Accueil > Tech > Composants > Qualcomm ne veut pas relancer l’acquisition de NXP
stop qualcomm

Qualcomm ne veut pas relancer l’acquisition de NXP

Qualcomm ne rachètera pas NXP. Que ce soit clair. En réponse à une suggestion de la Maison-Blanche à la suite de la visite de Donald Trump en Chine, le fabricant de semi-conducteurs américains s’est montré catégorique. Il ne relancera pas l’accord d’acquisition de son concurrent NXP.

La rencontre ce week-end entre Donald Trump et Xi Jinping a apaisé les tensions politiques entre la Chine et les États-Unis. Les deux parties on conclut à une trêve commerciale en marge du G20 en Argentine. Un consensus qui a vraisemblablement inspiré la Maison-Blanche.

Trêve commerciale avec la Chine : la Maison-Blanche s’emballe

En effet, l’institution a déclaré que la Chine était  » ouverte à la validation de l’accord précédemment non approuvé  » pour que Qualcomm puisse acquérir NXP «  s’il devait à nouveau être présenté« , selon Reuters.

Or, le fabricant américain de semi-conducteurs ne souhaite pas relancer l’opération d’acquisition de son concurrent NXP. Auprès de Reuters, un porte-parole a expliqué que “le délai de cette transaction a expiré”.

Rappelons que Qualcomm avait renoncé à ce rachat en juillet dernier, après que les autorités chinoises de la concurrence aient apposé leur veto.

Qualcomm paye les pots cassés

Le groupe américain était prêt à engager 44 milliards de dollars dans ce rachat important. L’accord tombé à l’eau, Qualcomm a versé une indemnité de 2 milliards de dollars à NXP.

De plus, les actionnaires mécontents l’ont poussé à organiser un programme de rachats d’actions de 30 milliards de dollars. Deux tiers de la somme ont été utilisés au cours des 12 derniers mois.

L’état de sa trésorerie lui a ainsi permis de lancer le 28 novembre un fonds d’investissement de 100 millions de dollars. Ce dernier est consacré à l’intelligence artificielle. La firme s’intéresse plus particulièrement à l’IA embarquée dans les puces facilitant l’émergence de l’Edge Computing.

Mais de l’argent, le groupe en aura besoin. Son procès contre Apple aura lieu le 15 avril prochain. La marque à la pomme l’accuse de surfacturation de composants et des licences. Il lui faut également faire face à une procédure de la Federal Trade Commission. L’autorité financière lui reproche de ne pas respecter des pratiques anticoncurrentielles.

Cahier des tendances « RETAIL CONNECTE »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend