in ,

SpaceX obtient l’autorisation pour tester la communication direct cell via les satellites Starlink

Connection par satellites Direct Cell de SpaceX

Afin de pouvoir tester les satellites deuxième génération Gen2 NGSO, SpaceX a déposé une demande d’autorisation spéciale temporaire (STA) auprès de la Commission Fédérale des communications pour sa communication direct cell.

L’objectif de ces tests est de permettre la connexion directe de téléphones cellulaires non modifiés aux satellites Gen2 de SpaceX, conformément aux conditions stipulées dans l’ordonnance Gen2 octroyant à SpaceX l’autorisation de lancer et d’exploiter 7 500 satellites depuis le 10 décembre dernier. La compagnie a d’ailleurs annoncé son intention de procéder à des tests sur jusqu’à cinq appareils à divers niveaux de puissance. Mais aussi d’utiliser le spectre de T-Mobile US dans la bande 1,9 GHz. Ces tests seront ensuite déployés sur plus de deux douzaines d’emplacements. Dont la Californie, le Kansas, la ville de Redmond, San Diego, le Texas et la Virginie.

Nouvelle collaboration entre SpaceX et T-Mobile : une manœuvre stratégique pour la connexion direct cell dans l’espace

Cette démarche expérimentale s’avère nécessaire alors que la Commission examine toujours la demande de SpaceX visant à fournir une couverture spatiale supplémentaire (SCS) de manière permanente pour les consommateurs. La STA expérimentale proposée permettrait ainsi à SpaceX d’effectuer ces tests entre décembre 2023 et la décision finale de la Commission sur la demande de modification de SpaceX.

SpaceX prévoit alors de connecter ses antennes cellulaires directes à des dispositifs de test cellulaires en utilisant les bandes 1910-1915 MHz et 1990-1995 MHz (le PCS G Block). Cette collaboration implique T-Mobile USA, Inc. et ses filiales (T-Mobile). C’est-à-dire les seuls titulaires de la licence du PCS G Block aux États-Unis. Un bail de gestion du spectre a également été conclu entre SpaceX et T-Mobile. Celui-ci permet à SpaceX d’utiliser le bloc PCS G tel que spécifié dans la demande, avec le consentement de T-Mobile.

SpaceX dévoile sa première expérience satellite multiphase

L’expérience de SpaceX sera conduite en plusieurs phases. Elle couvre le lancement et la mise en orbite (LEOP) ainsi que l’altitude opérationnelle. Durant la période cruciale de LEOP, SpaceX testera la fonctionnalité de chaque charge utile à connexion cellulaire directe. Et les phases de test se déroleront à des altitudes comprises entre 290 km et 350 km. Elle évaluera donc leur bon fonctionnement sur une période de plusieurs semaines ou mois. En fonction des résultats, SpaceX pourra envisager l’élévation de l’orbite pour des tests supplémentaires.

Une fois à leur altitude opérationnelle, les satellites de SpaceX subiront des tests opérationnels. Ils vont par la suite communiquer avec des appareils cellulaires de test. Ces derniers seront contrôlés par le personnel de T-Mobile et/ou de SpaceX. Mais on devra s’attendre à ce que tout abonné commercial de T-Mobile soit exclu. Au final, SpaceX utilisera ses fréquences existantes et autorisées pour le backhaul et TT&C de son système Gen2 lors de ces tests.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.