Accueil > Tendances > Marché > Transformation numérique : 10 tendances à suivre en 2018
transformation numérique iot

Transformation numérique : 10 tendances à suivre en 2018

Transformation numérique, transformation digitale, digital transformation, ces termes sont accordés à toutes les sauces. Pourtant, il est toujours intéressant de repérer les tendances technologiques et les pratiques qui animeront les changements dans les entreprises dans les mois à venir. Voici les 10 tendances de la transformation numérique à suivre en 2018.

1. Analytics

Qu’importe l’origine des données, les entreprises veulent pouvoir analyser, quantifier les paramètres vitaux de leurs activités. Qu’il s’agisse d’optimiser les performances d’une usine de fabrication, d’accélérer les étapes de la logistique ou de suivre jour par jour les ventes d’un produit, de réaliser de nombreux reportings financiers, l’analytics à son rôle à jouer dans toutes les divisions des entreprises.

SAP, Microsoft, Qlik, SAS, Google, Teradata, IBM et bien d’autres ne s’y trompent, c’est bien là que les grands groupes ont investi en premier. En 2018, la notion de transformation numérique implique de diffuser ces outils issus des plateformes analytics et de démocratiser leurs usages auprès de l’ensemble des collaborateurs. Cette tendance devient essentielle à l’heure de la production massive de données.

2. IoT : un moteur de la transformation numérique

Bien évidemment, l’Internet des Objets à son rôle à jouer dans la transformation numérique en 2018. C’est justement parce que les entreprises veulent quantifier et analyser leur production que l’IoT s’impose comme une tendance incontournable de ces deux dernières années. Gartner estimait en 2017 que 8,4 milliards d’objets sont connectés à travers le monde, soit 30 % de plus que l’année précédente. C’est leur capacité à créer des données là où il n’y en a pas, à faciliter le relevé des informations importantes dans des endroits difficiles d’accès pour les humains qui poussent les industries de tous types à adopter les objets connectés.

Ce marché entré dans une phase de maturation s’adresse davantage aux professionnels issus de différents verticaux (BTP, énergies, industrie, santé, etc) qu’aux amateurs de gadgets. Le visage de l’IoT change et s’inscrit ainsi dans une transformation numérique globalisante. Les capteurs, les protocoles, les réseaux (LoRa, Sigfox, 4G et bientôt 5G) sont pensés en logique de standardisation afin de faciliter leur démocratisation au sein des entreprises.

3. Machine Learning – Proto IA

machine learning transformation numérique

Alors que beaucoup pensaient qu’avec le machine learning et des technologies comme la reconnaissance d’images ou vocales nous avions atteint un stade avancé de l’Intelligence Artificielle, selon certains spécialistes il n’en ai rien. Les machines ne sont pas réellement intelligentes, malheureusement. C’est pourquoi il semble plus logique d’évoquer l’existence d’une proto IA.

En revanche, grâce au machine learning et aux différentes formes d’apprentissage automatique les industries sont capables de gagner en efficacité. Identifications d’erreurs de fabrication, de montage par le biais d’une caméra, détections de problèmes par analyse acoustique, prédictions de panne, évitements d’obstacles, etc. Les possibilités sont déjà nombreuses. Même sous cette forme, l’IA motive grandement les adeptes de la transformation numérique qui y voient un moyen puissant de réaliser des économies et optimiser leurs activités.

4. Blockchain

Ce buzzword séduit les grands précepteurs de la transformation numérique. Souvent associée aux cryptomonnaies, on oublie le cœur de la technologie Blockchain : la transmission distribuée d’informations chiffrées et leur validation sans organe de contrôle centralisé. Cela permet non seulement de valider une transaction financière, mais aussi de réaliser la traçabilité d’un produit au sein d’une chaîne de production et de distribution, de valider des contrats entre différents signataires, d’assurer le partage d’informations critiques entre les multiples forces d’intervention dans une ville ou sur un terrain de guerre.

