Accueil > Entreprises > Schneider Electric > Bâtiment connecté : la vitrine de Schneider Electric à Singapour
schneider electric singapour bâtiment connecté

Bâtiment connecté : la vitrine de Schneider Electric à Singapour

À la fin du mois de mars dernier, Schneider Electric a inauguré son nouveau siège à Singapour. Ce bâtiment connecté est conçu comme une véritable vitrine du savoir-faire du groupe.

Spécialisé dans les produits de gestion d’électricité, le groupe français Schneider Electric se devait de se lancer sur le marché de l’Internet des Objets. Comme beaucoup d’entreprises, la firme a décidé d’appliquer les préceptes du bâtiment connecté et de la gestion énergétique à ses propres infrastructures.

Schneider Electric automatise son siège à Singapour

On comprend alors le choix de l’équipe en charge de concevoir le siège pour l’Asie du Sud-Est situé à Singapour. Schneider Electric a décidé d’en faire un bâtiment connecté énergétiquement efficient. Selon les informations recueillies par le Monde, cela commence par le choix des matériaux. L’immeuble nommé The Pulse a été construit à partir d’un bloc de neuf étages datant de la fin des années 1990, puis recyclé. Jusque là, rien de très différent des pratiques de construction des bâtisseurs asiatiques.

Le bâtiment connecté d’une superficie de 20 000 mètres carrés se différencie par les technologies qu’il embarque. Il s’agit de faciliter la gestion d’un établissement capable d’accueillir 1200 personnes.

Pour cela, Schneider Electric a fait installer 3000 capteurs, dont 1200 sont conçus par ses soins. Ils permettent de suivre et gérer les équipements en temps réel, de prendre des décisions comme le contrôle à distance d’ouverture de portes, le changement de température, de l’intensité de l’éclairage, ou encore mesurer précisément l’efficacité de la climatisation, de consulter les caméras, entre autres.

Bâtiment connecté : une vitrine pour les entreprises asiatiques

Il ne suffit pas de mesurer le comportement des chauffages, des éclairages, ou des flux d’air. Schneider Electric compte surtout sur l’automatisation des réponses aux différentes problématiques liées à la gestion énergétique. Une ampoule allumée dans une pièce vide ? Le système l’éteint automatiquement. Une fenêtre ouverte dans une pièce rafraîchie par l’air conditionné ? Elle est fermée automatiquement. Pour cela, le groupe français met à profit son architecture logicielle ExoStruxure. Cette plateforme IoT facilite la remontée des données dans le Cloud et la connexion avec pas moins de sept outils d’analyses. Ces derniers assurent l’automatisation des processus décrits ci-dessus. Ils permettent également l’intervention des techniciens quand un problème ne peut être résolu par le biais de la machine.

Cette solution de contrôle environnementale, Schneider Electric veut la promouvoir auprès de ses clients professionnels. Pas moins de 20 000 intégrateurs système ont déployé la solution ExoStruxure au sein de 480 000 installations. Ce sont plus de 1,5 million d’actifs qui sont connectés à la plateforme. Évidemment, le bâtiment connecté singapourien est une vitrine pour séduire les entreprises du secteur du bâtiment, de la santé, des centres des données, des services publics ou du pétrole et du gaz. Installer une antenne en Asie du Sud-Est promouvant l’efficacité énergétique devrait faciliter l’adoption du bâtiment connecté à Singapour, mais aussi dans les pays voisins que ce soit la Malaisie, l’Indonésie ou encore la Thaïlande.

Cahier des tendances « RETAIL CONNECTE »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend