in ,

[Etude] Selon une étude IDC, le marché des objets connectés devrait atteindre les 1700 milliards de dollars d’ici 2020

Le Futur

Une étude récente IDC indique que le marché des objets connectés devrait tripler d’ici la fin de la décennie. Diplômé de l’université d’Arizona, l’expert en Conseil d’Affaires Jason Hope a eu un regard sur ce marché émergent. Et ses prévisions sont plus qu’optimistes. Découvrez pourquoi.

La conquête de territoire fulgurante des objets connectés

Tout commence par une étude publiée il y a quelques mois, par l’IDC (International Data Corporation). Celle-ci annonce que le nombre d’objets connectés dans la région Asie-Pacifique devrait presque tripler d’ici la fin de la décennie. La taille du marché devant, elle, doubler pour atteindre les 580 milliards de dollars.

Avec l’Australie, la Nouvelle-Zélande et La Corée du Sud en tête, l’étude prévoit également les industries qui seront pionnières dans cette évolution. Sans surprise, ce sont les gouvernements qui mènent la danse pour créer de nouvelles sources de revenus, réduire les coûts en augmentant les services proposés aux citoyens.

pcloud
Jason Hope, le nouveau "penseur" de l'IoT
Jason Hope, le nouveau « penseur » de l’IoT

 

Mais ce qui est perçu comme l’avenir par les gouvernements, quelque soit la région du monde qu’ils dirigent, est déjà bien en place pour Jason Hope :

“Nous ne faisons pas qu’aller sur Internet qu’avec nos smartphones. Les appareils communiquent maintenant avec les industriels, clients… Cela ouvre de nouvelles et nombreuses possibilités concernant la santé, le commerce et plus.’’

L’accroissement du nombre d’objets connectés, recroisé avec l’accroissement des plateformes et des softwares permettant de faire tourner ces appareils va aboutir à un marché très fort selon Jason Hope, qui espère que sa vision sera juste. Et notre vie a déjà changé et ne va cesser de changer avec les objets connectés.

Les challenges de demain

L’avenir de l’Internet des Objets est donc très loin de ne se concentrer que sur les appareils eux-mêmes. Hope insiste sur le fait que ce sont des challenges immenses qui s’ouvrent en termes d’innovations. On constate déjà des évolutions fulgurantes dans nos domiciles, et donc dans la sphère privée.

Un des principaux étant d’effectuer la transition d’appareils non électroniques dans l’ère digitale.

Aussi, l’expert insiste sur d’autres points particuliers sur lesquels se concentrer dans le cadre de la révolution des objets connectés.

Tout d’abord, le débit, qui représente un challenge. Au niveau des réseaux mobiles, il représente déjà un obstacle concernant les prix déjà souvent élevés.

Un autre point, très souvent relevé par les utilisateurs, eux-mêmes est celui de la sécurité. Éric Starkloff, Vice-Président Marketing à National Instruments énonce un risque bien plus important qu’anticipé si la sécurité n’est pas sincèrement évaluée. Il dit : « Un des meilleurs exemples du besoin de protection sont les réseaux de distribution d’électricité intelligents, au cœur de la révolution des objets connectés. Plus les informations sur ces réseaux sont accessibles, pus grands sont les dommages qui pourront leur être infligés. »

La maintenance et les mises à jour pour un nombre croissant d’appareils connectés par foyers est un challenge également, puisque ces actions risquent de créer des déséquilibres, même si ces dernières devraient être d’une bien moindre difficulté à gérer.

Source


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *