Accueil > Business > LoRa ? Sigfox ? Allez bye bye !
lora sigfox une

LoRa ? Sigfox ? Allez bye bye !

Les technologies de télécommunications dédiées aux objets connectés pullulent. Ce marché « des technos providers » voit depuis un an l’émergence de deux « acteurs » majeurs : LoRa  et Sigfox. Allez bye bye, l’arrivée du NB-IoT risque de faire très mal.  

Le premier correspond à une technologie et une alliance d’entreprises : fabricants de composants, équipementiers, opérateurs, etc. Le second n’est autre que l’étoile montante des réseaux IoT, celui que tout le monde cite, comme un Uber qui veut disrupter le secteur, « digitaliser le monde physique ».

Ce dernier a dernièrement annoncé une nouvelle levée de fonds d’un montant encore incertain, compris dans une fourchette de 100 millions à 200 millions de dollars. Ce n’est pas tout, l’entreprise de Ludovic Le Moan s’est entourée du cabinet de conseil Interbrand Paris pour revoir son image de marque. Résultat, un nouveau logo et un slogan, « Make things come alive », habillent la communication de SigFox. Présent dans 24 pays dans le monde, la société connecte au moins 8 millions d’objets connectés et générerait un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros.

sigfox logo lora

De son côté, l’Alliance LoRa fait de plus en plus d’émules. Les opérateurs traditionnels français Bouygues Telecom, par sa filiale Objenious, et Orange ont choisi de proposer cette technologie de connexion longue distance à leurs clients. 80 industriels partagent le choix des deux « telcos » dans le monde.

Bref, les deux structures ont des forces indéniables : le faible coût à l’usage, les services inclus et l’émergence de deux structures fortes. Ce duel rassure les investisseurs et les clients. Néanmoins, les évolutions techniques propulsées par l’éminent consortium 3GPP risquent de faire bouger ce diptyque pour l’instant confortable pour le marché français. Voici bientôt venu le temps du NB-IoT.

Le NB-IoT : le LoRa/Sigfox Killer

Le NB-IoT pour Narrow Band IoT consiste à l’utilisation à dédier une petite partie de la bande passante des LTE comme la 4G et surtout la 5G pour connecter des objets. Ici, les antennes actuelles et les prochaines auront une double fonctionnalité, permettent logiquement une plus grande couverture plus rapidement, et donc accueilleront plus de « choses » connectées.

Nous le notions déjà il y a quelques mois, nous réitérons notre remarque, les acteurs derrière LoRa et Sigfox ne peuvent pas se reposer sur leurs lauriers. Pourquoi ? Parce que le potentiel du NB-IoT se révèle de jour en jour. Vodafone et Huawei vont tester en novembre un réseau NB-IoT à Madrid sur un LTE 4G. L’objectif, commercialiser ce réseau à l’international au cours de l’année 2017. En Corée du Sud, KT a investi 130 millions de dollars dans une couverture nationale par ce procédé.

Le 3GPP déclare-t-il la guerre à Sigfox et LoRa ?

De plus, la position de monopole des opérateurs risque de faire basculer le paysage actuel. Certes, les différentes technologies vont cohabiter, puisque les usages de l’IoT sont multiples. Pourtant, on ne peut s’empêcher de penser que les efforts actuels pour mettre en avant les solutions LoRa et Sigfox seront minimisés par l’arrivée massive du NB-IoT entre 2020 et 2025. Cette tendance se confirme au fur et à mesure que les annonces de partenariats tombent pour tester le potentiel de la 5G.

Les opérateurs et les technos providers se montrent humbles, en indiquant qu’ils proposent des technologies actuellement disponibles. Ils ne pourront pas se cacher derrière ces effets de langages très longtemps. LoRa et Sigfox déjà enterrés ? Pas encore, mais difficile d’assurer l’avenir des deux technologies à long terme.

Les réactions du secteur

Stéphane Allaire PDG d’Objenious

objenious
Stéphane Allaire, CEO d’Objenious, filiale Bouygues Telecom

Nous avons été mis en contacte avec Stéphane Allaire, PDG d’Objenious. Il ne partage pas cet avis et prône une vision de complémentarité des technologies. Voici la retranscription  de la discussion au téléphone :

« Pour ce qui est de savoir si le NB-IoT va prendre le pas sur LoRa ou Sigfox, il a été spécifié en juin 2016, vous avez des constructeurs qui commencent à offrir les premières gateway pour commencer les tests avec les opérateurs télécoms, mais aujourd’hui il n’y a pas encore de device disponible. Nous, nous n’avons pas pu essayer parce qu’à un moment il faut tester la chaîne complète. Sur le papier ça a l’air pas mal, mais par contre est-ce que c’est aussi performant qu’ils (les constructeurs membres de la 3GPP NDLR) le disent en terme de pénétration ‘indoor’ et en terme de consommation de batterie. D’ailleurs, l’enjeu majeur, c’est la consommation de batterie.

Et puis il y aura un troisième sujet qui ne sera pas négligeable non plus, en terme de coût. Il faut quand même savoir que le NB-IoT a été spécifié par le consortium 3GPP. Les membres de cette organisation se sont rendus compte que c’est tout un pan de l’économie de l’Internet des objets qui risque de leur échapper. Donc très rapidement, Ils ont spécifié un premier protocole avec la sortie du LTE M, puis une première version du NB-IoT. Ils se penchent déjà sur la V2, cela veut dire qu’il y a encore des choses à améliorer.

Cette prise de conscience est plutôt saine. Cela laissera le choix aux clients entre plusieurs technologies, comme aujourd’hui entre Sigfox et LoRa. Mais ce sera malgré tout très complémentaire. Quand vous êtes sur du LoRa vous êtes sur des fréquences libres. Nous aurons peut-être demain des clients qui vont dire ‘je ne peux pas me permettre de laisser mes données sur des fréquences libres, je veux être sur des fréquences opérateurs’. Dans ce cas-là, le NB-IoT, qui est sur les fréquences opérateurs, sera plus pertinent.

En revanche, comme c’est une bande passante opérateur, nous l’avons payé. Cela se ressent sur le prix de la connectivité. Moi j’aime bien l’expression “good enough”. Si LoRa correspond aux besoins des clients en terme de prix, en terme de disponibilité des capteurs, en terme de performance économique, en terme énergétique, je ne vois pas pourquoi ils s’amuseraient à changer.

Mais demain, nous aurons des clients avec des contraintes de sécurité plus forte et là le NB-IoT pourrait leur convenir. Nous avons un gros intérêt en tant qu’opérateur, nous préparons déjà cela. Mais il faut que la technologie soit prête, l’écosystème également. Pour l’instant, nous avons déployé 4 000 antennes LoRa, nous allons bientôt couvrir 30 000 communes en France, avant que le NB-IoT soit validé, régularisé, vérifié installé, on parle de 2019.

Aujourd’hui en Europe, on commence à avoir des pays qui déploient le réseau LoRa : l’Allemagne, le Benelux, la Suisse. Dans le monde on a 17 pays qui l’installent, notamment les États-Unis avec Comcast. Aujourd’hui il y a plus de 50 opérateurs dans le monde qui veulent déployer du LoRa. In fine, moi je pense que la technologie qui va gagner c’est celle qui sera présente au bon moment, puis surtout celle qui sera utilisée par le plus grand nombre. »

Gabor Pop Marketing manager Actility

Gabor Pop, Marketing manager d’Actility a également réagit dans les commentaires. Cette startup est l’une des premières à fournir des solutions et des services de connexion basés sur le réseau LoRa. Pour ceux qui ne l’aurait pas lu, voici son avis, plutôt complémentaire de celui de Stéphane Allaire :

A garder aussi à l’esprit que le NB-IoT ne pourra être déployé que par les opérateurs télécoms qui possèdent déjà les fréquences LTE. Or, dans le monde de l’IoT, une bonne majorité de cablo-opérateurs, utilities, opérateur d’infrastructure (SNCF, Vinci etc.) et toute entreprise visant un réseau privé, n’ont pas accès à ces fréquences donc ne pourront pas déployer de réseau NB-IoT. LoRa et les bandes ISM sont clairement la solution pour eux. LoRa et NB-IoT c’est clairement une compétition sur une minorité de marchés et une forte complémentarité sur la majorité des verticaux.

 

Partagez vous le même avis ? N’hésitez pas à réagir en commentaire.

4 Commentaires

  1. ouha ! ça percute ! vous posez la bonne question… j’ai hâte de voir ce qu’il vont répondre

  2. IOT concerne et concernera en majorité les entreprises.
    Les relations avec les opérateurs sont donc spécifiques. Dans ce contexte les réseaux dédiés Sigfox et Lora ne sont pas forcément menacés, cela tant que ces réseaux n’auront pas perdu la confiance des clients.
    La disponibilité et la sécurité sont les piliers d’un service dédié au secteur professionnel.
    La technologie suivra les tendances du marché.

  3. A garder aussi à l’esprit que le NB-IoT ne poura être déployé que par les telco qui possèdent déjà les fréquences LTE. Or dans le monde de l’IoT, une bonne majorité de cablo-opérateurs, utilities, opérateur d’infrastructure (SNCF, Vinci etc.) et toute entreprise visant un réseau privé, n’ont pas accès à ces fréquences donc ne pourront pas déployer de réseau NB-IoT. LoRa et les bandes ISM sont clairement la solution pour eux.
    LoRa et NB-IoT c’est clairement une compétition sur une minorité de marchés et une forte complémentarité sur la majorité des verticaux.

  4. Un nouveau standard met entre 8 et 10 ans pour être Sec. GSM : debut de la standardisazation 1982 – lancement commercial 1990/1992. 3G: debut de la standardization 1999 – standard finalisé en 2001 (lancement commercial en 2004).
    Donc espérer avoir un NB-IoT Sec avant 2026 me semble juste iréel. Au mieux d’ici là on aura in NB-IOT E//, un NB-IOT Nokia et un NB-IOT huawei avec des devices specifiques a chaque réseau donc pas pret de voir le prix de ces devices baisser et une trés faible interop entre les réseaux donc adieux le Roaming et les cas d’usage en mobilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *