Accueil > Tech > Réseaux > Aquila : Facebook met fin à son projet de drone solaire
aquila fin facebook

Aquila : Facebook met fin à son projet de drone solaire

Dans un post de blog publié le 26 juin 2018, le directeur technique de Facebook a confirmé l’arrêt du projet Aquila. Les drones solaires capables de fournir une connexion Internet ne décolleront plus.

À peine un an après l’annonce d’un second vol réussi, le drone Aquila de Facebook est condamné à rester cloué au sol. Le géant des réseaux sociaux a confirmé le mardi 26 juin qu’il n’utilisera pas Aquila afin de fournir une connexion Internet aux pays en développement.

Lancée en 2014, cette aile géante était le prototype d’un drone solaire. Facebook prévoyait d’en produire des centaines afin de fournir une connexion haut débit aux 4 milliards de personnes qui n’ont pas accès à ce type d’infrastructures. Avec ses 42 mètres d’envergure, il était capable de voler à 20 000 mètres d’altitude. Un drone Aquila pouvait en principe couvrir une zone de 150 kilomètres de diamètre. Si le projet intéressait fortement Facebook, ce n’est pas cette entreprise qui la mettra au point.

Aquila dépassé par ses concurrents

« Alors que nous travaillons sur ce projet, nous étions ravis de voir des sociétés leaders dans l’industrie aérospatiale commencer à investir dans cette technologie. […] Compte tenu de ces développements, nous avons décidé de ne plus concevoir ou construire nos propres drones et de fermer nos installations de Bridgewater« , écrit Yael Maguire directeur technique chez Facebook.

La ville de Bridgewater au Royaume-Uni accueillait cette unité de fabrication rachetée en 2014 pour 20 millions de dollars. Selon Business Insiders US, 16 personnes y travaillaient. L’équipe entière a été licenciée. Cela fait suite au départ en mai 2018 d’Andrew Cox, le directeur de la division Aquila.

Facebook poursuit son initiative d’une autre manière

L’éditeur du célèbre réseau social continuera néanmoins à travailler sur les technologies de connexion HAPS (High Altitude Platform Stations) en collaboration avec ses partenaires comme Airbus. Selon le communiqué publié sur le blog de Facebook, la firme réalisera une proposition afin d’obtenir davantage de bandes de fréquences pour le HAPS lors de la conférence mondiale des radiocommunications en 2019.

De son côté le projet Loon de Google consistant au lâcher de ballons stratosphériques est une réussite. Comme le précise le média Sciences & Avenir, un ballon avait établi un record de vol : 190 jours d’affilés en 2016. Google avait également utilisé ses ballons pour fournir une connexion Internet à l’île de Porto Rico en septembre 2017 après le passage de l’ouragan Maria. D’autres acteurs misent davantage sur des technologies de communication satellitaire d’un nouveau genre, tandis que des entreprises comme Sigfox veulent fournir des réseaux d’urgence à des pays en voie de développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend