Accueil > Tech > Composants > Qualcomm ne veut pas relancer l’acquisition de NXP
stop qualcomm

Qualcomm ne veut pas relancer l’acquisition de NXP

Qualcomm ne rachètera pas NXP. Que ce soit clair. En réponse à une suggestion de la Maison-Blanche à la suite de la visite de Donald Trump en Chine, le fabricant de semi-conducteurs américains s’est montré catégorique. Il ne relancera pas l’accord d’acquisition de son concurrent NXP.

La rencontre ce week-end entre Donald Trump et Xi Jinping a apaisé les tensions politiques entre la Chine et les États-Unis. Les deux parties on conclut à une trêve commerciale en marge du G20 en Argentine. Un consensus qui a vraisemblablement inspiré la Maison-Blanche.

Trêve commerciale avec la Chine : la Maison-Blanche s’emballe

En effet, l’institution a déclaré que la Chine était  » ouverte à la validation de l’accord précédemment non approuvé  » pour que Qualcomm puisse acquérir NXP «  s’il devait à nouveau être présenté« , selon Reuters.

Or, le fabricant américain de semi-conducteurs ne souhaite pas relancer l’opération d’acquisition de son concurrent NXP. Auprès de Reuters, un porte-parole a expliqué que “le délai de cette transaction a expiré”.

Rappelons que Qualcomm avait renoncé à ce rachat en juillet dernier, après que les autorités chinoises de la concurrence aient apposé leur veto.

Qualcomm paye les pots cassés

Le groupe américain était prêt à engager 44 milliards de dollars dans ce rachat important. L’accord tombé à l’eau, Qualcomm a versé une indemnité de 2 milliards de dollars à NXP.

De plus, les actionnaires mécontents l’ont poussé à organiser un programme de rachats d’actions de 30 milliards de dollars. Deux tiers de la somme ont été utilisés au cours des 12 derniers mois.

L’état de sa trésorerie lui a ainsi permis de lancer le 28 novembre un fonds d’investissement de 100 millions de dollars. Ce dernier est consacré à l’intelligence artificielle. La firme s’intéresse plus particulièrement à l’IA embarquée dans les puces facilitant l’émergence de l’Edge Computing.

Mais de l’argent, le groupe en aura besoin. Son procès contre Apple aura lieu le 15 avril prochain. La marque à la pomme l’accuse de surfacturation de composants et des licences. Il lui faut également faire face à une procédure de la Federal Trade Commission. L’autorité financière lui reproche de ne pas respecter des pratiques anticoncurrentielles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend