Accueil > Smart City > Taxis volants : Uber établit un partenariat avec la NASA pour conquérir le ciel
uber taxis volants

Taxis volants : Uber établit un partenariat avec la NASA pour conquérir le ciel

Uber et la NASA ont annoncé hier la signature d’un partenariat afin de mettre au point des taxis volants. Il faudra attendre 2020 pour assister aux premiers vols de démonstration à Los Angeles.

Alors que Navya présentait mardi soir son robot taxi, Uber a annoncé, depuis le Web Summit de Lisbonne, par le biais de son Chief Product Officer Jeff Holden la signature d’un partenariat avec la NASA… pour faire voler des taxis.

Ce rêve partagé par une bonne partie de l’humanité depuis des siècles deviendrait-il réalité ? C’est en tout cas ce qu’espère Uber depuis l’annonce en avril de son programme uberAIR, un plan de déploiement de taxis volants électriques.

Des taxis volants commercialisés dès 2023

Ainsi, Uber souhaite tester dès 2020 ces engins de transport volants à Los Angeles, puis Dallas Fort Worth, et Dubaï. La commercialisation est, elle, prévue pour 2023. Ils seront dans un premier temps pilotés par des chauffeurs humains, mais la licorne n’exclut pas de les rendre autonomes à l’avenir selon les propos recueillis par l’AFP auprès du porte-parole Matthew Wing.

L’intervention de la NASA était nécessaire. Dans ce partenariat, l’agence gouvernementale va concevoir un système de contrôle aérien basse altitude permettant de surveiller les vols des taxis volants. Il s’agit d’assurer la sécurité des passagers dans ce nouveau moyen de transport.

UberAIR serait alors la première solution disponible sur le marché avant que d’autres entreprises suivent la même voie. Il faudra tout de même estimer si ce nouveau type de trafic aérien est compatible avec les vols des avions des compagnies. La NASA a donc prévu de partager les plans de son système de contrôle avec la Federal Aviation Administration en 2019. Cela lui laisse à peine deux ans pour le concevoir.

Uber fait-t-il des plans sur la comète ?

Uber se projette déjà dans l’avenir en publiant une vidéo de démonstration. On y voit une utilisatrice montée sur le toit d’un immeuble pour se rendre sur un Uber Skyport, un garage aérien pour ces taxis volants, après avoir commandé ce véhicule depuis son smartphone comme si elle utilisait UberX.

C’est d’ailleurs sur le tarif de ce service que l’entreprise fondée par Travis Kalanick compte se baser pour le prix des courses de ses taxis volants.

Uber a déjà réalisé des estimations de gain de temps et donc de confort pour les usagers. Ainsi le trajet depuis l’aéroport de Los Angeles jusqu’au Staples Center, une salle omnisport dans laquelle joue régulièrement l’équipe de basketball des Lakers, se ferait en 30 minutes au lieu d’1h20 minutes en voiture. L’objectif sera de tenir la feuille de route pour être prêt à accueillir les Jeux Olympiques de Los Angeles qui se dérouleront en 2028.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend