Accueil > Entreprises > Google > Android Pay : Google sera-t-il le futur leader du paiement mobile ?
android pay iot mobile

Android Pay : Google sera-t-il le futur leader du paiement mobile ?

Avec Android Pay, il est désormais possible de laisser son portefeuille à la maison. Comme avec tous les services de paiement mobile, les utilisateurs ont la possibilité de payer leurs achats d’un simple coup de téléphone contre un terminal compatible ou tout ce qui est équipé de la technologie NFC. 

Le service est actuellement disponible aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Irlande, en Pologne, à Singapour, en Australie, à Hong Kong, au Japon, en Nouvelle-Zélande et aux Canada. Android Pay, née aux Etats-Unis, est évidemment davantage développé dans le pays. Les quatre grandes banques du pays supportent Android Pay : Chase Bank, Wells Fargo, Citibank et Bank of America. Chase Bank, qui était en retard sur les banques supportant la technologie a finalement fini par intégrer Android Pay en septembre 2016. Depuis mars 2017, la Belgique profite également du célèbre moyen de paiement, mais seul la banque BNP le prend en charge. Au Canada, Android Pay a été mis en service le 1 er juin 2017 et est fonctionnel auprès de la plupart des banques, exceptés la Banque Royale et la TD pour les possesseurs de cartes Visa, American Express et Master Card. Taiwan profite du même avantage avec les banques First Bank et CTBC.

Une solution déjà bien implantée aux Etats-Unis

Cette avance se traduit également par l’initiative de Bank of America d’avoir installé des guichets automatiques NFC dans tout le pays, permettant ainsi d’accéder à son compte bancaire et retirer de l’argent en plaçant uniquement son téléphone sur un socle prévu à cet effet. Apple Pay étant le pionnier en matière d’intégration, d’autres institutions leaders commencent à utiliser Android Pay, car il utilise une technologie NFC (Near Field Communication) similaire pour le paiement mobile. On pense notamment à PNC, Capital One, Banque TD, HSBC, American Express, Ally Bank et USAA.

Le service de Google ne vise pas seulement les banques majeures, puisqu’à la mi-décembre, la société a fourni son service à une trentaine de banques rurales et de coopératives de crédit à travers les Etats-Unis. Cela comprend la Allegacy Federal Credit Union the Bank of Walterboro, Canyon State Credit Union, First Piedmont Federal Savings, Jackson Community Federal Credit Union, Northeast Georgia Bank, San Francisco FCU, USC Credit Union, Verve ou encore Washington Trust Bank.

android-pay

MasterCard, Visa, Amercian Express et Discover supportent également Android Pay aux Etats-Unis. Les sites prenant en charge Visa Checkout et Masterpass seront bientôt en mesure d’intégrer Android Pay grâce à un partenariat stratégique. Cette intégration au cours de l’année 2017. Ces deux services permettent de stocker à la fois son numéro de carte bancaire et son adresse afin d’éviter d’avoir à les saisir à chaque fois.

Android Pay VS Apple Pay & Samsung Pay

Apple Pay et Android Pay ont débarqué quasiment au même moment. La différence majeure entre les deux services est la compatibilité. Android Pay n’est compatible qu’avec les smartphones Android équipés d’une puce NFC tandis qu’Apple Pay fonctionne avec l’iPhone, l’iPad, le Mac et la Apple Watch. Le parc utilisateur de Apple Pay est donc plus important selon Juniper Research qui estime à 86 millions le nombre d’utilisateurs du service dans le monde contre 24 millions pour Android Pay.

L’avantage est que Google ne prend aucune commission sur les paiements contrairement à Apple Pay, qui a gardé son modèle initial, étant sur le marché depuis un peu plus longtemps. On note également que la plupart des commerçants utilisent exclusivement des terminaux Android à ce jour. De ce point de vue, l’avantage va vers Android. Côté partenariat, les deux sociétés ont annoncé le même nombre de partenariats à quelque mois d’intervalle. Par conséquent, Android Pay pourrait rapidement devancer Apple sur le marché à cause du nombre de terminaux et d’utilisateurs bien plus conséquents.

Il faut remercier l’évolution de la technologie représentée par l’arrivée du NFC, rendant ainsi possible le paiement mobile. Exactement comme Apple Pay et Samsung Pay, Google met en avant la « tokenisation » permettant de transmettre un numéro crypté au commerçant qui n’est pas celui de la carte bancaire.  L’un des moins bons côtés d’Android Pay est la nécessité de passer par le Cloud pour toute action et donc avoir une connexion Internet.

