Accueil > Entreprises > Amazon > Amazon Go : le premier magasin ouvre enfin ses portes au grand public
Amazon Go iot europe

Amazon Go : le premier magasin ouvre enfin ses portes au grand public

Le géant du e-commerce a ouvert au public sa première enseigne Amazon Go à Seattle. Après un an de test en interne, les habitants de la ville de la côte Est peuvent maintenant acheter des denrées alimentaires sans faire la queue.

Le 5 décembre 2016, Amazon avait ouvert sa première épicerie Amazon Go. Situé à proximité du siège dans la ville de Seattle, les employés de la firme ont pu tester pendant plus d’un an ce magasin dans lequel faire les courses ne nécessite pas de faire la queue à la caisse. Ce magasin d’un nouveau genre intègre des technologies comme la computer vision dans une centaine de caméras connectées, des capteurs de présence, et une application reliée au compte Amazon du client.

La firme de Jeff Bezos a annoncé ce 22 janvier l’ouverture au grand public de ce magasin Amazon Go situé à Seattle. Ici, pas de caissières, mais deux vigiles qui veillent à la sécurité et empêchent le vol, des conseillers de vente et des employés assignés au réassort des marchandises. Il faut dire que les portiques placés à l’entrée de ce premier Amazon Go demande de passer le QR code de l’application smartphone pour s’ouvrir. Il s’agit finalement d’une supérette à l’américaine bardée de technologies.

Amazon Go : un concept store qui demande l’approbation de la clientèle

Après cinq ans de développement et des difficultés à paramétrer les algorithmes de machine learning, Amazon Go a maintenant les moyens de démontrer le bien-fondé de son magasin – service. Elle a appliqué le modèle itératif pour prouver aux géants de la distribution physique qu’elle était capable de prendre une place de choix avec un modèle technologique novateur.

Pour l’instant, il ne s’agit pas de concurrencer des acteurs comme Walmart ou Best Buy (à cause de limitations techniques), mais plutôt les petites enseignes de distribution à l’instar des nombreux 7 Eleven et des CVS installés dans les centres-ville américains. Amazon pourrait très bien équiper avec sa plateforme technologique les magasins de la chaîne Whole Food qu’elle a récemment rachetée ou bien la proposer sous le modèle de licence à ses concurrents. Si Amazon Go doit arriver en Europe prochainement, les responsables du projet préfèrent se concentrer sur la réussite de la première enseigne avant de conquérir de nouveaux territoires physiques.

Une possible exportation du concept en Europe

Des enregistrements similaires sont en cours à l’European Union’s Intellectual Property Office. Amazon a testé un supermarché sans caisse appelé Amazon Go dans le centre-ville de Seattle en décembre 2016. Ouvert uniquement au personnel de la société à ce stade, Amazon Go permet aux clients de prendre de la nourriture directement dans les rayons et repartir, sans jamais avoir à faire la queue à une caisse.

Des problèmes techniques réglés chez Amazon Go

Amazon a pris l’initiative de disrupter le marché de l’épicerie. La société a d’ailleurs ouvert deux épiceries à Seattle, pour l’instant réservées au personnel car des problèmes techniques persistent. Des tests ont montré qu’Amazon avait des difficultés à tenir des promesses en cas d’affluence. Le dispositif ne serait pas capable de suivre si plus de 20 clients se retrouvaient simultanément en magasin. La société a également prévu de travailler sur un supermarché hybride permettant aux consommateurs de faire des achats en ligne ou en magasin.

Le marché américain de l’épicerie est un marché très convoité par les e-retailers. On estime qu’il vaut près de 800 milliards de dollars, la plupart des consommateurs dépensant environ 107 dollars en épicerie par semaine en y faisant en moyenne 1,6 voyage par semaine, selon le Food Marketing Institute.

Un magasin truffé de capteurs pour suivre le parcours client

Le but d’Amazon Go est de créer une expérience de shopping « phygital », c’est à dire entre le physique et le digital. Au lieu d’attendre aux caisses pour payer, les clients posent simplement leur téléphone portable sur un portique lorsqu’ils entrent dans un magasin. Cela permet de se connecter directement au réseau du magasin puis à leur compte Amazon, pour payer, depuis une application.

Le système d’Amazon Go utilise le machine-learning, des capteurs et l’intelligence artificielle pour suivre les articles que les clients prennent, ensuite ajoutés au panier virtuel de leur application. S’ils retiennent un article puis décident qu’ils n’en veulent plus, le remettre sur l’étagère le supprime automatiquement de leur panier.

Amazon propose déjà une épicerie de commande et de livraison en ligne sur des sites sélectionnés au Royaume-Uni, un service qui a été mis en place en juin 2016. Une demande de validation serait bien en cours au niveau européen. Toutefois, le groupe Amazon aurait refusé de commenter cette extension géographique.

Cahier des tendances « RETAIL CONNECTE »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend