in , ,

Symantec s’attaque à la sécurité de l’internet des objets

Symantec, la société californienne spécialisée dans les logiciels informatiques lance le Embedded Critical System Protection. Le programme est destiné à protéger du piratage le milliard d’objets connecté conçu à travers le monde.

La sécurité de l’IoT pris de plus en plus au sérieux

La sécurité de l »IoT est un thème de plus en plus préoccupant pour les entreprises. Au début du mois dernier Sansa sécurité se faisait rachetée par ARM, afin de renforcer la sécurité des objets connectés. C’est maintenant au tour de Symantec d’apporter sa pierre à l’édifice à la protection de l’IoT avec son nouveau programme intitulé Embedded Critical System Protection. L’objectif de Symantec est de réussir à intégrer son nouveau programme de sécurité au milliard d’objets connecté utilisé chaque jour à travers le monde. Le marché de l’IoT sera multiplié par 6 en 2020.

IoT en 2018 9 milliards d'objets connectés

Une maison connectée est-elle plus vulnérable ?

Symantec a déclaré que l’entreprise était investie dans la protection des objets connectés et plus particulièrement au sein de la maison connectée. Une annonce qui fait suite à la récente découverte du piratage des comptes gmail associés au dernier réfrigérateur connecté de samsung.

La tendance est à l’utilisation massive d’objet connecté au quotidien. Un objet connecté, c’est un objet plus intelligent, plus efficace, mais parfois plus vulnérable. Chaque jour c’est un nouveau hack d’objets utilisé au quotidien qui est révélé. Que ce soit votre porte de garage ou votre voiture piratable pour moins de 30 $, votre montre connectée, ou même votre nouveau bouton dash d’Amazon pour commander de la lessive, tous les objets connectés que vous utilisez semblent vulnérables du moment ou l’objet est connecté à internet.

la maison de demain sera plus connecté
La maison de demain sera plus connectée mais peut-être plus vulnérable

Source

One Comment

Laissez une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.