C’est le contraire pour l’iPhone, qui produit ce numéro virtuel dans la puce Secure Element directement intégrée au smartphone, permettant de payer même hors connexion. De plus, il est possible de relier Apple Pay à une Apple Watch à l’aide de son iPhone tandis que les montres sous Android Wear ne fonctionnent toujours pas avec Android Pay. A la vue de l’état du marché des montres connectées aujourd’hui, en particulier à cause de la baisse des ventes de l’Apple Watch, cela nous amène à penser qu’il s’agit d’une éventuelle stratégie. Pourtant, Google vient d’annoncer deux nouvelles montres connectées accompagnées de Android Wear 2.0 pour le premier trimestre 2017. Cette nouvelle plateforme apportera un certain nombre de nouvelles fonctionnalités, y compris des applications autonomes ne nécessitant pas de téléphones pour fonctionner, comme Android Pay.

android pay station

Malgré tout, Android Pay n’est toujours pas disponible en France, contrairement à son concurrent Apple Pay. Bien que le service ait fait ses débuts au Royaume-Uni  en mai 2016, il se fait toujours attendre dans la plupart des pays européens. Il semblerait en effet que le Royaume-Uni soit une cible importante visée par Google.

Lors du déploiement de la solution, les commerçants n’ont eu aucune mise à jour à effectuer sur leurs terminaux de paiement sans contact. Le seul bémol était que la banque Barclays manquait à l’appel avec comme partenaire les banques Bank of Scotland, First Direct, Halifax, HSBC, Lloyds Bank, M&S Bank, MBNA et Nationwide Building Society. Comme à chaque déploiement dans un pays, les partenariats arrivent progressivement. C’est le cas du très récent déploiement au Canada, où seule la banque ScotiaBank propose le service à ses clients.

Malgré son retard, Android Pay progresse plus rapidement

Pour se démarquer de la concurrence a attendant d’être plus étendu, Google a annoncé la disponibilité d’Android Pay directement sur Google Chrome et sur de nouvelles applications. En somme, il est désormais possible, en plus du paiement sans contact en magasin, de régler ses achats sur les applications et Google Chrome en quelques clics via leurs smartphones. Ainsi, les utilisateurs pourront régler leurs achats sur des sites comme Groupon.com, 1-800-Flowers.com et bien d’autres.

Google, Visa et MasterCard travaillent depuis quelques mois pour simplifier le paiement sur les sites via smartphone avec Android Pay. Notamment en permettant à l’utilisateur de s’identifier grâce à son empreinte digitale, pour régler des achats sur des sites qui acceptent le paiement par Visa ou Mastercard. Cette nouvelle solution permettra aux utilisateurs de ne plus avoir à mémoriser plusieurs noms d’utilisateurs et plusieurs mots de passe.

Le service de paiement mobile de Google devrait donc être compatible avec un très grand nombre de sites Internet. Visa et Mastercard prendront en charge les mises à jour des boutons des sites web. Ainsi, les développeurs n’auront rien de spécial à faire. Sur ce point, on remarque que Android Pay s’est aligné sur les pas de son concurrent Apple Pay, qui avait déjà déployé une mise à jour similaire. Apple et Google se placent désormais comme des concurrents directs à PayPal. Cette nouvelle fonctionnalité, comme dit plus haut dans l’article, devrait être disponible au début de l’année 2017.

La solution de paiement mobile de Google a également récemment intégré les programmes de fidélité des marques Walgreens, Chili’s, Dunkin’ Donuts et Uber. Avec ces programmes, les clients peuvent faire des économies, gagner des points de fidélité et régler leurs achats.

android pay visa

Par exemple, en octobre, les utilisateurs d’Android Pay ont pu bénéficier de 10 courses à -50% chez Uber. Au Royaume-Uni, on remarque également un certain nombre de partenariats. Google s’est associé à la société gestionnaire des transports publics de Londres et déployé le programme de fidélité exclusif « Android Pay Day ». Ce programme de fidélité proposera des bons plans à chaque fin de mois. Starbucks et Deliveroo ont été les enseignes principales à participer à ce programme de fidélité.

On remarque que Android Pay est bien parti pour devenir le prochain système de paiement mobile de référence. En retard par rapport à son principal concurrent Apple Pay, le service de Google se développe à une vitesse phénoménale sur ses partenariats et déploiements dans différents pays. Il pourrait facilement rattraper Apple qui compte à ce jour beaucoup moins d’utilisateurs de son système d’exploitation.

On pense donc que Android Pay arrivera en France dans peu de temps, car Google continue d’étendre la liste des pays où son service de paiement mobile est disponible. Le déploiement en Belgique auprès de partenaires comme Hotel Tonight, Fancy, Vueling, Transferwise ou ShowroomPrivé promet une arrivée imminente dépendante des contrats à passer avec les organismes bancaires français. Malheureusement le rendez-vous annuel Google I/O de mai 2017 n’a pas été concluant en ce qui concerne l’arrivée d’Android Pay dans l’hexagone. Le Royaume-Uni a lui aussi le droit à ce service de paiement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *