consommateurs une objets connectés

Consommateurs et IoT : où est le mode d’emploi ?

Dans une récente tribune pour Forbes, Mike Farley, le CEO de Tile, une startup californienne, explique selon lui le défaut principal de l’IoT : le manque de simplicité pour les consommateurs.

Comment ne pas rêver d’une société où notre vie serait facilitée par des objets connectés. Les corvées ménagères laissées aux soins de robots, le contrôle de la température  à un thermostat qui détecte quand vous partez et quand vous rentrez, le four qui s’allume à distance pour réchauffer votre plat, et toute autre application qui nous laissent le temps de nous détendre une fois à la maison.

L’Internet des Objets peut répondre à ces besoins des consommateurs, mais ce n’est pas encore une réalité. L’IFA, la foire électronique de Berlin, nous a montré à quels points ces solutions relèvent toujours du futur, certes rapidement envisageable, mais du futur tout de même.

Pour l’instant, les concepteurs d’objets connectés en direction du grand public proposent des produits « qui partent dans toutes les directions ». Mike Farley, CEO de Tile, déplore le fait que ses collègues et concurrents n’arrivent pas encore à sortir de l’espace du gadget. D’autant plus que les ventes de l’Internet des objets grand public, selon un sondage réalisé par le cabinet d’étude Accenture, stagnent.

L’industrie en connexion avec son nombril ?

consommateurs manual

Selon Farley, l’interopérabilité n’est pas le principal problème rencontré par les utilisateurs, il s’agit de la préoccupation principale des industriels qui cherchent à mêler différentes solutions professionnelles dans les usines.

Les standards de communications n’intéressent pas les consommateurs, ils veulent que ça fonctionne le plus rapidement possible sans se poser de question. De même, le terme Internet des Objets n’est pas forcément parlant pour tout le monde, il est plus difficile à expliquer qu’une application pour smartphone qui généralement propose des fonctionnalités répondant à un seul objectif.

Le CEO observe donc le besoin d’un retour à la simplicité. C’est-à-dire qu’il ne faut pas forcément chercher à produire la « lotion miracle », mais répondre à des besoins simples, vérifiés par des sondages. Il prend trois exemples concrets : l’assistance aux personnes âgées, la sécurité, et la perte d’objets.

Le credo de la simplicité pour les consommateurs

sense peanut une consommateurs

Pour arriver à de telles conclusions, Farley évoque le sondage mené par AARP, une ONG et un lobby en faveur des personnes retraitées. Celui-ci atteste que 87 % des sondés de plus de 65 ans souhaitent rester dans leur logement ou au sein de leur communauté. Des solutions comme des bracelets connectés qui détectent les chutes, les verres disposant de capteurs pour vérifier l’hydratation de son utilisateur, des programmes comme ceux d’Europ Assistance en sont des exemples concrets. Cela existe déjà.

Profitez de 2 To à vie de stockage en ligne avec pCloud

Deuxième point, la sécurité du logement. Dans cette catégorie, les acteurs comme Nest, Netatmo, Logitech ou encore ALLie ont déjà compris ce besoin en concevant des caméras de surveillance intérieures et extérieures. Le majordome connecté Hi) est une alternative, qui va un peu plus loin en proposant du streaming pour accueillir en vidéo ses invités ou donner des instructions à un livreur.

Et enfin l’auteur de la tribune défend le concept du tracker de géolocalisation, une offre que sa startup propose. Ce petit capteur GPS que nous pouvons installer sur nos clés de voiture, dans notre portefeuille, ou sous la selle de notre vélo peut nous aider à retrouver les objets dont on a besoin au quotidien ou les suivre à la trace en cas de vol.

Ce serait donc trois secteurs pour dans lesquelles l’IoT aurait de l’avenir, à court terme. La recherche de la simplicité semble de plus en plus courante. Il suffit d’observer le parcours de la startup Sen.se avec le thermomètre Peanuts, vendu moins de 30 euros. Nous sommes d’accord, pour éviter la gadgetisation, reprendre la vision logicielle d’Apple, c’est-à-dire, une application pour un problème particulier, semble idéal pour séduire le grand public.

Faire simple, difficile pour les entreprises

iot objets perdus consommateurs

 

Cependant, cela demande de disposer de réseaux de communications efficaces. Mike Farley évoque le WiFi et le besoin de renforcer la puissance des routeurs pour accueillir de plus en plus d’objets connectés dans la maison : « c’est que les consommateurs demandent actuellement« .

L’entrepreneur oublie d’expliquer quelque chose de très important. Les trackers GPS réclament, par exemple, d’utiliser un système longue portée comme Sigfox ou LoRa. « Les solutions simples pour des problèmes réels« , ne sont pas si évidentes que cela à bâtir. L’expérimentation et la banalisation des objets connectés amèneront sûrement les concepteurs sur cette voie de la simplicité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *