in ,

Connecter les chevaux : un enjeu majeur de l’IoT

Le groupe Midi-Pyrénées Innovation s’est aperçu, fin 2013, que les sports équestres devaient être dynamisés. Pour se faire, il est envisagé de mêler les objets connectés au monde équestre. La journée découverte “Innover dans l’entreprise équine : l’écurie intelligente” du 29 août 2014 et la rencontre du 12 février 2015 entre le pôle Hippolia et le pôle Transactions Électroniques Sécurisées ont déjà été consacrées à ce vaste sujet : connecter les chevaux.

Lier entreprises équines et objets connectés : une nécessité

Depuis une dizaine d’années, la filière équine a amorcé une phase de mutation de ses équipements. Parallèlement, le monde des objets connectés est en pleine expansion depuis quelques années déjà et les chiffres annoncés pour 2020 font état de 30 milliards d’objets connectés dans le monde.

Pourtant, pour l’instant, le milieu équestre semble totalement isolé de ces avancées technologiques. Remarque notamment faite à l’encontre du bracelet connecté Nike Plus Fuelband SE : il ne prend pas en compte l’équitation comme sport. Ce n’est néanmoins pas le seul produit à se désintéresser de ce domaine.

Aujourd’hui, le marché du travail, la réinsertion thérapeutique ou sociale viennent s’ajouter aux utilités du cheval, autrefois cantonné au milieu des courses hippiques ou des loisirs. Au même titre que les autres secteurs d’activités, le milieu équestre possède des utilisateurs ouverts aux nouvelles technologies.

Les avantages de la connexion du milieu équestre

connecter les chevaux
L’application Horselog destinée à prendre soin de son cheval

 

La rencontre entre la filière des objets connectés et la filière équine, outre l’innovation qu’elle va engendrer, possède un triple but : améliorer la performance,  la rentabilité et la compétitivité de l’intégralité du secteur équestre.

Pour favoriser à la fois les métiers liés à cet animal mais aussi sa santé et l’utilisation qui peut en être faite, la journée-découverte  “Innover dans l’entreprise équine : l’écurie intelligente” du 29 août 2014 a été pensée. Le but ? Utiliser les objets connectés pour la surveillance de l’animal, sa santé, son environnement, la gestion de la clientèle et de la cavalerie.

Le 12 février 2015, le pôle Hippolia et le pôle Transactions Électroniques Sécurisées se sont associés pour permettre un échange d’idée entre leurs membres. Les premières utilisations d’objets connectés dans le monde équin seraient effectuées dans un but de performances sportives, économiques et écologiques sans oublier l’aspect sécurité et bien-être des chevaux comme des personnes les montant ou en prenant soin.

Le PMU va connecter les chevaux en 2015

connecter les chevaux
Guillaume Dolbeau, e-PMU Manager, au micro, explique son projet de connecter les selles des chevaux de courses

 

Seule connexion effective cette année : celle des chevaux de courses. Le 5 décembre 2013, Guillaume Dolbeau, e-PMU Manager avait déclaré que l’entreprise de paris hippiques travaillait “activement à mettre de l’internet en direct sur les chevaux pour enrichir l’information du parieur.

En 2015, il est prévu que ce projet voit le jour puisque les parieurs pourraient prochainement avoir accès à la position exacte des chevaux pendant les courses grâce à une balise, accrochée à la selle, précise à quelques centimètres près. La géolocalisation est assurée dans l’hippodrome via des émetteurs locaux afin de permettre une précision supérieure à celle du GPS satellitaire.

C’est pour l’instant le seul domaine, semble-t-il, où les objets connectés vont interagir avec le milieu équin. Pour le reste et pour l’heure, seules existent les applications destinées à surveiller les soins donnés à son cheval.

source : pole-hippolia.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.