Accueil > Business > Industrie 4.0 > Les 7 technologies IoT 2018 à suivre au cours de l’année
technologies iot 2018

Les 7 technologies IoT 2018 à suivre au cours de l’année

Pour commencer l’année en beauté et avant de se lancer à corps perdu dans la présentation des nouveautés distillées lors du Consumer Electronics Show, il convient d’identifier les technologies IoT 2018 qui seront sur le devant de la scène.

Il n’y aura sûrement pas de grands changements, mais l’on peut s’attendre à une forte croissance des sept technologies IoT 2018 identifiées ci-dessous.

Les assistants vocaux à l’ère du service

google home technologies iot

La voix est en train de devenir l’interface privilégiée des géants du Web. Amazon et Google ont démontré en 2017 que parmi les technologies IoT les assistants vocaux ont toute leur place dans les logements des particuliers. Selon le cabinet d’étude Consumer Intelligence Research Partners, Amazon a vendu 20 millions d’Amazon Echo depuis 2015, tandis que la firme de Mountain View a vendu 7 millions d’unités de ses produits Google Home. Ce succès commercial s’est confirmé lors des fêtes de fin d’année. Selon ses dirigeants, l’Amazon Echo Dot est le produit le plus vendu sur la plateforme de e-commerce éponyme, juste avant Noël. Il faut dire que le prix du produit était passé de 49,9 dollars à 29,9 dollars. De quoi favoriser l’adoption de cette petite enceinte connectée équipée d’un assistant vocal.

La firme dirigée par Jeff Bezos semble vouloir diffuser à large échelle ses produits afin de proposer ses propres services ou ceux d’entreprises tierces, à commencer par la contraction d’abonnement Prime, le service premium d’Amazon. En comparaison, la firme de Mountain View a pris du retard sur ce volet. Pour l’instant, Google a multiplié les partenariats technologiques avec les fabricants d’objets connectés afin de contrôler leurs appareils au sein de la maison connectée.

Cette croissance rapide des assistants vocaux sur le marché semble indiquer que les technologies IoT 2018 employées dans leur fabrication sont acquises. Si les APIs sont largement diffusées auprès des développeurs, il reste à améliorer la reconnaissance vocale, la sécurité des dispositifs et l’analyse des propos, donc l’intelligence artificielle. De même, la compatibilité avec un plus grand nombre de langages est nécessaire. Le Google Home “parle” en Français, en Allemand, en, Japonais, et en Anglais alors que l’Amazon Echo est compatible avec l’Anglais et l’Allemand seulement. On pourrait observer en 2018 l’intégration de ces technologies IoT dans les véhicules, dans les foyers et au sein des entreprises avec un accent mis sur les services disponibles.

IA et Analytics : les technologies IoT 2018 au service de la production

technologies iot analytics

Du côté des entreprises, les assistants vocaux ne sont pas forcément la priorité. Il s’agit plutôt de rendre compatible l’intelligence artificielle et l’analytics avec les technologies IoT. Les champions du manufacturing veulent non seulement connecter les capteurs qui recueillent les données de production, mais aussi pouvoir les analyser, bénéficier d’avantages stratégiques afin d’automatiser certaines décisions et de pouvoir améliorer la gestion de la production. Les fournisseurs comme SAP, HPE, Hitachi, ou encore Dell développent en ce moment même les algorithmes capables de mettre en lumière les données les plus pertinentes pour améliorer la production : détection d’anomalies en temps réel, maintenance prédictive, monitoring de l’environnement, des énergies consommées, etc.

Il faut dire que des secteurs de pointe s’intéressent à ces outils avancés de reporting. Les fabricants industriels, les constructeurs automobiles, les spécialistes de la supply chain ou encore les grosses exploitations agricoles veulent pouvoir anticiper et ainsi gérer plus précisément leurs activités.

L’application du machine learning, de l’intelligence artificielle et de l’analytics aux services des technologies IoT permettra aux entreprises d’accomplir en partie leur transformation numérique. Selon le cabinet IDC en 2018, la deuxième source de dépenses sera consacrée aux logiciels IoT dont les outils d’analytics et d’IA font partie. Le taux de croissance annuel de ce secteur du logiciel atteindrait 16,1 % entre 2017 et 2021. Il serait légèrement supérieur à celui du Hardware.

Cloud Computing et Edge Computing : la commodité ne suffit plus

Comme l’Analytics et l’intelligence artificielle, ce ne sont pas à proprement parler des technologies IoT. En revanche, le Cloud Computing et l’Edge Computing sont deux secteurs importants pour le développement des objets connectés professionnels.

Si le Cloud peut maintenant être considéré comme une commodité, il faut pouvoir le rendre disponible à échelle de milliers, voire de millions de capteurs connectés. Cela demande d’étendre à la fois l’espace de stockage disponible pour les entreprises tout en ajoutant le maximum de connecteurs possible. C’est la stratégie adoptée par Samsung qui a décidé d’abord de rassembler ses objets connectés sous une même bannière nommée SmartThings Cloud. Cette infrastructure accueillera les technologies IoT 2018 des autres constructeurs souhaitant rejoindre l’écosystème du géant coréen.

Dans certains cas, le Cloud Computing ne répond plus aux demandes des professionnels qui souhaitent stocker et analyser les données au plus près du lieu de production. Pour cela, ils misent sur le Edge Computing. Cela permet de traiter des masses de données plus rapidement et coûte supposément moins cher puisque seuls les données analysées sont envoyées dans le Cloud. En ce sens, des entreprises comme Dell, AWS ou encore HPE ont lancé leurs offres dédiées aux technologies IoT 2018. Les premiers clients adopteront ces services dès 2018.

Smart Manufacturing, une technologie IoT 2018 à suivre

La fabrication additive est en train de révolutionner la manière dont les industriels fabriquent les produits grand public et professionnel. Pour l’instant, c’est la deuxième catégorie ciblée qui en bénéficie davantage. Des acteurs comme Rolls Royce ont déjà industrialisé la méthode pour fabriquer des pièces de moteur d’avion. Bosch, le géant industriel allemand s’en sert en phase de prototypage, lors de Poc et pour réparer des pièces des machines. Selon le cabinet d’études ABI, 75 milliards de dollars de produits et de pièces seront fabriqués à partir d’imprimantes 3D d’ici à 2026. Les technologies IoT 2018 ont leur rôle à jouer dans le lean manufacturing. Il faut pouvoir automatiser le fonctionnement des imprimantes 3D qui pour l’instant demande une attention de tous les instants par des employés parfaitement formés.

Robotique et automatisation : une évolution mesurée

Les technologies IoT 2018 participent grandement à l’avènement de la robotique et de l’automatisation. Les responsables d’usines veulent à la fois réduire les coûts, accélérer la production et diminuer les risques d’accidents sur les lieux de productions. Les robots comme les bras robotisés et les chariots autonomes seront bientôt des équipements répandus dans les usines et les magasins. Certaines firmes comme Walmart, Alibaba, ou encore Amazon testent l’apport de robots au sein des lieux d’expédition ou de vente des produits.
De même, ces robots connectés à l’aide des technologies IoT 2018 sont voués à occuper l’espace public pour s’occuper de la propreté, de la sécurité, de la livraison de denrées, etc.

La question du remplacement de l’homme par la machine se pose depuis de nombreuses années. L’année 2017 a marqué un tournant : un robot a reçu la citoyenneté en Arabie Saoudite. McKinsey prévoit,lui, une évolution plus lente qui pourra être mesurée à l’horizon 2030. Pour l’instant, les promoteurs des technologies IoT 2018 ne veulent pas supprimer des emplois, mais proposer des équipements collaboratifs capables d’aider les opérateurs à réaliser plus facilement et plus rapidement des tâches répétitives. En 2018, il s’agira principalement de diffuser ces technologies IoT 2018 au sein des entreprises en pleine transformation numérique.

Blockchain : la technologie IoT 2018 par excellence

Si elle permet de spéculer sur une valeur boursière, la blockchain est surtout synonyme de partage d’info13rmations et de transformation numérique des entreprises. Avec un tel système, le modèle économique de l’IoT est complété. Elle offre la possibilité de créer des contrats numériques dynamiques parfaitement en adéquation avec le modèle As a Service. Les données recueillies puis sauvegardées dans la blockchain permettent d’assurer la traçabilité des produits comme les denrées alimentaires. Voici notre article à ce sujet.

La fin de la neutralité du Net favorisera-t-elle la croissance des réseaux IoT ?

Le 14 décembre dernier, la Commission fédérale des communications (FCC) a mis fin à la neutralité du Net aux États-Unis, principe selon lequel il n’y avait pas de discrimination faite à l’encontre des contenus diffusés sur le Web. La fin de ce grand principe pourrait donner un Internet à deux vitesses où des services et des contenus auraient la priorité sur d’autres suivant l’abonnement souscrit par le consommateur. Une telle tendance qui participe aux technologies IoT 2018 pourrait affecter les concepteurs d’objets connectés qui ne seraient pas assez importants pour passer les bons contrats avec les FAI américains.

Ainsi, leurs services seraient plus lents que ceux des concurrents. Pour y remédier, certains constructeurs pourraient se pencher sur l’utilisation de réseaux dédiés à l’IoT qui ne limiteraient pas le trafic des données. Des technologies IoT 2018 comme Sigfox, LoRa ou encore les réseaux maillés pourraient remplacer l’utilisation du WiFi. Ainsi, les entreprises qui utilisent des capteurs IoT ne seraient pas forcément soumises à l’obligation de se procurer une connexion plus rapide. Il faut s’attendre à une conséquence. Si les États-Unis se préparent à ce changement de vitesse du Web, les startups et certaines entreprises pourraient quitter le pays pour s’installer en Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend