in

L’UE enquête sur l’achat par Nvidia du concepteur de puces ARM

nvidia rachat d'ARM

Les autorités de réglementation de l’Union européenne ont ouvert mercredi une enquête sur l’achat par le fabricant de puces graphiques Nvidia du concepteur de puces ARM, pour un montant de 40 milliards de dollars. Elles craignent qu’il ne limite la concurrence, ce qui ajoute à l’examen mondial de l’opération.

La Commission européenne a déclaré qu’elle craignait que la nouvelle entité n’ait la capacité et la motivation nécessaires pour restreindre l’accès aux technologies de la société britannique Arm Ltd. Des technologies dont les puces équipent la grande majorité des smartphones dans le monde.

pcloud

La Commission est la principale autorité antitrust de l’UE. Elle craint que l’opération n’entraîne une hausse des prix, une réduction du choix et une diminution de l’innovation dans le secteur des semi-conducteurs.

L’année dernière, Nvidia Corp a annoncé qu’elle rachetait ARM au géant japonais de la technologie Softbank. L’opération a suscité des inquiétudes quant à l’abandon par ARM de son modèle commercial neutre. Un modèle consistant à concéder des licences pour la conception de ses puces à des centaines d’entreprises technologiques, dont de nombreux rivaux de Nvidia.

« Notre enquête vise à garantir que les entreprises actives en Europe continuent d’avoir un accès effectif à la technologie nécessaire pour fabriquer des semi-conducteurs de pointe à des prix compétitifs », a déclaré la commissaire européenne Margrethe Vestager, chargée de la concurrence et des questions numériques pour l’Union européenne.

Nvidia répond aux inquiétudes de l’UE

La Commission a déclaré que Nvidia avait fait des concessions pour répondre aux préoccupations préliminaires. Toutefois, elle affirme qu’elles n’étaient pas suffisantes pour dissiper les « doutes sérieux » concernant l’opération.

ARM a transmis les demandes de commentaires à Nvidia, qui a déclaré « travailler en étroite collaboration » avec la Commission.

« Nous attendons avec impatience l’occasion de répondre à leurs préoccupations initiales. Nous voulons aussi continuer à démontrer que la transaction contribuera à accélérer ARM. On vise aussi à stimuler la concurrence et l’innovation, y compris dans l’UE », a déclaré Nvidia dans un communiqué.

La Commission a jusqu’au 15 mars pour décider si elle autorise l’opération. Les préoccupations de l’Union européenne font écho à celles exprimées par l’autorité britannique de surveillance de la concurrence. L’administration britannique a effectivement ouvert sa propre enquête au début de l’année.

Nvidia s’est engagé à maintenir le modèle de licence ouvert d’ARM et sa neutralité vis-à-vis des clients. L’entreprise veut aussi conserver le siège d’ARM à Cambridge, en Angleterre, et à augmenter son personnel britannique. Nvidia avait précédemment déclaré que l’achat ne serait pas finalisé avant début 2022. La raison : l’examen minutieux attendu, notamment de la part des régulateurs aux États-Unis et en Chine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *