in , , , , ,

[DIGIWORLD] Vers une élévation des services grâce aux produits numériques ?

Lors de l’événement Digiworld Summit 2015, la première session du jeudi 19 novembre traitait de la mise en place de nouveaux services grâce à l’IoT dans divers secteurs. Industrie, automobile, santé, des professionnels ont répondu présents pour en parler.

Le secteur automobile

Vincent Bonneau, à la tête de l’unité innovation business chez Idate Insight, est venu parler ce sujet à travers l’exemple des voitures.

vincent bonneau

De nombreux services se développent aujourd’hui. Les gens ne sont pas prêts à payer pour ceux qui leurs semblent inutiles. La voiture connectée de demain va devenir une API, une deuxième Smart Home et générer des données grâce aux capteurs.

pcloud

Pourtant il faut bien faire attention et se demander si les consommateurs auront encore besoin d’une voiture à l’avenir. En effet, avec des services comme Blablacar, Uber, on remarque que les gens prennent goût à une mobilité plus simple, efficace et pratique. Une opportunité s’ouvre alors, celle de créer de nouveaux services, mais ce ne pourra être réalisable qu’avec la mise en place d’une plateforme dédiée, conforme et surtout d’alliances.

C’est au tour de Jean Cabanes, d’Accenture de traiter de ce sujet tout en gardant l’exemple de l’automobile. Il annonce qu’il est primordial d’améliorer la façon de passer au digital et ce de manière rapide.

Accenture

Produits, services, expérience consommateur, que pouvons-nous digitaliser ? Aujourd’hui, 80% des personnes qui achètent une voiture font leurs recherches sur le net. La vente en ligne restera faible d’ici 2020 dans ce secteur, mais il est important de savoir anticiper les besoins des clients car dans 70% des cas, le vendeur ne sait pas ce que le client veut quand il est en face de lui. Il faut donc proposer des offres au bon moment.

Le digital va permettre aux entreprises de s’améliorer, car les clients attendent plus d’efficacité, de flexibilité et de personnalisation de la part des constructeurs et des distributeurs. On sait très bien que remplacer les employés, dans le cadre de tâches répétitives, par des machines permet de réaliser des économies de taille tout en augmentant la productivité.

C’est en cela que les entreprises veulent de plus en plus créer des plateformes avec des services de mobilité, car la voiture connectée va autoriser l’émergence de nouveaux services. De plus, avec ces nouvelles voitures, la baisse de création d’automobiles serait de 40%.

Pour ce qui est de savoir si les gens sont prêts à payer pour ces services, pour un abonnement annuel tout compris, la réponse est oui, si ils sont convaincus. Une solution pourrait donc être de proposer un test du service pendant 6 mois de manière gratuite.

Recruter des personnes d’autres milieux afin créer de nouveaux modèles et devenir dominants sur le marché, voilà une autre proposition pour faire face à cette évolution rapide et prendre des décisions plus vite.

La santé connectée

Laurent Vandebrouck, propose un tour d’horizon du secteur médical au travers des solution apportées par Qualcomm Life.

qualcomm

Les hôpitaux ont un challenge quotidien et les patients ne cessent d’augmenter. On estime que 300 millions de personnes ont des maladies chroniques en Amérique du Nord et en Europe. Il serait bon de réduire ce nombre en trouvant des solutions rapides et efficaces. C’est ce que propose Qualcomm life avec sa plateforme 2net.

Collecter des données sur les personnes et avoir des informations sur elles depuis chez soi, c’est l’ambition de l’E-santé.

Pour ce qui est des pharmacies, le challenge est différent puisqu’il s’agit d’avoir des preuves, pour les assurances santé, que les patients utilisent les médicaments et traitements correctement et les suivent à la lettre.

Qu’est-ce que 2net? Avec des équipements médicaux connectés, il serait possible de récolter les données des objets connectés via WiFi, Bluetooth et de les transférer dans le cloud. Une application est aussi disponible pour transformer smartphone, tablette en gateway médical. On parle alors de l’Internet of medical things.

Quel est leur Business model ? Signer des accords avec les acteurs du médical pour assurer aux clients qu’ils seront toujours en phase de lire les data, car ils changent souvent la façon dont ils opèrent. Des partenariats avec les distributeurs d’hardware sont aussi conclus car il ne faut pas noyer les gens tout en proposant un service complet.

Quelles sont les personnes qui s’en servent ? Les hôpitaux comme le CHU de Limoges, les big pharma, les chaines de pharmacie comme Walgreens. En tout, c’est 500 membres de l’écosystème qui utilisent 2net.

Aujourd’hui on leur demande d’étendre leur écosystème à l’intérieur même des hôpitaux et à l’extérieur afin de s’assurer que les patients vont continuer de collecter des données en utilisant la même technologie, plateforme, chez eux. Un service end-to-end est également à déployer pour collecter des data, que le patient soit à l’intérieur ou à l’extérieur de l’hôpital. Avec toutes ces annonces, la digitalisation du médecin deviendra bientôt une réalité.

Il est quand même important de souligner que lorsque l’hôpital utilise la plateforme, Qualcomm ne récolte aucune donnée sur le dossier du patient et sécurise la confidentialité entre le patient et son médecin.

Smart home

Bruno Barlet, du groupe Legrand souhaite parlé du programme IoT lancé par Legrand, Eliot, afin de développer son offre IoT et de connecter ses produits.

legrand

On parle beaucoup de Smart Home, mais il existe aussi l’IoT dans les bâtiments et ce marché devrait croitre de 20% d’ici 2020. 60% de l’utilité des produits et de l’IoT seront B2B, 40% B2C.

Au centre de l’IoT il faut de l’énergie et surtout un réseau. Il est donc nécessaire de développer de grands partenariats et permettre une interopérabilité avec les objets. Leur solution, c’est d’amener une vie dans le building en connectant le bâtiment. Il sont bien entendu aussi sur le marché personnel avec des solutions dans le domaine de la domotique ou encore de l’assistance à l’autonomie.

Legrand souhaite offrir de nouveaux services aux professionnels comme pour le service de conciergerie, la gestion de l’énergie, la maintenance prédictive afin de voir apparaitre, comme c’était le cas dans la session du 18 novembre, l’Internet of Services.

L’industrie 4.0

Vincent Champain, directeur des opérations chez GE Corporate France, est venu présenter les avantages de la digitalisation dans le domaine de la production.

GE Corporate France

Digitaliser les services, développer une nouvelle plateforme afin d’accélérer le phénomène dans l’industrie, pourquoi les changements dont on parle depuis des années n’arrivent que maintenant? Car le prix des composants est presque égal à zéro aujourd’hui. La seule limite c’est la vitesse à laquelle on les trouve et on les intègre dans l’entreprise. Trouver une aiguille de valeur dans une botte de données c’est difficile, surtout à bas coûts. C’est du moins ce qu’ils pensent à l’heure actuelle.

Il faut donc donner la possibilité aux ingénieurs de développer leurs idées facilement et c’est ce que propose la plateforme de GE, Predix, de façon sécurisée.

La maintenance préventive, c’est aussi une idée assez vieille. Il s’agit d’être capable de voir qu’un équipement va échouer avant même qu’il n’échoue. Pour cela, il faut effectuer de la collecte de data et du traitement de ces données, afin de faire des économies. Pour les compagnies aériennes, la maintenance pourrait alors être réalisée à tout moment.

Avec des capteurs, des GPS, il est possible de faire de nouvelles choses qui ne coutent presque rien et donc de réaliser des profits rapidement. C’est pour cela que l’industrie change, qu’on parle d’industrie 4.0, car il est possible de créer avec des technologies et de les connecter de manière simple, rapide et rentable.

Vers un réseau de l’IoT

Thierry Lestable, Vice chair Lora Alliance monte alors sur scène pour parler du réseau Lora Aliance. Il est question de présenter leur solution, le réseau, les partenaires et leur déploiement dans le monde. Des choses qui sont déjà connues et disponibles sur notre site, aussi nous avons décidé de réaliser une interview afin d’en savoir un peu plus.

Cette première matinée a donc permis de faire un tour des secteurs et de leur digitalisation. Il ne reste plus qu’à savoir si les entreprises sont vraiment prêtes à franchir le pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *