in ,

Transformation numérique en entreprise : découvrez les chiffres clés 

Transformation Numérique

Cette année a été marquée par l’engouement de la transformation numérique des entreprises en raison du télétravail. Découvrez dans cet article les chiffres clés qui caractérisent ce phénomène. 

La digitalisation a pris de l’ampleur au fil des ans. De nombreuses enquêtes sur ce sujet émanant d’organismes statistiques apparaissent. Dès lors, il devient possible de décrypter les évolutions qui se dégagent de cette transformation numérique des entreprises.

Transformation numériques : une tendance croissante au sein des PME

Les PME s’engagent aujourd’hui dans des processus liés à la transformation numérique. En effet, 70 % ont déjà mis en œuvre cette stratégie. Parmi les 3/4 des PME enquêtées, le principal avantage issu de cette transformation digitale concerne des performances améliorées des employés. En outre, ce phénomène a mis en avant une plus grande optimisation et une meilleure agilité de la société.

D’ailleurs, de nombreuses attentes ont été exprimées à l’égard des nouvelles solutions dans le domaine du management. Elles s’articulent principalement autour des besoins en liberté pour les entreprises notamment en matière de collaboration et d’accessibilité dans toutes les situations.

Avec de nouvelles solutions de gestion informatique, les collaborateurs et les associés de la société ont tous la possibilité d’accéder à des données identiques, peu importe leur emplacement. Grâce à ces différentes solutions, il est possible d’assurer une collaboration flexible dans l’ensemble de l’écosystème de la société.

digital transformation

Transformation numérique : investissements dans les technologies

En France, le cabinet IDC prévoit une accélération des investissements en ce qui concerne les technologies dédiées à la transformation numérique. Parmi ces outils figurent l’IA, la mobilité, le cloud ainsi que le big data. Ces dépenses vont être multipliées par 1,5 sur la période 2019-2024. Ils atteindront 47,4 milliards d’euros, ce qui représente 59 % de toutes les dépenses IT réalisées à cette date.

Pour mener à bien ce processus de digitalisation, diverses entreprises se tournent davantage vers les ERP ou progiciels de gestion intégrés. La majorité des PME envisagent ce système comme un élément moteur de la digitalisation.

Transformation numérique : l’ERP assure la continuité des activités des entreprises

77 % des structures comptant 200 collaborateurs et plus utilisent aujourd’hui des systèmes ERP. Les 2/3 des sociétés employant entre 20 à 199 travailleurs y ont également recours. Environ 74 % de ces PME considèrent que leur progiciel de gestion intégré contribue à la pérennité de leur entreprise.

Selon les 57 % qui ont participé à l’enquête, la mise à jour permanente des logiciels constitue le principal avantage des logiciels SaaS. Pour les 40 % des interrogées, le modèle SaaS constitue un outil de protection contre les menaces cybernétiques, ainsi qu’un moyen de rationaliser les méthodes facteur propices à la collaboration

Par ailleurs, 66 % de ces entreprises considèrent l’ERP comme un facteur favorisant le partenariat. Grâce au cloud computing, les acteurs commerciaux peuvent accéder aux données pertinentes selon leurs besoins.

 Ainsi, le consommateur a la possibilité de visualiser les stocks disponibles pour passer ses achats. De son côté, le vendeur est en mesure de formuler un devis même s’il se trouve en déplacement. De cette manière, il est possible de s’échanger en permanence et partout.

Les exigences tactiques des entreprises se traduisent par une intégration immédiate dans les ERP. Le processus pour intégrer une nouvelle application ou source d’information devient plus simple. En particulier des systèmes de suivi des dépenses ou des modules spécifiques de gestion des affaires. La capacité à adapter les éléments constitutifs du programme informatique s’accélère

ERP

À cet égard, le recours à la solution ERP devient une norme en pleine expansion. Ainsi, l’adoption de cette plateforme collaborative flexible et qui est d’ailleurs fondée sur le cloud permet de répondre aux différents obstacles rencontrés lors de la transformation numérique.

La transformation numérique présente des impacts positifs sur les bilans des sociétés

Il faut savoir que cette tendance constitue un véritable challenge au sein d’une société. Le fait d’adopter une attitude visant à optimiser les démarches opérationnelles améliore non seulement la productivité de ces sociétés, mais également leur rentabilité. Il en va de même pour celle qui opte pour la digitalisation afin de modifier les services clients. Elle a tendance à voir ses revenus augmenter.

Une hausse globale du rendement financier de la société

En effet, les bénéfices obtenus sont d’autant plus élevés que leur niveau de maturité numérique avance. À en croire les études du MIT Sloan et celles de Capgemini, le taux de rentabilité des entreprises à maturité digitale augmente de 26 % par rapport à celui de leurs homologues.

Au même titre, la mise en œuvre d’une nouvelle approche omnicanale entraîne une amélioration globale des capitaux. En outre, selon l’Association européenne au service de l’économie numérique, plusieurs avantages en découlent, notamment une :

  • Hausse des chiffres de 86 % des ventes ;
  • Augmentation d’environ 78 % du niveau de satisfaction client ;
  • Croissance de 65 % du trafic que ce soit dans une boutique ou en ligne ;
  • Progression significative du segment des nouveaux clients à 61 % ; 
  • Efficacité des opérations accrue à 69 %.

À ce jour, cette transition numérique fait partie des exigences des sociétés de toutes tailles. Cette stratégie vise à accroître les avantages commerciaux dans leur ensemble. Tout d’abord, il a été constaté que les relations avec les consommateurs s’améliorent non seulement au niveau des expériences offertes, mais aussi au niveau de la confiance client. Une telle amélioration entraîne une augmentation du bilan et va donc rendre l’entreprise plus rentable.

En revanche, dans le cas où la compagnie ne se lance pas dans cette démarche, celle-ci risque surtout de se retrouver en position déficitaire vis-à-vis de certains concurrents déjà plus digitalisés.

Transformation numérique : des avantages très incertains

Bien que la transformation numérique engendre de nombreux avantages, les entreprises ne sont pas en mesure de mesurer leur rentabilité. Le résultat d’exploitation peut aller de moins 20 % à plus 40 %. Ce bilan dépend des entreprises qui ont commencé leur parcours, selon les chiffres publiés en 2014 par McKinsey. 

Pour être performante, toute stratégie numérique doit respecter des normes ou des critères différents. Il faut que cette démarche soit bien suivie et managée par le chargé de stratégie numérique.

Forte disparité des acteurs face aux transformations numériques

Aujourd’hui, plus de 46 % de sociétés disposent d’une plateforme de commerce en ligne. Toutefois, ces sites sont très peu égaux en matière de digitalisation.

Il existe un fossé important qui sépare les grandes et les petites entreprises. Par ailleurs, au cours de l’année 2016, 47 % des sociétés françaises ont un site e-commerce, parmi celles qui comptent des effectifs dépassant les 250 salariés. Dans le cas contraire, les structures composées 10 salariés ou moins, seules 1/10 des sociétés pratiquent le e-commerce.

Pareillement pour ce qui concerne les différents outils digitaux ainsi que leurs efficacités. À peine 10 % des compagnies ayant entre 10 à 49 collaborateurs exploitent les outils digitaux correspondant à leur développement numérique. Inversement, presque 36 % des sociétés qui emploient 250 salariés ont recours à des dispositifs efficaces.

Pour les PME, le nombre de ressources financières, administratives ou techniques disponibles pour mener à bien le processus de numérisation est moins élevé. Ce décalage s’explique notamment par le manque d’échange interne et le retard du développement numérique dans l’entreprise. L’ACSEL dénombre que 23 % des PME françaises ne disposent pas l’équipe spécialiste en matière de transition numérique.

En plus, environ 43 % de ces sociétés ont leur propre équipe. Cependant celle-ci ne bénéficie pas d’une connexion suffisante avec les autres services internes. Elles ne sont que 1/3 à avoir mis en place des services consacrés avec un minimum de ressources internes.

Transformation numérique : les entreprises françaises en retard 

Par rapport à l’UE et aux autres pays, les sociétés françaises enregistrent un retard important dans la digitalisation. En ce qui concerne le développement de leurs outils numériques ou de leur commerce électronique, elles se trouvent loin des normes établies par les autres nations. Par exemple, le Danemark, qui occupe la première place en Europe dans le domaine de la numérisation.

Dans une étude menée en 2019 par Eurostat, 72 % du nombre d’entreprises françaises disposent de leur propre site Web, tandis que celle de l’UE enregistre une moyenne de 77 %. Cette dernière se positionne tout de même loin de celle du leader en Europe dont la moyenne atteint la barre des 94 %.

Toujours la même analyse, il ressort de cela que la performance des outils numériques en France ne dépasse pas les 11 %. Alors que le score moyen en Europe était de 18 % et celui du leader dépasse les 51 %.

Vente en ligne 

En ce qui concerne le commerce électronique, les Irlandais occupent la première place du classement européen. Il réalise 36 % de leurs ventes par le biais d’un site tandis que le Danemark en effectue 34 %. 

Pour sa part, la France a enregistré une baisse d’environ 20 % de son chiffre d’affaires dans l’e-commerce. Toutefois, elle conserve un taux de rentabilité similaire à celui de l’UE. D’ailleurs, ce dernier est de 17 %.

Sur le plan du développement numérique, les entreprises françaises ne figurent pas dans la liste des acteurs les plus dynamiques de l’Europe. En revanche, elles ont la possibilité de tirer parti de quelques atouts. Par exemple, la force de leurs groupes Télécom. Néanmoins, ces compagnies sont encore en retard, et ce pour des raisons différentes.

Manque de souplesse de l’organisation

En fait, au niveau administratif, le processus de digitalisation démontre une certaine rigidité et trop lente à se restructurer. Ainsi, sa relation avec le numérique se révèle biaisée. Les investissements consacrés à ce domaine sont rares. 

Très souvent, les stratégies numériques adoptées par les entreprises se concentrent davantage sur la communication et le marketing. Il ne s’agit pas d’un véritable changement systémique. Il faut en revanche tenir compte que la transformation digitale concerne aussi les services juridiques et RH.

Pour la France, la numérisation des structures administratives ne concerne que 77 % et celle des RH est limitée à 68 %. Quant au département de la communication et du marketing, il bénéficie d’une numérisation à hauteur de 86 %.

Les statistiques présentées dans cet article révèlent que la majorité des sociétés sont actuellement en plein processus de transition numérique. Ces initiatives sont mises en œuvre, avec ou sans stratégie par les dirigeants de ces dernières. De plus, il a été constaté que la collaboration et les synergies entre divers acteurs deviennent une priorité.

Désormais, les collaborateurs sont même conscients qu’il faut perfectionner les compétences digitales pour jouir pleinement des résultats positifs. En outre, à travers ces chiffres, les dirigeants reconnaissent la nécessité de miser davantage sur les outils numériques. En effet, ceux-ci ouvrent la voie à de nouvelles possibilités d’innovation, améliorent les performances et contribuent à renforcer la qualité du service client.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.