Accueil > Business > L’IoT et le Big Data vont transformer l’industrie de l’aéronautique

L’IoT et le Big Data vont transformer l’industrie de l’aéronautique

Comme les autres grands secteurs du transport, l’IoT et le Big Data vont transformer l’industrie de l’aéronautique. Oui, mais à quels niveaux ? Début de réponse dans les lignes qui suivent. 

L’IoT et le Big Data évoquent au grand public une manne étrange, qui n’est pas toujours correctement identifiée. Les salons de Las Vegas et celui de Détroit ont permis de mettre en avant des objets, des vêtements de toutes sortes et les voitures autonomes.

Un milieu industriel très important est directement impacté par ces nouvelles technologies et pourtant on n’en parle peu : l’industrie de l’aéronautique. 

Le passager, priorité du secteur

passager industrie aéronautique

De la conception à la réception du passager en passant par la maintenance, la quatrième révolution touche de plein fouet les fabricants et les compagnies aériennes. Les nombreuses applications et implications réclament un effort considérable autant en terme d’infrastructures que de financement.

Un sondage paru en juin 2015 mettait en avant des solutions optimisées pour le tri des bagages. 44 % des compagnies interrogées prévoient de mettre en place la géolocalisation des bagages d’ici 2018.

Un tel dispositif permettra de rassurer les voyageurs en ce qui concerne leur sécurité et celle de leurs biens. Autre avantage à bord d’un avion connecté, on peut imaginer des systèmes d’infotainement plus performants, plus agréables à utiliser.

Un Internet pour l’industrie de l’aéronautique ?

industrie de l'aviation airbus a380

Pour l’instant, les nouveautés IoT et Big Data concernant l’industrie de l’aéronautique ne bénéficient pas du même niveau de communication. Le sujet est éminemment plus technique, plus confidentiel aussi.

La complexité d’un avion, sa taille, ses commandes, ses nombreux éléments, etc. réclame un traitement particulier. Certains analystes comme Bhoopati Rapolou, le responsable du secteur Big Data de Cyient, parle de l' »Internet of AirCraft Things« .

L’IoT appliqué au milieu de l’aéronautique intervient dès la fabrication. Avec de telles technologies, les constructeurs pourraient idéalement suivre le déroulé de la mise en circulation des différents éléments.

Identification des pièces et maintenance

moteur avion

En intégrant des capteurs intelligents, l’identification des pièces pourrait faciliter la maintenance. Aux États-Unis, un constructeur de camion a par exemple intégré ce genre de dispositif pour planifier les opérations, les réparations en fonction du trajet des chauffeurs.

Si cela est impossible à appliquer tel quel, c’est une des nécessités auquel doit faire face les acteurs de ce secteur. De l’aveu des experts techniques, le changement de température d’une pièce d’à peine cinq degrés peut indiquer un dysfonctionnement.

AirAsia a par exemple équipé sa flotte de capteurs conçus par General Electric afin de diminuer les coûts de maintenance. La compagnie estime selon ses dires avoir économisé entre 30 et 50 millions de dollars.

Des capteurs, les avions en disposent une quantité impressionnante. Ils envoient déjà des données au système de bord. Il faut maintenant les équiper de système d’identification IoT et pouvoir gérer l’incroyable masse de données générées.

Le Big Data, le véritable enjeu

avion vol industrie aéronautique

Au salon du Bourget, les industriels tels que Boeing et AirBus se sont affrontés sur le terrain du Big Data. Un moteur pourra bientôt générer 5 000 éléments à contrôler chaque seconde. D’autres pourront produire 10 To de données par vol.

A l’échelle de Facebook et de Google, cela ne paraît pas beaucoup, mais pour les ingénieurs l’analyse prédictive et en temps réel demande une précision de tous les moments. Le but est de mesurer la consommation en carburant, voire de la diminuer.

Point très important pour les pilotes, obtenir les meilleures indications sur les événements météorologiques. Pour les contrôleurs du ciel, il s’agit de suivre de très près le plan de vol.

Il s’agit bien évidemment d’éviter les retards, qui coûtent près de 8 milliards de dollars par an aux compagnies selon Bloomberg. En terme de sécurité, le but est de prévenir les crashs. Si leur nombre baisse, une centaine l’année dernière, ils sont plus meurtriers qu’en 2012 et 2013 d’après le Bureau d’Archives des Accidents d’Avions. Les datas récoltées peuvent aider à comprendre la raison de ce phénomène.

Cela implique une communication de tous les instants avec le sol. D’où l’importance de développer des réseaux sans-fil performant capable de streamer à une vitesse supérieur pour ne rien louper d’un vol.

De notre petite fenêtre, il n’est pas difficile d’identifier les innovations possibles, d’imaginer les choix des acteurs de l’industrie de l’aéronautique. Mais pour eux, cela demande des années de recherche et développement.

Nous agrémenterons par la suite cet article des interventions des membres de cette industrie en France. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend