in ,

Qu’en est-il de la pénurie de puces à semi-conducteurs ?

Semi-conducteurs

Il y a de fortes chances que vous ayez entendu parler de la pénurie mondiale de puces à semi-conducteurs. Vous en avez peut-être été personnellement affecté lors de l’achat d’un véhicule neuf ou d’occasion au cours des 18 derniers mois. Deux membres du corps enseignant du département d’ingénierie électrique et informatique de l’université A&M du Texas — le professeur Paul Gratz et le professeur de pratique et chef de département associé Stavros Kalafatis — s’expriment sur la question.

Au cours des 20 dernières années, le processus de fabrication des puces à semi-conducteurs a connu un changement important. En effet, la plupart des fabrications se font désormais à l’étranger. Ce changement a bien fonctionné pour l’industrie des semi-conducteurs avant la pandémie. Car les fabricants étaient en mesure de concevoir les puces en interne. Ils peuvent aussi les faire fabriquer à un coût bien moindre à l’étranger.

Mais en 2020, lorsque la pandémie a choqué le monde, les consommateurs achetaient moins de tout. Par conséquent, les entreprises technologiques ont cessé d’acheter des stocks. Lorsque le monde a continué à tourner d’une nouvelle manière virtuelle, avec de nombreux travailleurs à domicile, des articles tels que les ordinateurs portables et autres appareils électroniques sont devenus extrêmement demandés. Les ventes d’ordinateurs personnels ont augmenté de 11 % en 2020. La plus forte croissance pour cette technologie en une décennie.

Cette demande inattendue a choqué de nombreux acteurs du secteur de l’électronique. Personne n’était préparé à tout ce qui a suivi en 2020. La pénurie de puce a particulièrement touché l’industrie automobile. Elle continue d’en ressentir les conséquences aujourd’hui. Cela s’explique en partie par la décision de cesser les commandes de microcontrôleurs et d’autres puces au début de la pandémie.

Pénurie de puces : le stock ne parvient pas à répondre à la demande

Comme ces puces sont utilisées pour les voitures ainsi que pour d’autres technologies, telles que les smartphones et les ordinateurs portables, les stocks ne sont tout simplement pas disponibles à l’heure actuelle.

« Le nombre de puces pouvant être fabriquées par unité de temps est limité », explique M. Gratz. À l’heure actuelle, toutes les installations de fabrication sont en rupture de stock. Elles ne sont  toujours pas en mesure de répondre à la demande. Il faut beaucoup de temps (environ deux ans) pour en construire de nouvelles. Nous sommes donc coincés avec ce que nous avons jusqu’à ce que d’autres installations de fabrication puissent être mises en service. »

L’International Data Corporation prévoit que le marché des semi-conducteurs atteindra 600 milliards de dollars d’ici 2025. Ce qui représente un taux de croissance annuel composé de 5,3 % tout au long de la période de prévision. Ce qui est supérieur à la croissance mature typique de 3-4 % observée historiquement.

Alors, que faire à partir de là ? Selon M. Gratz, un premier pas serait d’héberger davantage d’installations de fabrication aux États-Unis. Cela pourrait permettre de réduire les délais de fabrication à long terme. À court terme, les fabricants de puces dépensent activement des centaines de milliards pour augmenter leur capacité afin de répondre à la demande. Malgré ces efforts, M. Gratz et M. Kalafatis estiment qu’il faudra au moins six mois à un an pour que l’industrie des puces à semi-conducteurs retrouve des procédures de fonctionnement plus normales.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.