Accueil > Business > Robotique > Waymo recrute des ingénieurs d’Anki pour élaborer son camion autonome
waymo camion autonome

Waymo recrute des ingénieurs d’Anki pour élaborer son camion autonome

Dans un article, le média Axios assure que 13 employés du fabricants de jouets robots Anki sont maintenant des employés de Waymo. 

Anki avait su se faire un nom dans le secteur du jouet robotique. Le robot Cozmo séduisait et séduit encore les petits et les grands. Malheureusement, la société qui avait levé plus de 200 millions de dollars a échoué. Elle a renoncé faute de capitaux pour renouveler ses produits. En conséquence les employés se sont retrouvés au chômage après une semaine d’indemnité.

Waymo engage des spécialistes de la robotique pour développer son camion autonome

Treize experts en robotique anciennement chez Anki ont su rapidement rebondir. En effet, ils viennent d’être engagés par Waymo, la filiale de conduite autonome de Google. Parmi les recrues, l’on compte Boris Sofman, le cofondateur d’Anki ainsi que cinq ingénieurs en provenance du MIT, de l’université de Stanford et de Carnegie Mellon.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ils ne vont pas se pencher sur les voitures de Waymo. Ces spécialistes mèneront à bien le développement du système de conduite de camion autonome. Ils seront installés à San Francisco, dans les bureaux de la filiale de Google, en attendant que le projet prenne suffisamment d’ampleur pour nécessiter sa propre structure.

Selon Axios, le choix de Waymo n’a rien de surprenant. En mai dernier, on apprenait que la plupart des ingénieurs d’Anki avait trouvé un poste chez Sonos, le fabricant d’enceintes connectées. Par ailleurs, Boris Sofman a travaillé avec le personnel de la filiale dans les laboratoires de véhicules autonomes de Carnegie Mullon.

L’esprit d’Anki flotte sur la Silicon Valley

Même si Anki développait des robots jouets, le niveau de compétence et les technologies déployés sont du même niveau. Les experts en robotique et en intelligence Artificielle sont très demandés. Finalement, la startup déchue pourrait accomplir son objectif de démocratisation de ces technologies même après sa fermeture. Son esprit d’innovation semble flotter sur la Silicon Valley.

En revanche, Google conserve un haut niveau de discrétion concernant son avancée dans la conception de camions autonomes. En mars 2018, elle présentait un test s’étant déroulé dans les environs d’Atlanta, en Georgie, États-Unis. Un 35 tonnes sans conducteur avait roulé entre deux entrepôts logistiques de la firme de Mountain View.

Dmitri Dolgov évoquait des ambitions plus larges de Waymo lors de la conférence EmTech Digital du MIT Tech Review en mars.

« Notre but n’est pas de fabriquer une voiture, nous construisons vraiment un conducteur. Vous pouvez utiliser ce conducteur dans toutes sortes d’applications commerciales, qu’il s’agisse de service de taxi, de transports de marchandises, de livraisons, de la connexion des transports en commun aux véhicules personnels ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *