voitures autonomes iot usa hacker

USA : Le Département de la Justice étudie le danger des voitures autonomes

Le Département de la Justice des Etats-Unis a formé une équipe d’analystes pour étudier les dangers potentiels des voitures autonomes, des appareils médicaux et autres objets connectés pour la sécurité nationale.

Selon John Carlin, procureur général adjoint et chef de la division de la sécurité nationale au Département de la Justice des Etats-Unis (DOJ), l’objectif de ce nouveau groupe est de sécuriser l’Internet des Objets de son exploitation par la « menace terroriste » et par d’autres personnes, poouvant tenter de pirater des appareils pour causer la mort ou obtenir des informations politiques ou économiques.

maxresdefault

Un groupe qui a pour mission d’identifier des failles

Selon Carlin, l’IoT est vulnérable aux cyber-attaques parce qu’il n’a pas été conçu avec la sécurité à l’esprit. C’est cette idée qui a donné l’impulsion à cette équipe d’analystes, officieusement en activité depuis 6 mois. Toutefois, John Carlin reste sur ses gardes :


Profitez de 2 To à vie de stockage en ligne avec pCloud


« Ce groupe de 5 à 10 personnes ne veut pas être alarmiste à propos des nouvelles technologies intégrées aux voitures autonomes, il veut seulement identifier des failles avant qu’elles ne soient exploitées »

Ce haut fonctionnaire d’Etat n’a pas hésité à citer l’attaque au camion de Nice, ayant tué 86 personnes, comme un exemple de la façon dont des systèmes de conduite automatisés pourraient présenter une menace pour la sécurité nationale en cas de piratage.

« Intégré dans les voitures, l’IoT représentera clairement un risque pour la sécurité nationale lorsque cette transformation aura lieu »

Le Federal Bureau of Investigation and the National Highway Transportation Safety Administration (NHTSA) avait également publié un rapport en mars dernier, qui alertait que ces véhicules motorisés seraient « de plus en plus vulnérables » aux cyber-attaques.

L’industrie automobile doit prendre conscience du danger

Suite au rapport publié par le NHTSA, la marque Fiat Automobiles Chrysler NV rappelait 1,4 million de véhicules américains pour y installer un nouveau logiciel. Cette action marquait l’une des premières prises de conscience de l’industrie, concernant le danger que représente le piratage sur les véhicules connectés.

De plus en plus de véhicules disposent de fonctions connectées, surtout aux Etats-Unis, le berceau des technologies pour la voiture intelligente. Bien que le stade des véhicules totalement autonomes ne soit pas encore atteint, les autorités comptent dés à présent prendre des mesures, une fois le problème totalement analysé.

Carlin a également révélé s’être rendu deux fois à Détroit au cours des 6 derniers mois, dans le but de rencontrer les dirigeants de l’industrie automobile pour discuter des questions de sécurité nationale autour de la voiture intelligente. Ce nouveau groupe d’analystes est dirigé par Adam Hickey et inclut des experts de l’industrie et des partenariats avec d’autres organismes fédéraux, selon un porte-parole du Département de la Justice des Etats-Unis.

920x1240
John Carlin, chef de la division de la sécurité nationale au Département de la Justice des Etats-Unis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *