wearatec une

Wearatec bouleverse les habitudes des horlogers avec Link

Wearatec, une startup canadienne propose une montre connectée hybride nommée Link. Un projet qui démontre bien l’évolution rapide de l’industrie horlogère grâce à l’Internet des Objets. 

Le monde change vite, très vite. La révolution connectée bouleverse des silos écosystémiques que l’on croyait, à tort, immuables. Les secteurs bancaires, automobiles ou santé se reconfigurent à une vitesse formidable, accélération brutale dont seuls les plus souples et les plus résilients sortiront vainqueurs répondant à cette maxime shakespearienne « Venez madame, venez mourir pour vivre à nouveau ».

Installez le VPN le plus RAPIDE de la planète !
Pour 3,11€ par mois seulement

L’industrie horlogère, Xavier Comtesse, vous en décrypte les enjeux régulièrement sur ce média, connait parmi les plus importants défis de son histoire. A l’image du silo automobile, elle doit passer, dans une séquence très courte, de la perfection mécanique à l’intelligence électronique et logicielle. Le boitier, pourtant écrin sanctuarisé, se voit ouvert- fracturé pourront dire certains – les chaines de production renouvelées, les métiers changés.

Un morcellement du paradigme horloger

wearatec rappel

Frédéric Constant vient d’intégrer un tracker d’activité dans son « Horological Smartwatch » quand Tag Heuer passe déjà le milieu du guet avec sa « Connected » hybridée avec une puce Intel. C’est un éclatement de l’industrie à laquelle nous assistons et dont la déflagration est déjà meurtrière : des plans de licenciements importants ont déjà été annoncés.

Le spectre des réponses possibles par les grandes marques horlogères est pourtant assez large. Une remise en cause est incontournable, mais la radicalité n’est pas la seule option.

L’hybridation de l’ancien ADN de Corporations, solide, mais rigide, avec celui de startups, innovant et véloce, est une des opportunités du champ des possibles. Nous avons déjà mentionné, dans ces colonnes, la réponse apportée par Biowatch en termes de solutions d’identification ou de solutions de paiements inviolables.

Notre attention se portera aujourd’hui sur une startup canadienne, Wearatec, dont le produit « Link » a pour mission de construire des ponts entre deux rives.

Wearatec mise sur une montre hybride

wearatec montre hybride

Link est une solution embarquant l’intelligence des smart watches non pas dans le boitier mais dans la boucle de montre, terre de conquête pour les horlogers. Wearatec y embarque huit fonctionnalités clefs :

  1. Les notifications (appels, textos, calendriers, email). L’ambition est de laisser le mobile dans la poche dans une optique ergonomique plus évidente. L’élégance de ne pas sortir son mobile en réunion ou rendez-vous galant.
  2. Push alerts. Même logique mais orientée vers les médias sociaux.
  3. Fitness. Pas de révolution ici sauf que la surveillance du rythme cardiaque ou des calories brulées peut maintenant de faire depuis une Rolex ou un Patek Phillipe.
  4. Chronographe. Comble pour une merveille de mécanique, pourquoi dupliquer ce que le boitier fait déjà si ce n’est la simplicité d’usage.
  5. Support de langues. Français, anglais, espagnol, allemand, russe et chinois sont ici supportés.
  6.  Contrôle à distance. Linnk fait également office de télécommande via un module bluetooth. La connexion vous permet de lire/ lancer votre musique par exemple.
  7. Paiement. La solution embarque une puce sécurisée qui permet d’effectuer de petits paiements via NFC, de collecter les points de fidélité ou de s’intégrer dans des solutions domotiques.
  8. Micro. La fonctionnalité se limite aujourd’hui à un dictaphone mais intègrera prochainement un assistant vocal.

Connecter l’horologerie traditionnelle avec l’innovation

wearatec mail

Wearatec est une des plus brillantes initiatives de cette effervescence autour des montres. Un premier accord de distribution a été récemment signé avec un acteur du luxe européen.

Cet effort de R&D appelle cependant encore un effort plus important encore pour répondre aux standards positionnés par les gros silos manufacturiers mondiaux que sont Apple ou Android.

Là où ces marques viennent en concurrence frontale avec les marques horlogères suisses, Wearatec apporte une brique connectée « plug’n’play », chaînon manquant de l’évolution économique darwinienne entre deux mondes : celui des corporations et celui des startups, celui de la mécanique et celui de l’immatériel.

Wearatec débute une campagne de crowdfunding pour financer l’accélération de la demande marché et maintenir son avantage compétitif. Dilshan Modaragamage, CEO de Wearatech, détaille le propos :

« Le crowdfunding est un excellent moyen d’obtenir une rétroaction et une adoption rapide de ceux-là mêmes qui sont intéressés par ce que nous avons créé. C’est également un excellent moyen d’obtenir son soutien, son financement et sa commercialisation. Voilà pourquoi nous avons lancé le Indiegogo, nous avons besoin de votre aide pour mettre ce produit innovant dans les mains des amateurs de montres et passionnés de technologie. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *