in

[Interview] Jooxter lance sa gousse de gestion domotique vouée aux espaces de travail

Gousse Jooxter

Avec son ruban de Möbius signifiant « l’infini », la « gousse » de la start-up Jooxter a été conçue comme un objet connecté spécialisé dans la domotique appliquée aux entreprises, voué à durer. Une continuité de l’application Jooxter sortie en 2013, pour une start-up qui a mis le pied sur l’accélérateur.

Jooxter

Jooxter s’implante à la City, quartier des affaires londonien

L’annonce date du 28 janvier 2015 à peine : Jooxter lance son objet connecté dédié aux entreprises, et plus particulièrement, dès son lancement, aux grands comptes. Mais impossible de connaître les noms de ses premiers clients, l’information est encore chère. La voix de Thomas Thelliez, associé du fondateur Fabien Girerd, vrille d’enthousiasme, mais ne lâche rien.

Une info filtre toutefois, l’équipe de Jooxter, habituellement basée à Euratech Lille (Euratechnologies), espace dédié aux T.I.C (Technologies de l’Information et de la Communication), a posé ses bagages à Londres pour trois mois. Invité par Canary Wharf Group, prestigieuse agence londonienne vouée au renouvellement et à l’innovation en matière d’urbanisme, Jooxter fait partie des 12 start-ups finalistes du Cognicity Challenge. Un concours destiné à faire de Londres, et notamment de son quartier d’affaires (La City), une smart-city (ville intelligente, connectée).

pcloud

Thomas Thelliez se dit « extrêmement content ». « C’est THE place to BE pour nous, pour développer les futures villes intelligentes, on a l’intention de continuer sur ce créneau londonien, d’autant plus que Fabien (Girerd, co-fondateur) connaît bien Londres pour y avoir travaillé ».

Pourquoi Jooxter mérite sa place ?

La « gousse », c’est ce nouvel objet connecté proposé par Jooxter. Auparavant, il y avait l’application, destinée à aider les entreprises à gérer leurs espaces de réunion. Maintenant, il y a cet objet. Pour quelle utilité ?JooxterConnect-animated

L’intérêt, c’est que le nouveau produit de Jooxter est un appareil physique, visible, qui rappelle la présence d’une technologie facilitatrice sur place. Personnalisable aux couleurs de l’entreprise cliente, il est voué à être amélioré et développé en fonction des besoins. Caméra, traqueur visuel, capteurs de présence,…toutes les options sont possibles et sont en cours d’élaboration, de réflexion, et de recherche. L’intérêt de cet objet, c’est qu’il prévoit d’agglomérer une grande partie des technologies disponibles sur le marché en matière de domotique, le tout dans un seul objet.

Ainsi, Thomas Thelliez avance qu’à terme, son produit permettra de planifier les thermostats des salles de réunion en fonction des allers-retours des occupants, et ouvrir les serrures des salles de réunion, peut être même grâce à un système de reconnaissance faciale. 

Avec une offre connectée et une offre déconnectée, l’objet reste une option. « C’est conçu pour améliorer la productivité dans l’entreprise, avec un système de géo-guidage dans les bâtiments, la recherche de collaborateurs, ou encore de salles de réunions à proximité » précise Thomas Thelliez.

Comment ça fonctionne ?

Il faut placer un de ces objets par salle de réunion. Il communique avec l’application smartphone et permet de faire une analyse de flux en direct. Jooxter sait où vous allez dans le bâtiment. Un petit espion qui fonctionne comme une balise beacon. Il possède une batterie et peut être branché sur secteur. « On est compatibles avec le protocole iBeacon, mais c’est un objet qui nous appartient. »
Et au sujet du design ?  « On souhaitait quelque chose de futuriste. L’objet est personnalisable, la partie supérieure permet de voir la carte électronique. Il y a des LED sur la partie haute, dont on peut changer les couleurs« , ajoute Thomas Thelliez.
La gousse fait 7 centimètres de haut. Elle n’a pas de prix fixé, puisque cela dépend de l’abonnement et des fonctionnalités choisies. L’abonnement est mensuel, l’objet est loué avec. Il est installé par Jooxter directement dans vos bureaux. S’il tombe en panne, il est remplacé.

Nous n’obtiendrons pas non plus de tarif sur les abonnements…:  » Je ne peux pas donner de tarif, car c’est au cas par cas. Nous sommes dans une logique d’option en fonction des choix de l’entreprise. On supporte Android et iOS, les personnes sur Blackberry ou Windows Phone ne seront pas compatibles ».

Une offre à 95% logicielle

On a développé l’objet connecté parce qu’on pense que c’est important de travailler avec. Toutefois, notre offre est à 95% logicielle. On travaille sur des algorithmes avant tout.

Un secret bien gardé

Des mathématiques donc, comme le disait Minh Lê, directeur marketing de Qivivo. La société Jooxter existe depuis 2014, leur première communication sur leur application de gestion de bureaux à distance date de l’an dernier, les statuts ont été déposés l’année précédente…et pourtant, Thomas Thelliez ne se vante pas de ses clients, qu’il dit être « déjà de grands noms« . Une réussite insolente à garder jalousement ? Installée au chaud dans l’incubateur d’Euratech Lille, l’équipe de Jooxter ne boude pas son plaisir : « On est avec d’autres start-ups, d’autres entreprises qui se lancent, ça permet de grandir vite. Il y a des coachs qui nous aident, qui nous mettent en relation, avec d’autres systèmes français. Et depuis peu, on a basculé dans l’accélérateur. Nos bureaux qui étaient en open-space au démarrage sont maintenant privatisés pour nous.« 

On essaye de sortir de la dépendance au smartphone.Thomas Thelliez, Co-fondateur de Jooxter

Et au sujet des perspectives d’avenir ? « On va continuer à innover, on travaille déjà sur un projet encore plus ambitieux. Je ne peux pas en parler tout de suite. On veut sortir du « beacon », exploiter les technologies existantes. On souhaite aussi inventer des choses, contribuer à la science. On essaye de sortir de la dépendance au smartphone. » Et Thomas Thelliez ajoute, au sujet des partenariats si confidentiels : « Dans six mois, je pourrais vous donner plein de noms ! »

Quant à OBJETCONNECTE.COM, nous espérons pouvoir prochainement vous faire un retour sur utilisation de l’objet, puisque nous avons demandé à le tester pour nos bureaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *