in

Les médailles olympiques fabriquées à partir de produits électroniques recyclés ont enfin l’occasion de briller

Les jeux olympiques

Une médaille d’or fabriquée à partir de produits électroniques recyclés, ça existe désormais. Les Jeux de cette année sont les premiers Jeux olympiques et paralympiques à avoir toutes les médailles décernées créées à partir de matériaux recyclés.

La tireuse chinoise à la carabine à air comprimé Qian Yang est devenue la première athlète à recevoir une médaille d’or aux Jeux de Tokyo 2020 retardés. Elle l’a obtenue seulement quelques heures seulement après le coup d’envoi des premières épreuves, samedi. Elle est également la toute première athlète à recevoir une médaille d’or fabriquée à partir de produits électroniques recyclés.

Une collecte d’appareils hors d’usage

Le comité d’organisation des Jeux olympiques de Tokyo ayant annoncé il y a plus de quatre ans son intention de fabriquer les médailles à partir de métaux précieux provenant de dons d’appareils électroniques. Et les Jeux olympiques du Japon ayant été retardés de 12 mois en raison de la pandémie de coronavirus, la première cérémonie de remise des médailles uniques s’est fait attendre.

pcloud

Au cours de la campagne de fabrication des médailles qui demandait au public de faire don de ses appareils hors d’usage, le comité d’organisation a été submergé de tout. Il a notamment obtenu des smartphones, des appareils photo numériques et d’autres consoles de jeu portables ainsi que des ordinateurs portables.

En 18 mois seulement, la campagne a reçu 47 488 tonnes de matériel et plus de 5 millions de téléphones portables. Des objets déposés dans les magasins gérés par l’opérateur local de téléphonie mobile NTT.

Médailles recyclés : objectif atteint

La quête de quelque 5 000 médailles pour les Jeux olympiques et paralympiques du Japon a pris un excellent départ. Les organisateurs ont effectivement atteint la quantité de bronze visée. Ils ont obtenu environ 2 700 kg, 14 mois seulement après le lancement de la campagne. Le comité a révélé que 28,4 kg d’or et 3 500 kg d’argent avaient été collectés grâce aux dons. La campagne a pu atteindre ses objectifs au moment de sa clôture en mars 2019.

En contribuant au lancement de la campagne il y a quatre ans, le gymnaste japonais Kohei Uchimura, médaillé d’or olympique, a déclaré : « Les médailles olympiques et paralympiques de Tokyo 2020 seront fabriquées à partir des pensées des gens et de leur appréciation pour éviter les déchets. Je pense qu’il y a là un message important pour les générations futures. »

Notons néanmoins bien que les Jeux olympiques de 2016 à Rio, au Brésil, ont pris une voie similaire. Les jeux avaient 30 % de l’argent sterling utilisé pour fabriquer les médailles d’or et d’argent extraites de matériaux recyclés. Des matériaux comme les vieilles pièces de voiture, des surfaces de miroir et des plaques de radiographie. Reste à savoir si Paris 2024 suivra l’exemple des deux précédents Jeux olympiques.

Quant à la championne chinoise Yang, elle a marqué un autre premier samedi. Elle est effectivement devenue la toute première médaillée olympique à présenter sa propre médaille. Elle l’a prise dans un plateau désinfecté et l’a mis autour de son cou elle-même. Une procédure jugée nécessaire pour l’ensemble de ces Jeux dans le cadre des mesures contre le coronavirus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *