Accueil > Tech > Réseaux > Constellation IoT : CLS veut lancer des nanosatellites dédiés à l’Internet des Objets
constellation iot reseau

Constellation IoT : CLS veut lancer des nanosatellites dédiés à l’Internet des Objets

Collecte Localisation Satellites (CLS) , une entreprise française basée à Toulouse depuis 1986 s’apprête à construire et à déployer une constellation IoT de 20 nanosatellites. Il s’agit d’apporter de la connectivité à des objets déployés en mer ou à des endroits difficilement couverts par les réseaux IoT. Coût de l’opération : près de 120 millions d’euros.

Par le biais de sa filiale Kinéis, CLS, une entreprise toulousaine spécialisée dans la fourniture de solutions d’observations et de surveillance de la Terre va déployer un réseau IoT d’un nouveau genre. Elle compte lancer 20 nanosatellites de 25 kg d’une dimension de 20 sur 40 centimètres. Ils seront mis en orbite à 600 kilomètres de la Terre pendant quatre ans. Ces derniers permettront de générer une connexion à distance pour des objets connectés présents sur terre et en mer. Les cas d’usage sont nombreux : pêche intelligente, suivi des marchandises maritimes, connexion de plateformes pétrolières, localisation d’actifs pour la supply chain, etc.

Un complément aux réseaux IoT terrestres

La solution de Kinéis viendra remplacer le système Argos soutenu par le CNES. Pour rappel, ce dernier permet de géolocaliser un actif par satellite à l’aide d’une balise permettant une précision de 150 mètres. Ce système jusqu’alors très prisé des armateurs n’est pas viable. Reposant sur six satellites européens, américains et indiens, ils sont bien plus longs à déployer dans l’espace que les nanosatellites de Kinéis.

Ainsi, la couverture fournie par les nanosatellites permettra de prendre en charge les 20 000 navires géolocalisés actuellement gérés par Argos. Les dirigeants de CLS promettent également des performances supérieures afin de répondre aux multiples cas d’usage rendus possibles par l’Internet des Objets. La constellation IoT de Kinéis dispose d’un mode bidirectionnel et supportera de nouvelles puces moins chères à intégrer dans les objets. Il s’agit de fournir une connectivité très longue portée, basse consommation et à bas coûts. Kinéis se place comme une alternative aux réseaux IoT comme le NB-IoT, Sigfox et LoRa.

Une constellation IoT à plus de 100 millions d’euros

Selon Kinéis, le lancement de 20 nanosatellites et des 20 suivants coûtera entre 100 et 130 millions d’euros. Le Centre national d’études spatiales qui possède plus de la moitié de CLS compte aider ses filiales à lever 100 millions d’euros afin de déployer cette constellation IoT. CLS et le CNES seront donc investisseurs minoritaires dans ce projet. La construction de cette infrastructure sera chapeautée par Thales Alenia Space qui fera appel à deux PME, selon la Tribune. La première Nexeya fabriquera les nanosatellites, tandis que la seconde, Syrlinks, s’occupera du système de radiocommunications. Le lancement de la constellation IoT est prévu pour 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend