Accueil > Business > Mode et accessoire > Un porte-clés connecté provoque la discorde dans un collège-lycée
porte-clés connecté surveillance

Un porte-clés connecté provoque la discorde dans un collège-lycée

Le collège lycée Rocroy-Saint-Vincent de Paul situé dans le 10e arrondissement à Paris a décidé d’utiliser un porte-clés connecté. Ce dernier servira à noter automatiquement les absences en cours à la rentrée. Une décision qui a provoqué la colère des élèves et des parents.

Lundi 23 juillet 2018, une pétition est brièvement apparue sur le Web. Elle a réuni 3500 signatures avant d’être clôturée par son créateur. Les signataires dénoncent l’ajout d’un paragraphe dans le règlement scolaire du collège-lycée privé Rocroy-Saint-Vincent de Paul.

La raison de leur colère ? Les responsables de cet établissement ont ajouté la mention suivante :

Les élèves reçoivent en début d’année un porte-clés connecté (Bluetooth) qu’ils doivent avoir en permanence sur eux. Celui-ci sera désormais une aide afin de s’assurer de la présence de chacun d’eux en classe, sur les installations sportives, au CDI et lors des sorties, mais aussi au cours des exercices de sécurité (incendie, PPMS). La perte ou l’oubli de ce « badge » entraîne une sanction appropriée ; le badge perdu est facturé 10 euros.

Un porte-clés connecté pour surveiller la présence des élèves

La lecture d’un tel document découvert par des élèves a évidemment mis le feu aux poudres. Sans explication de l’utilisation d’un porte-clés connecté, une telle décision a attisé la méfiance des collégiens, des lycéens et de leurs parents. Sur le Web, les commentaires sont du même acabit que la réaction de l’initiateur de la pétition, un certain Henri L. Il écrit :

Ce nouvel article est tout bonnement inacceptable, les élèves n’étant pas des objets appartenant à Rocroy.” Il affirme que l’établissement ne se remet pas en question concernant sa gestion des absences. Imposer un porte-clés connecté n’est pas selon lui une solution acceptable.

Selon les dires de cette personne, l’établissement privé parisien comptant 1700 élèves sur trois différents sites semble avoir des difficultés à gérer les présences et les absences.

La direction de collège-lycée privé Rocroy-Saint-Vincent de Paul s’est rapidement expliquée par le biais d’un communiqué publié sur son site le 23 juillet 2018. Elle affirme que l’établissement “poursuit sa modernisation” en adoptant un système basé sur un porte-clés connecté confié aux élèves “pour faire l’appel en classe, afin de gagner en sécurité, en simplicité et en efficacité”.

Newschool, la startup à l’origine de cette solution IoT

porte-cles connecte application

Pour cela, la direction a fait appel à la startup Newschool. Fondée en 2016 par Philippine Dolbeau, une jeune femme alors âgée de 16 ans, la société a conçu un système reposant sur un porte-clés connecté à l’aide de la technologie iBeacon. Celui-ci permet de faire l’appel en classe en quelques secondes de manière automatique. Dans le document fourni dans le communiqué, Newschool vante ce dispositif qui peut être utilisé pour valider des emprunts de livres, payer à la cantine ou encore la possibilité de valider les entrées et les sorties.

Dans le cas de Rocroy, le porte-clés connecté de chaque élève communique avec le logiciel École directe, un gestionnaire de présences. Celui-ci préviendra automatiquement les parents et les enseignants en cas d’absence.

La direction a surtout souhaité rappeler que l’appareil n’est pas conçu pour géolocaliser les élèves. Il ne contient pas de GPS, donc “il ne permet donc pas de connaître la position ou les déplacements des élèves”.

Par ailleurs, les responsables précisent que le porte-clés connecté s’enclenche seulement au moment de l’appel. Par ailleurs, les données personnelles sont protégées, stockées en France et chiffrées, “en accord avec la CNIL”. Ces informations ne sont pas non plus à des fins commerciales, par respect au GDPR.

Un problème de consentement

Si cela peut rassurer certains élèves et leurs parents, d’autres évoquent un passage en force d’une technologie sans l’accord des intéressés. Les personnes mineures ne peuvent pas forcément refuser le système du porte-clés connecté, les parents ont déjà réglé les frais d’inscription. Or, le RGPD et la loi informatique et libertés de 1978 mettent en avant la demande du consentement avant la mise en place d’un service.

Selon Next Impact, “Le RGPD exige pourtant tout un lot d’informations : la base juridique du traitement, les destinataires de ces fichiers, la durée de conservation, les droits d’accès et de rectification, l’existence d’une prise de décision automatisée”.

Enfin, la portée du Bluetooth iBeacon jusqu’à 25 mètres en intérieur permet en principe de savoir si une personne est dans un bâtiment, mais pas dans sa classe. En extérieur, la portée atteint 75 mètres, précise Next Impact.

Sources & crédits Source : - Crédit : Photo : Newschool

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend