in

L’architecture d’entreprise apporte-t-elle de la valeur à votre organisation ? Tout savoir sur le sujet

Tout savoir sur l'architecture d'entreprise

L’architecture d’entreprise a une définition généralisée qui consiste à établir un plan abstractif du fonctionnement et de la structure d’une organisation. Elle a donc pour objectif d’aider les entreprises à atteindre leurs objectifs.

Vue d’un autre angle, l’architecture d’entreprise est l’un des éléments indispensables pour réussir la transformation numérique. Elle vient donc s’implémenter dans le cadre de l’intégration des technologies dans la stratégie commerciale d’une entreprise. À ce titre, l’EA est propre à chaque organisation. Et c’est ce que nous allons aborder dans cet article.

Son importance au sein de l’entreprise

L’architecture d’entreprise unifie et coordonne les départements. Elle leur permet cependant de comprendre le modèle commercial global et d’articuler les défis et les risques. Cette vision élargie aide les employés à identifier les lacunes de leur société. Ils peuvent alors prendre des décisions plus éclairées.

En bref, l’architecture d’entreprise joue un rôle clé. Elle donne à tous les outils pour saisir les capacités de leur entreprise. Cette compréhension accrue mène à de meilleures décisions et permet de combler les lacunes.

En d’autres termes, l’architecture d’entreprise dessine la structure et les opérations d’une organisation. Ce plan inclut les systèmes informatiques et les processus métiers. Il promeut aussi l’alignement des équipes. Pour cela, il standardise leurs environnements. Ces conseils s’appuient sur les besoins commerciaux afin de cartographier les actifs et d’unifier les départements. Elle les aligne ensuite sur les objectifs commerciaux par la standardisation. En plus simple, l’EA optimise les opérations selon les exigences commerciales.

L’architecture d’entreprise nécessite de ce fait des profils variés. Dans une PME par exemple, une personne peut endosser plusieurs casquettes. À l’inverse, une multinationale emploiera des dizaines de spécialistes. Mais dans tous les cas, ces responsabilités doivent être assignées. Que l’on parle de la vision business, des données, de la sécurité ou du développement IT, chacun de ces domaines réclame des compétences spécifiques.

Les 5 domaines clés d’une architecture d’entreprise

L’architecture d’entreprise est constituée de 5 postes bien spécifiques. Chacun des responsables a donc ses propres attributions.

Il y a avant tout l’architecte d’entreprise qui a pour attribution de cartographier la structure de l’organisation. Il en visualise tous les aspects : management, business, data, technologies, etc. Celui-ci est sous la supervision de l’architecte d’entreprise en chef qui chapeaute l’équipe dédiée.

Quant au propriétaire d’architecture, il conseille les équipes projet sur les solutions techniques. Proche de l’architecte d’entreprise, il endosse parfois les deux casquettes.

Le propriétaire d’architecture en chef fait de même à l’échelle d’un programme. Il s’agit en effet d’un véritable chef d’orchestre qui aligne les différents projets.

Enfin, il y a les architectes qui peuvent se spécialiser sur des sujets plus pointus : la sécurité, les données et les réseaux entre autres. Dans tous les cas, l’architecture d’entreprise a ses avantages.

Quels avantages pour l’entreprise ?

Les avantages d’une architecture d’entreprise sont nombreux. Une architecture d’entreprise bien conçue peut améliorer la prise de décision au sein de l’organisation en fournissant une vision stratégique unifiée. Elle permet également une plus grande adaptabilité aux demandes changeantes du marché ou aux conditions économiques en constante évolution.

Une architecture d’entreprise aide aussi à éliminer les processus inefficaces et redondants, optimisant ainsi l’utilisation des actifs de l’organisation. Elle peut minimiser le turnover du personnel en clarifiant les rôles et responsabilités. L’architecture d’entreprise est également utile pour accompagner les changements organisationnels nécessaires aux refontes et réorganisations.

Représentation visuelle de l'architecture d'entreprise

En outre, une architecture d’entreprise facilite l’évaluation continue des systèmes informatiques et des processus par rapport aux objectifs stratégiques à long terme de l’organisation. Elle peut également fournir une vue d’ensemble de l’architecture informatique à ceux qui ne font pas partie des équipes informatiques.

Finalement, une architecture d’entreprise bien conçue peut aider à l’unification des processus informatiques, à la simplification des procédures financières ainsi qu’à la collaboration avec les équipes de gestion de projet.

Architecture d’entreprise : une vision en 4 perspectives

Selon le directeur du groupe des projets stratégiques de Microsoft, Michael Platt, l’architecture d’entreprise peut se révéler sous quatre angles : la perspective business, la perspective informationnelle, la perspective applicative et la perspective technologique.

La perspective business inclut les processus , ainsi que les normes qui encadrent le bon fonctionnement de l’entreprise. Les interactions entre l’ensemble des processus sont ensuite encadrées dans la perspective applicative.

Pour ce qui est de la perspective informationnelle, elle va définir et classer les données indispensables pour le bon fonctionnement de l’entreprise. À savoir les fichiers, les bases de données, les documents, les feuilles de calcul, les présentations, les images, etc.

Enfin, il y a la perspective technologique qui définit les outils, les matériels, les systèmes d’exploitation et les programmes qui permettent d’atteindre les objectifs de l’entreprise.

Chaque corps de métier possède sa propre définition. Pour les développeurs, elle renvoie aux infrastructures et applications qu’ils administrent. Pour les architectes techniques, elle englobe les serveurs, bases de données, API qui composent un système digital.

Mais au sens large, l’architecture d’entreprise dicte les grands principes technologiques et métiers. Principes découlant d’un cadre global définissant la stratégie. Son objectif : garantir un fonctionnement fiable, évolutif et sécurisé.

Être un bon architecte d’entreprise : les bonnes pratiques

L’architecte d’entreprise a pour rôle d’aligner les enjeux business et IT. Son objectif est de concrétiser la stratégie de l’entreprise. Plus qu’un simple exécutant, il se doit de comprendre toutes les interactions au sein de l’organisation.

D’après Gartner, être un architecte d’entreprise efficace nécessite de respecter certaines bonnes pratiques clés.

Il est essentiel de bien piloter le programme global d’architecture d’entreprise. Cela implique de planifier avec attention les décisions stratégiques ainsi que la communication autour de la vision et de la feuille de route. Chaque itération du programme doit être gérée comme un projet, avec des objectifs et livrables définis.

L’architecte d’entreprise doit aussi s’assurer de partir de la stratégie business de l’organisation et d’obtenir un solide sponsorship de la part des équipes exécutives. Il est important de se projeter dans l’état futur souhaité pour l’entreprise avant de se concentrer uniquement sur l’état actuel.

Par ailleurs, il faut rester réaliste quant aux capacités et ressources disponibles pour la transformation. La mise en place d’une gouvernance robuste ainsi que le respect des standards et bonnes pratiques sont également indispensables.

Finalement, il est essentiel d’évaluer les progrès de manière continue et d’apporter les ajustements nécessaires au programme. Le succès d’une démarche d’architecture d’entreprise dépend donc de nombreux facteurs. Mais le respect de ces lignes directrices est un très bon point de départ.

Le choix d’un outil d’architecture d’entreprise

Il existe de nombreux outils d’architecture d’entreprise. Citons par exemple Orbus Software, Avolution, Planview, Software AG ou Sparx Systems. Certains éditeurs proposent même des certifications dédiées.

Outre ces 5 fournisseurs, il y a ServiceNow qui permet une vision 360 de tous les services. Simple à paramétrer, il offre une gestion de projets plus flexible. Mais il a tout de même un point faible : une grande difficulté au niveau de la gestion des ressources.

Autre référence, Oracle Enterprise Architecture Framework qui est centré sur la stratégie business. Il harmonise et aligne les activités de l’entreprise avec les technologies utilisées. Et comme ServiceNow, Oracle Enterprise est assez difficile à prendre en main, surtout pour les débutants.

Quant aux attestations, il existe plusieurs certifications professionnelles en architecture d’entreprise en fonction du domaine technologique. Dont la certification Salesforce qui valide les compétences pour concevoir des solutions technologiques alignées sur les besoins métiers. Mais aussi la certification Open Group qui évalue la maîtrise des standards et bonnes pratiques de l’Open Group en matière d’architecture d’entreprise.

Pour les Architectes de solutions, AWS fournit une certification visant à valider l’expertise pour construire des solutions techniques sur la plateforme cloud AWS.

Si vous souhaitez devenir architecte de solutions cloud ou en sécurité des SI, il existe des certifications qui attestent vos compétences en conception de solutions cloud computing.

Les controverses autour de l’architecture d’entreprise

30 ans après leur apparition, les cadres d’architecture d’entreprise sont-ils encore pertinents ? Plusieurs écueils demeurent : une documentation lacunaire (les versions modernes restant limitées), un manque de flexibilité et d’agilité face à des contextes changeants, et une intégration complexe avec les systèmes existants.

Certains cadres actuels répondent à ces lacunes, à l’instar de l’Open Group Architecture Framework (TOGAF). Développé par The Open Group, ce référentiel conjugue tous les aspects de l’entreprise. Il inclut une stratégie business, des besoins métiers, des technologies et des applications. Bref il s’agit d’un spectre global qui dépasse le seul périmètre IT.

Pour autant, ces cadres structurants clarifient les interactions business/IT. Ils rationalisent ainsi investissements et processus. En somme, malgré leurs défauts, ces référentiels gardent toute leur valeur. Mais cela à condition de combler leurs angles morts par des ressources dédiées.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.