in

Usine de puces : Samsung veut investir 17 milliards de dollars au Texas

Samsung veut ouvrir une usine de puces aux Etats-Unis

Samsung a annoncé son intention de construire une usine de puces à l’extérieur d’Austin, au Texas. Un projet qui entre dans le cadre d’un investissement de 17 milliards de dollars. La décision entre dans un contexte de pénurie mondiale de puces utilisées dans les téléphones, les voitures et autres appareils électroniques.

Samsung a déclaré qu’elle commencerait à construire l’usine texane l’année prochaine. Elle espérait commencer ses activités au cours du second semestre de 2024. Le géant sud-coréen de l’électronique a choisi le site en fonction d’un certain nombre de facteurs. Parmi eux, les incitations gouvernementales et « l’état de préparation et la stabilité » de l’infrastructure locale.

pcloud

Une usine de puces de 17 milliards de dollars

Samsung avait précédemment indiqué qu’elle explorait des sites au Texas, en Arizona et à New York pour une éventuelle nouvelle usine de puces aux États-Unis. Samsung possède une usine de fabrication de puces à Austin, au Texas, depuis la fin des années 1990. Mais la plupart de ses centres de fabrication se trouvent en Asie.

L’entreprise coréenne a déclaré qu’elle prévoyait de dépenser 17 milliards de dollars pour le projet texan. Ce qui en ferait le plus gros investissement de l’entreprise aux États-Unis. Elle a déclaré que la nouvelle installation stimulerait la production de puces de haute technologie. Des puces utilisées notamment pour les communications mobiles 5G, l’informatique avancée et l’intelligence artificielle. Elle améliorerait également la résilience de la chaîne d’approvisionnement.

Des initiatives en réponse à la pénurie de puces au Etats-Unis

La pénurie de puces est devenue à la fois un obstacle commercial et un grave problème de sécurité nationale aux États-Unis. Les pénuries de semi-conducteurs ont entravé la production de nouveaux véhicules et d’appareils électroniques pendant plus d’un an. De nouvelles questions de sécurité économique et nationale sont également en jeu. Un nombre important d’entreprises américaines dépendent effectivement de puces produites à l’étranger, notamment à Taïwan.

De nombreux fabricants de puces répartissent leurs opérations de fabrication en réponse aux pénuries. Des pénuries qui ont fait des ravages dans des secteurs allant des constructeurs automobiles à l’industrie des jeux vidéo.

La part américaine du marché mondial de la fabrication de puces est passée de 37 % en 1990 à 12 % aujourd’hui, selon la Semiconductor Industry Association, un groupe commercial. L’administration Biden a fait pression pour que le Congrès adopte la loi CHIPS, d’un montant de 52 milliards de dollars. Elle vise à augmenter la fabrication de puces informatiques et la recherche. Une législation distincte, également à l’étude, créerait un nouveau crédit d’impôt pour les investissements dans les installations de fabrication de semi-conducteurs.

Des investissements futurs annoncés par différents fabricants

Plusieurs fabricants de puces ont signalé leur intérêt pour l’expansion de leurs activités aux États-Unis. Ils le feront si le gouvernement américain facilitera la construction d’usines de puces. Micron Technology, dont le siège est à Boise, dans l’Idaho, a déclaré qu’elle investirait 150 milliards de dollars dans le monde au cours de la prochaine décennie.

L’objectif étant de développer sa gamme de puces mémoires, avec une expansion potentielle de la fabrication aux États-Unis. Pat Gelsinger, PDG du fabricant de puces Intel, basé en Californie, a exhorté les États-Unis à concentrer leurs subventions aux semi-conducteurs sur les entreprises américaines.

Plus tôt cette année, Intel a annoncé son intention d’investir 20 milliards de dollars dans deux nouvelles usines en Arizona. Taiwan Semiconductor Manufacturing Co. ou TSMC, ont construit sa propre usine en Arizona.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *