Accueil > Business > Agriculture > [Startup Tour] M-Cador, le drone intelligent au service des entreprises

[Startup Tour] M-Cador, le drone intelligent au service des entreprises

Les drones envahissent peu à peu notre société, principalement pour le loisir. La startup M-Cador a trouvé une autre utilité à ses appareils radiocommandés. Ces engins servent à l’industrie en récupérant des données. 

Créée en 2015, M-Cador, pour Multiple Capable Aerial Design vehicule Designed for Observation and Rescue, est une startup spécialisée dans la surveillance et l’observation. Son créateur Rodolph Vogt a profité de son expérience à Epitech pour développer un essaim de drones intelligents, puis les softwares correspondants, capables d’analyser de nombreuses données, notamment de type agronomique.

Rodolph Vogt, CEO

Rodolph a débuté la programmation dès le lycée en autodidacte ou il a pu participer à différents concours d’algorithmie. Après le bac, il se dirige vers Epitech, une école dédiée à l’informatique et aux nouvelles technologies. Rodolph a conçu de nombreuses applications au cours des missions en tant que freelance, mais aussi en tant qu’entrepreneur. Passionné d’intelligence artificielle, il se lance dans la réalisation d’un essaim de drones autonomes, M-Cador, aujourd’hui et après quelques pivots le projet est devenu une startup. Rodolph en est le CEO.

David Tavarez, CTO

David est un bidouilleur né, il commence par réparer des télévisions puis construit ses propres voitures radiocommandées. Il complète son goût pour l’électronique en se dirigeant vers l’Epitech. Après de nombreux projets, comme la réalisation de capteurs biométriques, d’un drone terrestre et d’une caméra connectée, il rejoint le projet M-Cador en tant que CTO.

Créer de la valeur ajoutée aux drones par le traitement des données

Au départ, M-Cador est un projet d’étude dont l’objectif était de coordonner un essaim de 15 drones avec seulement un pilote. Le but pour Rodolph Vogt, le responsable derrière cette initiative, était d’optimiser l’observation et la sécurité sur des sites industriels. Depuis la fin de ses études, le projet s’est transformé en une startup qui conçoit des softwares et propose des services. Selon le CEO, c’est tout l’intérêt des drones :

 » On propose des outils d’aide à la décision, car c’est là que se trouve la plus grosse création de valeurs sur les drones. Concrètement, les entreprises font appel à nous afin d’améliorer leur productivité ou sécuriser leur site par exemple. Notre rôle est de garantir, de bout en bout, la captation, le traitement et la restitution des données sous la forme la plus utile pour les clients. »

Ainsi, l’objectif de M-Cador n’est pas de fabriquer des drones, mais de concevoir des suites logicielles capables d’analyser de nombreuses données récupérées à l’aide d’un des engins volants ou terrestres. Ainsi, les drones intelligents récoltent des informations sur les gaz, la télémétrie, utilisent des lasers et des sonars, etc. Le cœur de l’activité de la startup, c’est le traitement de données. Par le contrôle des appareils et une analyse descriptive des informations récoltées, les clients gagnent du temps par la rapidité du service.

Par exemple, un exploitant agricole peut demander le survol de ses terres afin de déterminer où se trouvent les mauvaises herbes. Il peut ainsi réduire son apport en pesticides et faire des économies, préserver la qualité du sol afin d’optimiser son rendement. Rodolph Vogt ajoute :

« On apporte aussi une réponse sur la maturité des vignes, ou encore le degré d’avancement d’une maladie. Pour le client, c’est une révolution. Là où il lui fallait des heures pour vérifier une hypothèse, quelques minutes suffisent et à un coût très raisonnable. Cela lui permet de déclencher tout le processus adaptatif et préventif, un confort et une sérénité ».

Des SmartDrones aptes au machine learning

M-Cador IHM drone

M-Cador offre donc deux types de compétence, « intelligence de drone et traitement de données ». Ainsi, la startup traite les données récoltées au sein de ses locaux. Pourquoi ? Pour bénéficier de la sécurité de sa plateforme Cloud. Ensuite, les techniciens réalisent une interface de restitution afin de traduire simplement les informations utiles aux clients. Pour arriver à ce résultat, les données sont traitées de manière semi-automatique. C’est-à-dire qu’il peut y avoir une vérification manuelle dans certains cas.

La technologie pour arriver à ce résultat repose sur deux types d’algorithmes. Ceux dits de « machine learning » et de computer vision. Les premiers sont à la fois implantés dans les softwares de gestion des drones, afin de récupérer la data, et à la fois dans l’interface de traitement des données. La Computer vision permet de traiter les images et d’y repérer les informations intéressantes une fois recueillies.

La confiance au cœur du Business Model

M-Cador printing drone

M-Cador s’illustre en premier lieu dans le secteur agricole. Pour l’instant, c’est là que la demande est la plus forte, d’après ses responsables. Il faut dire que le marché de l’agro-alimentaire français est en pointe en Europe, « un des meilleurs au monde », pour le CEO de la startup. Cependant, les services proposés peuvent également s’appliquer aux secteurs du BTP, et à la sécurité.

Mais ce qui fait la différence entre M-Cador et ses concurrents, c’est l’apport du traitement de la donnée. C’est « le cœur d’activité » de la jeune entreprise. En plus des deux membres présentés, l’équipe compte trois autres membres, principalement experts dans ce domaine.

Le fait que M-Cador utilise des drones présents sur le marché permet une réduction des coûts à la fois pour la startup et ses clients. Alors que d’autres conçoivent des solutions propriétaires, cette décision permet une plus grande modularité. Un utilisateur de drone peut très bien installer les logiciels conçus par l’équipe dans son drone personnel, grâce à l’open source. M-Cador peut « dronifier » un tracteur, le transformer en drone terrestre, évitant ainsi à l’agriculteur d’acheter une nouvelle machine dédiée. Les deux principaux responsables du projet mettre en avant l’intérêt du client et ainsi acquérir sa confiance :

  « Cela fait toute la différence quand une startup construit une relation avec un marché naissant. La confiance s’établit rapidement et nous permet de construire dans la durée. C’est important notamment avec les gens de la terre, mais aussi avec les métiers de la sécurité ».

Par ailleurs, le tarif des services et des softwares est une composante importante. Pour le secteur agricole, les responsables de la startup se basent sur un tarif à l’hectare, un standard dans la profession. Autre point en faveur de M-Cador, une heure de vol de drone coûte entre 10 et 12 fois moins cher qu’une heure d’hélicoptère. Cela permet aux clients d’utiliser ses services en complément de la technologie satellite.

 Un incubateur comme tremplin

M-Cador drone iris

Le lancement d’une startup s’avère souvent compliqué sur le plan financier. Pour s’en sortir, M-Cador a choisi de travailler sur des contrats en freelance. Les différentes réalisations ont permis de lancer l’entreprise. L’autre étape dans la création de ce projet, c’est l’acquisition d’un fond d’amorçage. Une dernière étape a joué le rôle de tremplin : l’incubation. M-Cador est incubé par WeLL de Wemanity, spécialisé dans cette activité auprès des startups dédiées aux objets connectés.

Ce programme d’accompagnement pour les entrepreneurs favorise le mentoring et fournit une force commerciale sur des marchés du Nord de l’Europe : la France, le Benelux et le Royaume-Uni.  L’incubateur propose également un système d’entraide où toutes les startups IoT peuvent partager sur leur expertise. « WeLL est un formidable accélérateur à cet égard » selon Rodolph Vogt. Grâce à l’aide de Wemanity, M-Cador prévoit une levée de fonds pour augmenter sa présence à l’échelle internationale. 

L’avenir de M-Cador, le secteur de l’Énergie et de la sécurité

M-Cador 3D vision

Si la startup s’illustre dans le secteur agricole, elle ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. D’autres domaines peuvent profiter de son expertise. Le drone prend une grande importance et va devenir « indispensable dans certains pans de la société » selon le CEO de M-Cador.

L’équipe va donc continuer de proposer ses services aux exploitants, mais aussi se présenter aux entreprises de sécurité et aux spécialistes de l’énergie. Les membres de la startup ont parfaitement conscience des différences de besoins entre les secteurs. Malgré tout, le type de service reste identique.

Le développement de l’entreprise passe par l’amélioration des algorithmes « maison » sur sa plateforme cloud. La création de ces outils permet ainsi de répondre à un grand nombre de besoins. Le CEO pense également aux applications pour d’autres projets :

« Les compétences que l’on a acquises sont aisément transférables vers d’autres secteurs. L’infrastructure autour du cloud pour le traitement de données est utilisable directement pour un autre projet ».

 5 questions M Cador

quelle-cle-de-votre-succes-

M-Cador rend les données acquises par des drones utiles aux entreprises, notre technologie, à savoir un moteur d’analyse d’images, permet de transformer les images brutes prises par le drone en informations utiles pour prendre une décision et optimiser un processus. Par exemple, à partir d’images d’un champ, on va pouvoir identifier où sont les mauvaises herbes pour mieux cibler l’usage des pesticides par la suite ou encore à partir d’images d’un pont, on va pouvoir déterminer les points d’usure pour décider d’une éventuelle maintenance.

quel-est-obstacle-majeur-que-vous-ayiez-eu-a-surmonter-

Principalement, le développement commercial, comme on cherche à sortir le service pour drone des sentiers battus, à savoir la prise de vues et la modélisation 3D, il faut bien expliquer aux clients le retour sur investissements d’un tel service.

quels conseils marché iot

L’effervescence qui existe autour du marché de l’IoT ne doit pas faire penser que ça sera plus facile que dans un autre secteur. Le nombre d’acteurs croissant qui se lancent et la mutation constante de l’écosystème fait qu’il ne faut pas sous-estimer les efforts à faire pour parvenir à tirer son épingle du jeu.

Quel est l etape cle a franchir

Si la définition d’une startup c’est une équipe à la recherche d’un business modèle viable, alors l’étape-clé, c’est quand on l’a trouvé et de réussir à la mettre en application au moins une fois.

Comment financer son lancement

Nous avons commencé sur les fonds propres. Puis, par la suite, nous avons obtenu un fonds d’amorçage auprès d’un investisseur. À côté de ça, nous avons remporté plusieurs concours avec des financements à la clé. Même si ce ne sont pas des sommes importantes ça aide toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend