Lors d’une démonstration en public, Orange et Ericsson atteignent les 15Gbps en 5G

En octobre 2016, Ericsson et Organge établissaient un partenariat incluant des tests de la future technologie de la 5G. Début 2017, les deux sociétés montrent le fruit de leur travail pour la première fois en public à l’Orange Gardens de Châtillon.

Cette démonstration test du futur du réseau mobile 5G consistait à réaliser une communication sans fil avec des débits supérieurs à 10 Gbps. La 5G est capable de proposer des fréquences 10 fois plus élevées que les ondes utilisées actuellement grâce aux ondes centimétriques. Par rapport à la 4G que nous connaissons, ces ondes permettront de bénéficier de bandes de fréquence plus larges. Cette technologie comprendra également une nouvelle génération d’antennes, plus petites et plus nombreuses.

La 5G sera également un moyen de faire évoluer l’Internet des Objets en permettant de connecter des zones reculées, en réduisant considérablement le temps de réponse des connexions ou en faisant économiser de la batterie. Des débits plus importants seront nécessaires à la création de nouveaux usages dans les secteurs de l’industrie, du véhicule autonome, de la réalité augmentée, de l’Internet fixe et du mobile. Les professionnels auront l’opportunité d’opérer leur transformation digitale encore plus facilement.

Black Friday : -75% sur le stockage à vie 500Go et 2To chez pCloud 🤑

Le standard de la 5G sera défini à la mi-2018

Selon Ericsson, les premiers déploiements de la 5G auront lieu à partir de 2020 en Europe. En attendant, Orange poursuit l’amélioration de son réseau 4G. L’entreprise sera en mesure de remplacer seulement quelques antennes, car elles auront les capacités pour accueillir la 5G. L’opérateur prépare dès maintenant ce déploiement progressif, qui est en réalité un renforcement de la 4G. En tant qu’acteur de la normalisation, Orange et Ericsson peuvent bénéficier du résultat des premiers travaux et ainsi prendre de l’avance sur le marché. 

Selon les deux partenaires, tous deux membres de l’organisme de standardisation 3GPP, le standard de la 5G sera défini à la mi-2018. Dans un premier temps, la plupart des antennes seront remplacées pour alterner automatiquement entre la 4G et la 5G en fonction de la localisation de l’utilisateur. 

Avec déjà des années de recherche derrière eux, ils comptent profiter des bénéfices de la 5G dès 2017 en les apportant au réseau LTE. De plus, les premiers bénéfices commerciaux de la 5G devraient avoir lieu lors des Jeux Olympiques de Pyeongchang, en Corée du Sud, en 2018. Ericsson a l’ambition de créer un réseau 5G mondial « Ce n’est pas en Suède que nous allons développer un réseau mondial, c’est pour cela qu’il faut aller dans d’autres pays ».

La 5G permettra de nouveaux usages, Orange proposera donc des connexions  personnalisées à ses clients. Comme la 5G réduit considérablement le temps de latence, il sera possible de choisir entre des débits très élevés ou très bas, et ainsi personnaliser les débits et les coûts. Si un client n’a pas besoin d’un temps de réponse immédiat, il pourra opter pour un bas débit et économiser de l’argent. Cette personnalisation a également pour but d’économiser de l’énergie et faire baisser le coût des équipements.

Une démonstration à 15 Gbps

Au sein de l’Orange Gardens, la démonstration s’est déroulée dans une chambre anéchoïque, pour isoler les fréquences et ne pas créer d’interférences, car les connexions à un tel débit ne sont pas encore autorisées.

Les équipements disposés dans le laboratoire sont des prototypes de stations de base et de téléphones mobiles 5G pesant plusieurs dizaines de kilos, donc encore gros. Dans quelques mois, Ericsson compte dévoiler des prototypes plus petits et les premiers modules commerciaux encore plus tard. Hors de la chambre anéchoïque, un écran affichait donc constamment un débit de 14 Gbps à 15 Gbps. Il s’agit donc d’une fréquence 10 fois supérieure à celle que nous connaissons, et qui peut aller bien au-delà.

Toutefois, Orange et Ericsson ne sont pas les seuls a avoir démontré le potentiel de la technologie. De son côté, chaque société a le souhait de dévoiler ses avancées. Par exemple, Nokia et SK Télécom ont également effectué des tests en public au MWC 2016, pour atteindre la vitesse de 20,5 Gbps. Si l’on en croit les estimations, la 5G n’est pas prête de voir le jour, puisque certains acteurs du marché visent les 1Tpbs en 2020

Etats-Unis : la FCC approuve les lignes directrices de la 5G

Récemment, Orange a introduit la technologie 4G+ dans son réseau pour proposer du bas débit pouvant descendre jusqu’à 300 Mbps dans certaines villes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *