in ,

La FTC américaine intente une action en justice pour empêcher le rachat d’ARM par Nvidia

nvidia rachat d'ARM

La FTC américaine a engagé une action en justice pour empêcher le rachat d’ARM par Nvidia. Cette action fait suite aux enquêtes prolongées menées par le Royaume-Uni et l’Union européenne sur cette opération. L’action de la FTC sera entendue lors d’un procès administratif qui débutera le 9 août 2022.

Le rachat d’ARM donnerait à l’une des plus grandes entreprises de puces le contrôle de la technologie. Il lui procurerait aussi le monopole des conceptions informatiques sur lesquelles les entreprises rivales s’appuient pour développer leurs propres puces concurrentes », indique l’annonce de l’action par la FTC.

« La plainte de la FTC allègue que l’entreprise combinée aurait les moyens et l’incitation à étouffer les technologies innovantes de la prochaine génération. Des moyens qui comprennent celles utilisées pour faire fonctionner les centres de données.

pcloud

La technologie d’ARM est un intrant essentiel qui permet la concurrence entre Nvidia et ses concurrents sur plusieurs marchés. La plainte prétend donc que la fusion proposée donnerait à Nvidia la capacité et l’incitation à utiliser son contrôle de cette technologie pour saper ses concurrents. Ce qui réduit ainsi la concurrence et entraîne en fin de compte une réduction de la qualité des produits. Cette fusion provoquerait aussi une réduction de l’innovation, des prix plus élevés et moins de choix. Ce qui nuirait aux millions d’Américains qui bénéficient des produits basés sur ARM, selon la plainte.

Selon la plainte, l’acquisition portera atteinte à la concurrence sur trois marchés mondiaux sur lesquels Nvidia est en concurrence :

  • Systèmes avancés d’aide à la conduite de haut niveau pour les voitures particulières. Ces systèmes offrent des fonctions de conduite assistée par ordinateur.
  • les SmartNIC de DPU. Il s’agit des produits de mise en réseau avancés utiles pour la sécurité et l’efficacité des serveurs des centres de données ; et
  • les processeurs basés sur la technologie ARM pour les fournisseurs de services d’informatique en nuage.

Le rachat d’ARM par Nvidia porte atteinte à la concurrence

La plainte affirme également que le rachat d’ARM portera atteinte à la concurrence. Elle donne à Nvidia l’accès aux informations sensibles sur le plan concurrentiel des titulaires de licences d’ARM, dont certains sont des rivaux de Nvidia, et qu’elle est susceptible de réduire l’incitation pour ARM à poursuivre des innovations qui sont perçues comme étant en conflit avec les intérêts commerciaux de Nvidia.

Aujourd’hui, les titulaires de licences d’ARM partagent régulièrement des informations sensibles sur le plan concurrentiel avec ARM. Selon la plainte, les titulaires de licences comptent sur ARM pour les aider à développer, concevoir, tester, déboguer, dépanner, maintenir et améliorer leurs produits. Les titulaires de licences partagent leurs informations sensibles avec ARM. En effet, cette dernière est un partenaire neutre et non un fabricant de puces rival. L’acquisition est susceptible d’entraîner une perte de confiance critique dans ARM et son écosystème, selon la plainte.

L’acquisition est également susceptible de nuire à la concurrence en matière d’innovation. Elle élimine les innovations qu’ARM aurait poursuivies en l’absence d’un conflit avec les intérêts de Nvidia. L’entreprise fusionnée serait moins incitée à développer ou à permettre de nouvelles fonctionnalités ou innovations autrement bénéfiques si Nvidia détermine qu’elles sont susceptibles de lui nuire, selon la plainte.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *