Royaume-Uni iot

Le Royaume-Uni serait mal préparé à la 4ème révolution industrielle

Suite à l’appel des fabricants, le cabinet d’étude EEF a décidé de mener une étude sur l’aptitude du pays à assumer les évolutions technologiques au niveau de l’industrie. 

Le Royaume-Uni serait mal préparé pour la prochaine révolution industrielle, au cours de laquelle les robots et l’intelligence artificielle devraient rendre des millions d’emplois obsolètes, selon un avertissement des fabricants. Pour rappel, la première Révolution Industrielle avait débuté au Royaume-Uni dans les années 1750. 

Installez le VPN le plus RAPIDE de la planète !
Pour 3,11€ par mois seulement

Les recherches menées par l’organisation des fabricants EEF ont révélé que 42 % des fabricants estiment qu’ils « maîtrisent bien » ce que sera la prochaine ère industrielle tandis que 1 sur 10 pense que le pays n’est pas prêt.

« Les fabricants sont prêts à travailler dur, mais il leur faudra le soutien de l’ensemble du secteur et des chaînes d’approvisionnement et des aides du gouvernement grâce à sa nouvelle stratégie industrielle » selon Lee Hopley, économiste en chef chez EEF.

Les fabricants ont besoin de l’aide du gouvernement

Selon lui, le Royaume-Uni est entré dans une phase décisive qui déterminera si sa transition énergétique fonctionnera ou non. Cela permettra de connaître la position du pays par rapport à l’Europe et au reste du mondeLa quatrième révolution industrielle se réfère au développement de technologies intelligentes comme les objets connectés, l’intelligence artificielle ou encore les voitures autonomes.

le-numerique-chez-airbus-a-saint-nazaire-660x330

Selon une étude de Deloitte, cette transformation devrait avoir un effet sérieux sur l’emploi et la productivité, avec plus d’un tiers des emplois totalement automatisés dans les 10 ou 20 prochaines années.

L’étude de EEF a révélé que 6 fabricants sur 20 estiment que les technologies numériques stimuleront la productivité, tandis que 74 % pensent que cette révolution changera profondément les attentes des clients. De plus, 70 % des fabricants disent que cela se produira plus rapidement que les précédents changements dans la fabrication. Ces affirmations alimentent l’idée que, sans une stratégie industrielle de soutien, le Royaume-Uni pourrait être laissé sur la touche.

EEF est actuellement en train de discuter avec le gouvernement pour veiller à ce que sa nouvelle stratégie industrielle puisse « fournir les bons éléments » pour permettre au secteur manufacturier de subir cette transformation avec succès.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *