Accueil > Business > Mode et accessoire > [Etude] L’Apple Watch va doper les ventes de wearables en 2015, selon IDC
montres apple watches

[Etude] L’Apple Watch va doper les ventes de wearables en 2015, selon IDC

Dans une étude publiée le 30 mars 2015, IDC (International Data Conseil) prédit que les wearables atteindront en 2015 les 45,7 millions d’unités expédiées, et d’ici à 2019, ce seront plus de 126,1 millions d’unités qui pourraient inonder le marché mondial. Voici un décryptage de cette étude avec les chiffres prévisionnels de vente de l’Apple Watch.

L’Apple Watch va doper les ventes de wearables en 2015

Dans un podcast diffusé par IDC, une entreprise qui fournit des analyses de marché dans le secteur des Technologies de l’Information, Ramon Llamas, Ryan Reith et Tom Mainelli, trois analystes américains proposent leurs prévisions autour du marché mondial des wearables en 2015, et par extension, jusqu’en 2019. Ils ont bien entendu beaucoup parlé Apple Watch, puisque la sortie de la smartwatch est prévue pour Avril.

Selon les trois experts, l’Apple Watch, comme d’autres produits connectés (Microsoft Hololens, Moto360 et les Google Glass), reste un objet de première génération. Après une première prise en main pour Ryan Reith, qui a eu l’occasion de manipuler 15 minutes l’Apple Watch, elle aurait montré des failles basiques telle qu’une interface un peu complexe à appréhender de prime abord, des applications pas encore au point, et un design sympathique, mais qui ne répond pas à la question : « L’usager va t-il être intéressé pour dépenser tant pour un produit qui doit lui servir à ne pas se servir de son smartphone…?« .

Apple Watch
Photo issue du web : « Je viens d’économiser 350 dollars ». Crédit photo : alorsquoidefun

« Une des choses intéressantes dans ce marché, avec Apple, c’est que la marque n’est pas connue pour être fashion, mais pour avoir de bons designs. On voit beaucoup d’entreprises qui font des partenariats avec des agences de style, mais eux, ils parviennent à imposer un produit qui n’en a pas forcément, c’est unique. » précise Ramon Llamas.

Dans les prévisions, IDC avait estimé entre septembre et mars la vente d’Apple Watch à 22 millions d’exemplaires, mais ils ont finalement revu leur estimation à la baisse, soit à 16 million d’exemplaires vendus. Pourquoi ? Parce que selon eux, Apple aurait bénéficié de nombreuses rumeurs, qui parlaient d’un traqueur de stress, des analyses biométriques poussées et autres technologies qui auraient pu faire disruption, tandis qu’il n’en est rien dans le produit final. Toutefois, la montre aura permis aux concepteurs de wearables de booster leurs ventes. Des start-ups comme Pebble auraient pris le vent de côté envoyé par la marque à la pomme, ce qui aurait bénéficié à l’explosion des compteurs de la Pebble Time et Pebble Time Steel. Pour beaucoup d’entreprises qui souhaitaient sortir du nid avec leurs produits connectés, tel que Chronodrive et sa zapette, le point de référence de la banalisation des objets connectés pour le grand public, c’est la keynote d’Apple du 9 mars 2015.

Tim Cook
Tim Cook lors de la keynote Apple du 9 mars 2015

[blockquote style= »2″]L’Apple Watch a augmenté la visibilité des wearables en général, et beaucoup de concepteurs de produits sont impatients de bénéficier de ce rayonnement, selon Ryan Reith, Directeur de Programme chez IDC.[/blockquote]

Wearables : les « smart wearables » plus porteurs que les wearables « basiques »

Donc, les consommateurs seraient rassurés par la présence de l’Apple Watch en arrière-plan et seraient plus enclins à dépenser de l’argent pour acheter un autre type de bracelet, montre ou autre objet connecté, souvent moins cher, pour posséder eux aussi cette technologie, sans nécessairement passer par Apple ? C’est globalement ce qu’insinue IDC.

Grâce à une profusion de nouveaux concepteurs sur le marché, créant de nouveaux objets connectés et grâce à des consommateurs à présent éclairés par le halo de l’Apple Watch, les wearables pourraient atteindre des sommets en terme de vente en 2015. Selon des prévisions d’IDC publiées le 29 mars 2015, le marché mondial des wearables pourrait atteindre les 45,7 million d’unités expédiées en 2015 pour 126,1 million en 2019, soit pour 2015 : 133,4% de plus qu’en 2014. En 2019, les prévisions d’IDC annoncent 126,1 million d’unités expédiées, résultant de cinq ans de croissance exponentielle, soit une augmentation des ventes de 45,1%. 

Pour IDC, trois catégories de wearables sont à bien diviser : les « smart wearables » qui vont propulser le marché en 2015, ces appareils capables de gérer plusieurs applications. Ceci inclut des produits de type Apple Watch, Moto360, et les montres Samsung Gear. Le volume total de ces wearables devrait atteindre les 25,7 millions d’unités en 2015, 510,9% de plus que les 4,2 million d’unités envoyées en 2014. Les wearables de base, ou ces objets connectés qui ne permettent pas d’utiliser plusieurs applications et sont « figés », grossiront en ventes de 15,4 millions d’unités en 2014 à 20 million d’unités en 2015, soit une hausse de 30% des ventes. Et les wearables modulaires, qui s’adaptent à plusieurs situations.

[blockquote style= »2″]Selon nous, les wearables basiques ne disparaîtront pas. En réalité, nous anticipons une croissance constante sur ce marché, puisqu’il y a de nombreux segments de marché qui réclament ce genre d’usage basique, ajoute Ryan Reith.[/blockquote]

Les wearables qui se portent au poignet représenteraient le marché le plus porteur, face à tous les autres. Ils pourraient représenter en 2015 plus de 80% des achats parce que la plupart des distributeurs ont concentré leurs efforts sur ces produits. Il y a un contre-marché derrière ces produits, celui des appareils modulables, qui se transforment, tels que les produits Misfit, qui peuvent être à la fois portés en clip sur les vêtements, en montre connectée ou encore en collier ( Misfit Shine). Les lunettes et le eyewear en général représentent une petite portion du marché puisque les usages ne sont pas suffisamment convergents. Les écouteurs connectés sont prometteurs selon l’étude, car ils se tournent vers une multiplicité de tâches accomplissables, que ça soit en terme d’écoute de musique pure, de gestion vocale d’autres appareils tels qu’un smartphone, et évoluent naturellement vers des activités plus spécifiques, comme le fitness.

Misfit
Les variantes du traqueur d’activité Misfit Shine

« L’explosion des appareils connectés a été clairement influencée par les bracelets fitness, qui jusqu’à présent sortaient dans des tarifs qui n’intéressent que des acheteurs marginaux, des technophiles…mais ça évolue, ces jours ci ! » affirme Ryan Reith. Le prix des bracelets traqueurs d’activité a baissé de façon significative sur certains marchés, des objets connectés plus low cost sont envisagés. Dans un même temps, le marché évolue rapidement vers des produits de plus grande qualité avec des prix plus élevés et davantage de fonctionnalités. « Mais, lorsque Apple entre dans le marché de façon symbolique, d’autres pensent à des objets qui seront utiles au quotidien de l’usager » déplore Ryan Reith.

Pour écouter le podcast en anglais de Ramon Llamas et Ryan Reith : cliquez-ici.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend