Accueil > Business > Agriculture > Dangers de l’été : ces entreprises à la recherche de solutions innovantes
dangers de l'été

Dangers de l’été : ces entreprises à la recherche de solutions innovantes

Ah les vacances estivales ! Ce moment idyllique où l’on profite du soleil, de la plage et des bienfaits de la mer. Mais il ne faut pas oublier les dangers de l’été. Ces entreprises proposent des solutions connectées pour pallier des problèmes graves.

Vault RMS prévient les pompiers des dangers des fumées toxiques

vault dangers de l'été

Les feux de forêt et les incendies en tout genre sont un gros problème en ce moment dans le sud de la France. Le Var, la Corse, Les Landes, beaucoup de départements sont touchés par le problème. Cela implique de faire intervenir massivement les hommes du feu. Des pompiers qui prennent des risques de se blesser, mais également de s’intoxiquer avec les fumées. Voilà l’un des dangers de l’été.

À San Diego en Californie, Vault RMS développe Vault Exposure Tracker, une solution basée sur des capteurs et un logiciel cloud pour prévenir les pompiers de leurs expositions prolongées à des toxines comme le dioxyde de carbone, le monoxyde de carbone, ou l’acide cyanhydrique.

Les capteurs de chaleur et de composant chimique placés sous la forme de wearable remontent les données sur la plateforme Cloud afin de prévenir les soldats du feu s’ils doivent consulter un cancérologue, par exemple. Les données anonymisées permettent également aux médecins de faire avancer la recherche, de recenser et diagnostiquer les cas de cancer des poumons chez les pompiers.

Il s’agit principalement d’informer les personnes concernées concernant les dangers de l’été ou non auxquels ils sont exposés. Les pompiers ont accès au logiciel suivant différentes modalités, du gratuit à l’abonnement de 50 dollars par an. De son côté la startup Vault RMS, fondée en 2013, a levé 1,3 million de dollars en seed pour mettre au point cette solution.

Mobosens, un capteur pour mesurer la qualité de l’eau

La plupart des vacanciers vont tenter de se rendre au bord de la mer. Les dangers de l’été sont nombreux à la plage ou en rivière. Or la qualité de l’eau de bain peut laisser à désirer et les points de baignades ne sont pas tous dotés de pancartes renseignant la qualité de l’eau.

Mobosens est le projet d’une équipe de recherche scientifique basée dans l’Illinois qui a réussi à faire financer le prototype de son projet sur Indiegogo. Les personnes impliquées dans Mobosens ont développé un boitier connecté à un smartphone disposant de nombreux capteurs de composants chimiques comme les nitrates, les hydrocarbures, les éléments pathogènes, les métaux lourds, etc.

L’objectif, tester différentes sources d’eau, potable ou non pour y étudier les pollutions et renseigner les collectivités. Le projet débuté en 2013 semble toujours en cours de développement.

NoStress, une balise pour surveiller les enfants au bord de la piscine

nostress dangers de l'été

Une fois que l’on a vérifié la qualité de l’eau, il faut vérifier l’espace de baignade que ce soit au bord d’une piscine d’une plage ou d’une rivière. NoStress est une marque du groupe Nextpool Sokool, spécialiste de la sécurité pour les piscines. Elle s’adresse directement aux parents souhaitant renforcer la surveillance de leurs enfants et prévenir les dangers de l’été : les noyades.

Sa solution, une balise connectée placée dans un bracelet ou un collier qui communique en Bluetooth Low Energy avec le smartphone des parents. Les différents capteurs permettent de notifier l’éloignement au-delà de 40 mètres, l’immersion à partir de 10 cm dans l’eau et l’arrachement de la balise. Les informations sont transmises directement au smartphone depuis l’application dédiée. En cas d’accident, elle émet une alerte sonore et visuelle.

Un capteur d’UV prévient également de la surexposition des enfants au soleil. Si les parents ne veulent pas en permanence utiliser leur smartphone, un “phare” existe afin de connecter jusqu’à six balises. Comme avec l’ordinateur de poche, le phare clignote et émet un signal sonore puissant. La balise NoStress est disponible à partir de 89 euros, tandis que le phare coûte 199 euros.

CropX, les dangers de l’été pour l’agriculteur : les problèmes d’irrigations

Avec CropX, il est une nouvelle fois question d’eau. Mais les dangers de l’été ne touchent pas seulement les vacanciers, les agriculteurs peuvent subir de fortes sécheresses nuisant à leurs récoltes et donc à l’équilibre de leur activité. Tout comme Microsoft et Schneider, CropX est une startup qui mesure la qualité du sol afin de déterminer son besoin en eau ou en intrant. La solution composée de balises et d’un logiciel permet à l’exploitant de piloter le rendement de sa production.

CropX alerte l’agriculteur quand la parcelle surveillée manque d’eau. Si la balise est connectée au système d’arrosage, il peut depuis son smartphone, déclencher une réponse appropriée. Cette startup née à Tel-Aviv en 2013 est depuis présente à San Francisco et a levé 10 millions de dollars depuis sa création.

Avy Drone, un UAV autonome au secours des migrants

Les dangers de l’été sont nombreux. Certains sont imprévisibles, voire insoupçonnés. Pendant cette période estivale, la mer méditerranée devient un territoire dangereux pour toutes les personnes qui souhaitent la traverser légalement ou illégalement.

En effet, les passeurs pensant profiter de conditions météorologiques favorables chargent les navires de réfugiés, entraînant les catastrophes dont on entend très régulièrement les échos.

Selon l’ONU, en 2016 ce sont 3800 migrants qui se sont noyés en tentant de traverser la mer Méditerranée. Pour cette année, en mai, le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a décompté 1073 noyades malgré les 73 opérations de sauvetage ayant permis de sauver 8500 personnes.

En réaction à cette catastrophe humaine, Avy drone a imaginé un appareil électrique autonome conçu pour voler sur de longues distances (400 kilomètres), repérer les bateaux et venir en aide aux migrants.

Sa capacité de stockage de 10 kilogrammes lui permet de larguer des vivres, des gilets de sauvetage, des médicaments et même un canot de sauvetage. Si une personne a été repêchée, mais est blessée, le drone Avy peut transporter la poche de sang nécessaire à sa survie.

L’entreprise hollandaise derrière ce projet a été fondée en 2014. La vidéo ci-dessus a été publiée en février dernier. Elle démontre que le projet arrive bientôt à son terme pour aider les secours sur le terrain et limiter un des dangers de l’été.

A lire également

truphone iot

Truphone lève 287 millions d’euros pour passer du mobile à l’IoT

Truphone, l’opérateur britannique spécialiste de l’itinérance à bas coût lève 255 millions de livres auprès …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *