in

National Grid s’arme de « pots de miel » contre les cyberattaques

pots de miel

National Gridpropose un poste de cyberspécialiste bien rémunéré pour déployer des pots de miel dans le but de tromper et bloquer les pirates informatiques.

L’accélération de la numérisation dans les infrastructures critiques soulève de graves inquiétudes en matière de cybersécurité. National Grid, un géant britannique de l’énergie, met en place une stratégie audacieuse pour piéger les hackers. Son plan ? Utiliser des pots de miel pour sécuriser ses systèmes de réseau.

Le contexte inquiétant des cyberattaques dans le secteur de l’énergie

L’année 2021 a été marquée par des cyberattaques significatives contre des infrastructures critiques. Ces attaques ont ciblé, par exemple, le Colonial Pipeline aux États-Unis et l’Irish Health Executive en Irlande. Ces incidents ont sonné l’alarme pour les opérateurs d’infrastructures essentielles à travers le monde. En effet, selon S&P Global Market Intelligence, les cyberattaques dans ce secteur sont en augmentation. Cette tendance est en partie due aux tensions géopolitiques, telles que celles entre la Russie et l’Ukraine.

Le Centre d’études stratégiques et internationales révèle aussi une montée inquiétante des cyberattaques. Leur rapport indique qu’en juillet 2023, il y a eu 11 incidents majeurs, neuf en juin, et la liste continue.

Or, avec la numérisation galopante et l’adoption de l’Internet des objets (IoT), les systèmes sont plus vulnérables que jamais. C’est dans ce contexte que National Grid annonce l’ouverture d’un poste pour un cyberspécialiste. Sa mission principale : installer des « pots de miel » pour leurrer et détourner les attaques des infrastructures critiques.

Les pots de miel : une contre-mesure ingénieuse

Pour contrer ce fléau, National Grid offre un contrat d’un million de livres sterling pour installer des « pots de miel » dans ses réseaux. Les pots de miel ont pour but de piéger les hackers. Ils les dirigent vers de faux systèmes ou des documents falsifiés. Ainsi, au lieu d’attaquer des cibles réelles, les pirates se retrouvent dans des environnements contrôlés où ils peuvent être observés et neutralisés.

Dans une réaction à cette annonce, Wireless Logic, une entreprise britannique du secteur de l’IoT, insiste sur l’urgence de la situation. « Une attaque réussie pourrait causer des ravages dans tout le Royaume-Uni », prévient la société. Et la connectivité cellulaire, de plus en plus utilisée pour les opérations à distance, augmente le nombre de points d’entrée potentiels pour des attaques.

Iain Davidson, de chez Wireless Logic, met en lumière les mesures complémentaires nécessaires pour sécuriser les infrastructures. Outre les pots de miel, il souligne la nécessité de protocoles de communication sécurisés, de mises à jour logicielles régulières et de politiques de sécurité des données robustes.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.