Accueil > Tendances > Marché > Sécurité IoT : la moitié des entreprises n’arriverait pas à détecter les failles
securite iot andres umana

Sécurité IoT : la moitié des entreprises n’arriverait pas à détecter les failles

Selon une étude de Gemalto, près de la moitié des entreprises ne sont pas capables de détecter les failles de sécurité IoT. La blockchain semble la solution la plus adéquate à leurs problèmes.

Gemalto, un des leaders mondiaux de la sécurité numérique, s’est penché sur la capacité des entreprises à détecter des failles de sécurité IoT. À ce titre, l’entreprise en cours de rachat par Thales a interrogé 950 spécialistes IT et dirigeants d’entreprise à travers le monde. Le rapport se nomme “The State of IoT Security”, l’état de la sécurité IoT en français.

Résultat, seulement 48 % des entreprises sont capables de détecter si les équipements IoT ont subi une brèche de sécurité. Pourtant, elles ne limitent pas leurs efforts.

Sécurité IoT : une prise de conscience forte, mais il subsiste des lacunes techniques

En effet, les dépenses dans la cybersécurité en 2018 représentaient 13 % du budget IoT total, contre 11 % en 2017. Surtout, il y a une prise de conscience très forte. Près de 90 % des entreprises estiment qu’il s’agit d’un sujet important pour leurs clients. De même, 14 % d’entre elles considèrent la sécurité IoT comme une responsabilité éthique, contre 4 % il y a un an.

De leur côté, les consommateurs ne font pas confiance en l’IoT. Selon le rapport “Connected Living in 2030 de Gemalto”, 62 % d’entre eux considèrent que les améliorations de la sécurité sont nécessaires. Ils craignent en premier lieu du manque de confidentialité des objets connectés (54 %). Les hackers effraient également les utilisateurs qui ont peur de perdre le contrôle de leurs équipements IoT (51%). Troisième point, la moitié d’entre eux (50 %) craignent une perte de contrôle de leurs données personnelles.

Il faut dire que les dirigeants et les spécialistes IT ne savent pas trop sur quel pied danser. C’est en tout cas ce que l’on comprend du rapport The State of IoT Security« . Plus de 79 % des entreprises souhaitent des directives claires et solides de la part des gouvernements concernant la sécurité IoT. Pour 59 % d’entre elles, il s’agit de savoir qui est responsable en cas de problème. Les responsables interrogés veulent surtout une uniformisation des réglementations IoT (95%).

Les entreprises sauvées par la blockchain ?

En attendant, les entreprises cherchent des solutions alternatives. La blockchain attire de plus en plus d’acteurs. Entre 2017 et 2018, l’adoption de cette technologie dans le cadre de la sécurité IoT a presque doublé, passant de 9 à 19 %. D’autre part, 23 % des professionnels interrogés pensent que la blockchain apparaît comme une solution idéale pour la sécurité IoT. La majorité des entreprises qui n’utilisent pas la technologie seraient prêtes à l’employer dans un avenir proche (91 %).

Environ 73 % des entreprises basées au Moyen-Orient sont particulièrement désireuses d’explorer l’utilisation de la blockchain dans le cadre de la sécurité IoT. 68 % des répondants indiens partagent la même envie, tout comme 56 % des responsables américains.

Pour le moment, les méthodes de protection sont plus classiques. Pas moins de 71 % des sondés déclarent que leur organisation chiffre les données IoT, 66 % d’entre eux adoptent la protection par mot de passe et 38 % emploient la méthode de l’authentification double facteur.

Sources & crédits Source : - Crédit : Photos : Unsplash - Andres Umana
Cahier des tendances « RETAIL CONNECTE »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend