Accueil > Business > Agriculture > Agricool lève 4 millions d’€ pour cultiver des fraises dans des containers intelligents
agricool kima ventures daphni

Agricool lève 4 millions d’€ pour cultiver des fraises dans des containers intelligents

Agricool vient de lever 4 millions d’euros. Cette startup française veut produire des fruits et des légumes dans des containers maritimes intelligents.

Guillaume Fourdinier et Gonzague Gru sont des enfants de paysans (non, ce n’est pas péjoratif votre humble serviteur est fils de « cul terreux » dixit son père). Et comme tout fils d’agriculteur, vivre en ville entraîne un grand changement : le contenu de son assiette.

Les AMAP permettent de compenser ce problème, mais dans les grandes villes, il n’est pas toujours évident de trouver des fruits et des légumes à sa convenance.

Surtout que ces associations ne peuvent fournir une grande quantité de foyers, à l’ère des mégalopoles. La startup fondée par les deux jeunes hommes a été créée en réponse à ce problème.

Ils conçoivent des conteneurs maritimes augmentés, qui permettent de produire intelligemment des fruits et des légumes. Leurs premiers essais se déroulent à Paris où ils produisent des fraises dans cet étrange outil de plantation. Le Cooltainer  de 32 mètres carrés accueille 3600 plans de fraises qui poussent sous des éclairages LED basses consommations contrôlées à distance.

Des containers automatisés pour les agriculteurs urbains

fraise agricool

Les puristes diront, « rien ne vaut la lumière du soleil et de la bonne terre au pied des plantes ». Agricool ne peut pas remplir cette condition, mais refuse d’utiliser des pesticides et se contente d’un substrat biologique.

De plus, les plants sont protégés de la pollution grâce au filtrage de l’air. L’apport d’eau est dosé très précisément grâce à des brumisateurs. L’utilisation de l’énergie renouvelable et des containers recyclés s’inscrivent dans une démarche éco-citoyenne.

La production est 120 fois supérieure à une culture classique. Le haut niveau technologique et la R&D reposant sur la recherche d’agronomes permettent d’automatiser cette production et de piloter les différents paramètres : hydratation, apport en éléments, lumière, etc.

Plus tard, Agricool imagine développer un service d’aide à la gestion des cooltainers installés en ville. En prenant des photos des plants, l’apport de la computer vision permettrait de repérer les maladies potentielles qui parasitent les plantes.

A terme, le modèle économique reposera sur la location des containers et par la prise d’un pourcentage sur la vente. La startup compte récupérer 65 000 euros de recette annuelle pour trois containers, en vendant 3 euros la barquette de 250 grammes.

4 millions d’euros : l’engrais d’un projet bio par Agricool

Le projet d’Agricool a fortement séduit les investisseurs du fonds Daphni, mais aussi Kima Ventures, la branche VC de Xavier Niel, Henri Seydoux, CEO de Parrot, ou encore Jean-Daniel Guyot, cofondateur de CaptainTrain. Les 4 millions d’euros récoltés serviront à semer les prochains Cooltainers dans un entreprôt de 4000 m2.

Agricool veut installer 75 containers autour de Paris en 2017. L’objectif, produire 91 tonnes de fraises et tenter l’aventure avec d’autres fruits et légumes. Un pari technologique osé qui démontre que la culture hors-sol prônée à la fin des années 1950 peut revenir à la mode et changer durablement nos modes de consommation.

Cahier des tendances « RETAIL CONNECTE »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend