Accueil > Business > Industrie 4.0 > Automatisation : un emploi sur 3 menacé dans le Nord du Royaume-Uni
automatisation royaume uni

Automatisation : un emploi sur 3 menacé dans le Nord du Royaume-Uni

Le think tank britannique Center for Cities a étudié les conséquences de l’automatisation des emplois au Royaume-Uni. L’avènement des robots industriels entrainerait l’accroissement de la limite Nord Sud en Albion.

Les études concernant l’automatisation évoquent généralement l’avenir de l’emploi aux États-Unis, en Europe, ou en Chine. Le cadre géographique sert généralement à délimiter une zone de recherche afin de poser des questions sur les types d’emplois concernés par l’avènement promis des robots industriels. Le think tank britannique Center for Cities s’est lui penché sur l’influence de l’automatisation sur la limite Nord Sud au Royaume-Uni.

Cette ligne imaginaire sépare habituellement les pays développés (Nord) des pays en développement (Sud). Ici, Center for cities étudie les différences d’automatisation du travail dans les villes du nord et du sud du Royaume-Uni. Au total, l’étude se penche sur 62 villes et s’intéresse aux 3,6 millions d’emplois possiblement remplacés par des robots industriels d’ici 2030.

Un concept géographique renversé en Albion

Résultat, c’est l’inverse du concept limite Nord Sud. Les villes du nord de l’Angleterre comme Mansfield, Sunderland et Wakefield sont plus susceptibles de voir des pertes d’emplois dans les prochaines années. En dehors du sud de l’angleterre 1 salarié sur 4 serait remplacé par le biais de l’automatisation, un taux bien plus élevé que celui des villes du Sud, en périphérie de Londres. Dans les villes comme Mansfield, Sunderland, Wakefield, Stoke et Doncaster, ce sont près de 30 % des emplois qui pourraient tout simplement disparaître. The Guardian rappelle que 16 % des emplois à Mansfield sont dans la distribution, tandis que 1 sur 10 habitants travaillent dans la manutention.

L’automatisation épargne les habitants du Sud

A contrario, les habitants des villes du Sud seraient moins touchés par l’automatisation des jobs. A l’horizon 2030, seulement 13 % des emplois seraient touchés par le phénomène à Cambridge et Oxford. A Londres, ce taux atteindrait 17 %. De même, les emplois de cadre seraient en augmentation, démontrant une élévation du niveau social et culturel.

Afin de contrer cette disparité, Andrew Carter, le chef exécutif du Center For Cities explique au Guardian qu’une politique centralisée unique est inadéquate pour régler “la myriade de problèmes rencontrés dans les différentes villes”.

Mansfield en est un bon exemple. Les habitants de cette ville ont majoritairement voté en faveur du Brexit. Ils ont également élu un membre du parti conservateur, Ben Bradley qui a dû le 16 janvier dernier faire des excuses aux chômeurs anglais pour avoir suggéré qu’ils devraient subir une vasectomie. Pour Center For Cities, il s’agit plutôt d’augmenter le niveau de l’éducation dans la ville et ses environs. Cela permettrait d’éviter une possible crise sociétale.

Sources & crédits Source : The Guardian - Crédit :
Cahier des tendances « RETAIL CONNECTE »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend