ville intelligente facemask

[TAÏWAN LIVE] Contrôler la qualité de l’air pour construire la ville intelligente

La qualité de l’air devient incontestablement une des premières préoccupations quand il est question de la ville intelligente du futurnotamment en Asie où l’industrialisation galopante et hyper carbonée provoque un enjeu majeur de santé publique. Dans le cadre du projet « Taipei Smart City » Edimax crée AirBox PM2,5 pour contrôler la qualité de l’air.

La pollution reste un risque environnemental majeur pour notre santé. L’OMS ne cesse de tirer la sonnette d’alarme : la pollution est responsable d’environ 7 millions de morts chaque année et le chiffre croit tous les jours. En cause : l’industrie lourde, les sources d’énergie fossiles et les insecticides chimiques qui émettent des particules nocives pour notre santé. Chaque ville essaie de trouver sa solution pour maitriser la qualité de l’air que respirent ses habitants.

Pollution, problème sanitaire majeur

Actuellement, le focus se fait essentiellement sur les particules de 10 et 2,5 microns, car elles sont critiques au niveau sanitaire. Extrêmement nombreuses, elles ne se déposent pas au sol sous l’effet de la gravitation et peuvent donc parcourir des distances importantes. Les particules avec un diamètre inférieur à 10 microns (PM10) sont capables de pénétrer dans les poumons et celles avec un diamètre inférieur à 2,5 microns (PM2,5), plus nocives encore, peuvent atteindre les alvéoles pulmonaires et s’y accumuler.

Par exemple, la Commission européenne fixe les limites de leur concentration annuelles à 10 μg/m3, mais dans les pays industriels leur niveau est souvent supérieur à 30-40 μg/m3. Et chaque 5 μg/m3 augmentent le risque cardiovasculaire de 55%.

 

L’industrie IoT au secours de la ville intelligente qui respire

Vu leur masse négligeable, les particules sont difficiles à quantifier. C’est à ce défi que s’est attaqué le projet de ville intelligente « Taipei Smart City: AirBox PM2.5 ». Porté par les pouvoirs locaux, il a réuni la crème de la crème des chercheurs et des industriels locaux. La solution a été trouvée sous forme d’une AirBox, le dernier-né des systèmes de détection de la qualité de l’air. Grâce à ses capteurs de température, d’humidité, on peut suivre l’évolution de la pollution en temps réel sur son appli mobile gratuite EdiGreen.

 L’AirBox a été développé par Realtek sur sa plateforme IoT Ameba. Edimax, leader mondial des équipements réseau, s’est chargé du design et de la fabrication. En s’associant avec Asus et Academia Sinica le manufacturier s’occupe également de la collecte et de l’analyse des big data dans sa propre plateforme Edimax Cloud. L’écosystème Airbox permet de localiser toutes les unités sur Google Maps et accéder aux données en temps réel, les API sont accessibles pour une analyse par des tiers et le développement du software.

L’utilisation de l’appli est intuitive et facile, on peut consulter l’historique des données et activer des alertes pour savoir précisément quels quartiers sont à éviter, à quel moment il vaut mieux utiliser un masque ou éviter des activités en plein air.

Architecture de la solution AirBox PM2.5 ville intelligente
Architecture de la solution AirBox PM2.5

Plus de 300 AirBox ont déjà été installés dans la ville intelligente, dont 150 dans les écoles, pour mesurer la qualité de l’air et notamment la teneur en particules fines. Les AirBox fonctionnent avec LoRa (une version WiFi est aussi disponible) grâce aux 8 stations installées dans la capitale taïwanaise.

La ville souhaite encourager l’utilisation de LoRa et Sigfox, ces technologies de communications M2M, sur sa plateforme expérimentale dédiée à l’IoT. Les autres services devraient inclure la localisation (utilisable pour les animaux domestiques, les enfants et les personnes âgées), le monitoring des places de parking disponibles, de la qualité des sols, de l’eau, etc.  Le déploiement des Airbox est prévu dans d’autres villes à Taïwan et à l’étranger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *