in ,

Les robots fermiers sont pour demain

BoniRob

Petit zoom sur la façon dont les robots fermiers pourront bientôt automatiquement cultiver des parcelles et éliminer les mauvaises herbes des cultures en extérieurs.

La présence de plus en plus forte d’automatisation dans les domaines agricoles se traduit au Japon avec les premières fermes agricoles autonomes verticales, qui arrivent l’année prochaine ou très prochainement là-bas.

Il est plus facile d’automatiser les fermes dont les cultures sont en intérieur, que celles ayant leurs cultures à l’extérieur. Mais cela ne veut pas dire que l’automatisation n’impacte pas le secteur de l’agriculture traditionnelle, bien au contraire.

Le robot désherbant

Un bon exemple de ceci est le BoniRob, un robot qui a été développé par Deepfield Robotics une filiale de Bosch. Ils ont développé un robot qui peut effectuer les tâches les plus pénibles de l’agriculture moderne.

Il peut enlever avec succès les mauvaises herbes des champs, contrôle la sélection des plantes et faits diverses autres tâches importantes et laborieuses.

Le but principal pour BoniRob est d’agir en tant que laboratoire mobile pour les plantes. Il peut décider de la survie ou non de celles-ci, et permet de mieux déterminer la quantité d’engrais nécessaire à un moment particulier de la pousse.

Une agriculture plus intelligente

Le dispositif utilise le machine learning avec des chercheurs qui entraînent BoniRob avec des milliers de photos de feuilles et de mauvaises herbes saines. Il les utilise afin de mieux calibrer lesquelles le robot doit nourrir et celles qu’il doit exterminer.

Au fil du temps et en rapport avec des paramètres tels que la couleur de la feuille, la forme, et la taille, BoniRob apprend plus vite à différencier celles qui doivent être gardées, des autres. La machine est conçue pour détruire les mauvaises herbes rencontrées, et ce, afin de laisser une chance plus importante aux bonnes herbes de pousser.

Quand le dispositif a été testé dans un champ de carottes, il était efficace à hauteur de 90 %, mais les espérances quant à l’augmentation de son acuité sont grandes. La nature mécanique du processus, signifie également qu’aucun herbicide n’est nécessaire pour garder le champ « propre ».

Les développeurs espèrent construire un système de réseau communiquant entre robots, et ce, afin qu’ils travaillent en mode collaboratif, alertant les autres sur les secteurs ayant besoin de renforts par exemple.

BoniRob est actuellement disponible en tant que plateforme de recherche test. Il faudra encore un certain temps avant de le voir dans les champs. Toutefois, l’équipe est certaine de le voir un jour au travail sur le terrain.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.