L'Asie du Sud-Est, l'avenir des objets connectés
L'Asie du Sud-Est, l'avenir des objets connectés

Les facteurs clés pour la croissance des objets connectés en Asie du Sud-Est

Selon les estimations du cabinet de conseil Gartner, spécialisé dans les technologies d’information, l’internet des objets deviendra la clef de voûte de la croissance digitale. Les experts estiment la quantité d’objets connectés actuellement en utilisation à environ 4,9 milliards et il y en aurait 25 milliards en 2020. D’après les prévisions du cabinet IDC pour la même période, le marché des objets connectés en Asie-Pacifique (APAC, sans le Japon) passera de 250 milliards de dollars en 2015 à 583 milliards de dollars et 8,6 milliards d’objets.

La carte de l'Asie du Sud-Est. Source: http://aseanup.com/asean-infographic-economy-demography/
L’Asie du Sud-Est. Source : aseanup.com

À l’intérieur de la grande région Asie-Pacifique (APAC) c’est l’Asie du Sud-Est (ou ASEAN) qui sert de moteur à la croissance et notamment à la croissance de l’IoT grâce à une forte demande tirée par l’urbanisation, l’expansion des technologies et des objets connectés et l’augmentation de la production.

La composition de l'ASEAN. Source: http://aseanup.com/asean-infographic-economy-demography/
La composition de l’ASEAN. Source : aseanup.com

1. Une urbanisation rapide

L’Asie du Sud-Est est connue pour une très forte densité de sa population : c’est le cas notamment de Ho Chi Minh City (12,8 millions d’habitants), de Jakarta (10,1 millions), de Bangkok (8,3 millions) et de Singapour (5,4 millions). En tout, on y trouve 26 villes avec une population supérieure à un million d’habitants. Selon McKinsey, la population urbaine de l’Asie du Sud-Est crée plus de 65% au PIB de toute la région (2,4 milliards de dollars en 2014). Et l’urbanisation continue. D’ici 2030 les villes vont accueillir plus de 90 millions de nouveaux habitants qui viendront augmenter d’autant la « classe des consommateurs » (163 millions de ménages en 2030).

L’urbanisation croissante nécessitera 7 milliards de dollars d’investissements, y compris dans des technologies liées à l’internet des objets, qui ne pourra que prospérer.

SEA population graphic
Population de l’Asie du Sud-Est. Evolution 1950-2030

2. La prolifération des technologies et des objets

Tandis que le Japon, la Chine et la Corée du Sud ont été les premiers à adopter les technologies IoT et M2M en Asie-Pacifique et globalement dans le monde, un autre potentiel de croissance se cache en Asie du Sud-Est. Selon les données de WeAreSocial pour l’année 2015 la région aurait plus de 744 millions d’abonnés mobiles avec un taux de pénétration de 119%. PWC estime que les pays tels que l’Indonésie, les Philippines et le Vietnam ont plus de 100 millions d’abonnés mobiles chacun, tandis que le taux annuel moyen de croissance d’abonnés de à la 3G en Thaïlande dans les 5 prochaines années serait de 35% pour atteindre 19 millions.

3. La fabrication des “objets” en hausse

La prolifération des objets connectés et l’omniprésence de la technologie ont stimulé la demande des consommateurs, ce qui, à son tour, a entrainé la hausse de la production. Contrairement au monde occidental qui a connu trois révolutions industrielles, l’Asie s’est retrouvée propulsée directement à l’âge de l’industrie 4.0 pour atterrir dans une économie tirée par un secteur industriel marqué par les produits technologiques.

Certes, la main d’œuvre en Asie est bon marché, mais croire que ce serait la raison principale pour installer des unités de production dans cette région est un stéréotype. The Economist Intelligence Unit note que les fabricants asiatiques ne placent cette raison qu’en dixième position. La cause principale de l’attractivité de cette région est bel et bien sa classe moyenne, celle qui tire la demande.

Le marché ASEAN. Source: http://aseanup.com/asean-infographic-economy-demography/
Le marché ASEAN. Source : aseanup.com

 

L’union fait la force

Le cloud apporte un changement de paradigme économique en passant du seul service basé sur le matériel au service étendu à une plate-forme.

Le secteur public, en proposant des incitations à l’innovation, joue le rôle moteur de ce changement à l’échelle de ces pays, nouveaux dragons des économies asiatiques. Par exemple, en Malaisie, le Ministère de la Science, de la Technologie et de l’Innovation a lancé en juillet 2015 sa feuille de route stratégique pour l’Internet des objets, afin de favoriser son adoption massive. À l’horizon du 2020, l’état espère rapporter au revenu national brut un peu plus de 2,29 milliards de dollars et 9,5 milliards à l’horizon du 2025. À titre d’exemple, on peut citer l’initiative Smart Nation dont la vocation est d’améliorer la vie des entreprises et des particuliers à Singapour. On y trouve des cartes pour le transport et des applications pour faciliter les voyages, des maisons connectées, le contrôle de l’éclairage et de l’air conditionné depuis son smartphone. Des programmes Smart City sont lancés dans d’autres villes, entre autres, à Bangkok et Jakarta.

La convergence exceptionnelle de tous ces facteurs conjuguée à l’intégration plus étroite des pays de l’ASEAN en 2015, font de cette région du monde un endroit rêvé, où les pionniers du domaine, les industriels, les consommateurs et les gouvernements œuvrent ensemble pour l’Internet des objets du futur.

source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *