a désignées pour réaliser les tout premiers bancs d’essai 5G. Ce projet comptait 200 testeurs regroupant des professionnels et particuliers. Par ailleurs, Orange a également collaboré avec Ericsson pour des tests sur les véhicules connectés et sur l’IoT.

À ce jour, l’opérateur a déjà couvert environ 400 communes avec son réseau 5G. Selon Orange, la couverture 5G est considérée comme totale dès lors que 80% des habitants y ont accès. 

Free 

Contrairement à ses homologues, Free a peu communiqué au sujet du projet 5G. Bien qu’il soit le dernier à avoir annoncé sa participation à son déploiement en France, il a fait savoir qu’il comptait la majorité des sites 5G en service. En effet, il dispose de 10 239 sites 700 MHz et 3,5 GHz en métropole.

5G en France : ses avantages

La 5G permet la mise en œuvre et le développement de multiples technologies. Elle offre la possibilité de concrétiser et de rationaliser un grand nombre de solutions technologiques innovantes, telles que l’IoT, la réalité virtuelle ou les véhicules autonomes.

Par ailleurs, le temps de latence réduit constitue un élément clé parmi cet afflux de possibilités. Pour les besoins des voitures autonomes, le temps de réponse et la vitesse de transmission des données doivent être quasi instantanés. La 5G offre cette possibilité. Grâce à ce progrès, il est possible de prédire le futur, pas si lointain, où il sera possible de visionner un film tout en laissant au véhicule le contrôle du trajet

L’IoT ainsi que la domotique tirent profit de cette évolution favorable du réseau 5G. En effet, les capacités accrues et la densité de cette norme offrent la possibilité de disposer d’objets connectés encore plus performants. Par exemple, des sneakers établissant en temps réel les statistiques nécessaires à la réalisation des activités. Une gamme de dispositifs qui va d’un simple réfrigérateur jusqu’à un métro peut désormais être surveillée en continu. 

Cette tendance permet ainsi d’anticiper les dysfonctionnements et les réparations possibles avant même que ces appareils ne tombent en panne. De même, le fait de systématiser les détecteurs de mouvement favorise la réduction de la consommation énergétique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.