Rappelons qu’il s’agit là que quelques-unes des possibilités permises par la Blockchain. Dans un contexte de transformation numérique, les entreprises et les autorités étudient l’avantage de cette technologie. L’année 2018 est celle des proof of concept, des démonstrations, des expérimentations et des premières solutions commercialisées. L’adoption à large échelle demandera sûrement des efforts supplémentaires au cours des années à venir.

5. Sécurité

Ajouter des équipements IoT au sein d’une infrastructure existante n’est pas anodin. Malgré toutes les bonnes volontés du monde, recueillir des données, puis les analyser demande un bon niveau de sécurisation. Les piratages de masse d’objets connectés ont convaincu les acteurs du secteur à renforcer la sécurité de leurs plateformes technologiques. L’application prochaine du GDPR par l’Union européenne, les a en majorité convaincus de le faire et de rendre transparent la manière dont les données personnelles sont stockées, traitées et analysées.

Il s’agit de protéger les clients et les données sensibles des entreprises afin d’assurer un niveau de confiance élevé. Les autorités françaises et européennes espèrent influencer cette prise de conscience chez ceux qui ne seraient pas encore convaincus. Guillaume Poupard, directeur général de l’ANSSI écrivait en 2017 : “ la transformation numérique ne se fera pas sans confiance.”

6. Développement, prototypage et déploiement rapide

transformation numérique cabinet etudes

Comme il ya, les entreprises vont imaginer des solutions, les développer et tenter de les déployer rapidement. C’est tout le jeu au de cette transformation numérique. Il s’agit d’utiliser les plateformes technologiques matérielles et logicielles, de les expérimenter et de comprendre rapidement si elles sont essentielles au lancement d’un essai grandeur nature, puis d’un déploiement à large échelle. Facile à décrire, ces étapes sont pourtant problématiques pour plus d’une entreprise. En 2018, ce ne sont plus seulement les acteurs technologiques qui cherchent à déployer des prototypes IoT. Les cabinets d’études hardware ont leur rôle à jouer auprès de startups, de PME et des TPI. Les grandes entreprises n’hésitent pas à monter des cellules internes afin de fluidifier les interactions entre les différentes équipes.

7. Écosystème de partenaires et business model as a service

La transformation numérique n’induit pas seulement la mise en place de nouveaux outils et de nouveaux processus de sécurisation. Avec l’émergence de l’IoT et la croissance du Cloud, les entreprises revoient petit à petit leurs modèles économiques pour passer de la vente de produits ou de licences à la location, au modèle as a service. Ainsi, un acteur comme General Electric ne vend plus forcément ses moteurs d’avion, mais les heures de vol associées. Hitachi loue 65 locomotives connectées à Virgin en assurant la maintenance à distance. Les fabricants d’objets s’inspirent des éditeurs de logiciels afin de proposer des services.

Cependant, il faut pouvoir disposer d’un écosystème complet afin de favoriser la compatibilité des solutions présentes sur le marché du numérique. Pour cela, certains acteurs notamment dans le secteur de l’IoT mettent au point des écosystèmes de partenariats afin de proposer des offres continues à leurs clients. Il s’agit de fluidifier les expériences tout en tirant des revenus récurrents. La transformation numérique passe aussi par une forme de collaboration. Certains osent maintenant dire “nous ne pouvons pas faire tout seuls”.

8. Stratégie(s) à l’ère de la transformation numérique

transformation numerique strategie

Dans un contexte de transformation numérique, le choix de changement de modèle économique n’est pas une évidence. La plupart des acteurs installés depuis de nombreuses années qui ont sauté le pas ont d’abord ressenti un manque à gagner pendant un à deux ans. Cela fait partie des choix stratégiques à pas précipiter. Il convient de trouver l’équilibre entre rentabilité pour l’entreprise et apport de valeurs ajoutées pour le client. De même, les choix techniques, d’une plateforme ouverte ou fermée, des technologies supportées, des services proposés, de la formation des équipes au possible nouveau modèle mis en place sont autant de décisions à prendre afin d’intégrer des outils plus modernes et d’assurer une efficacité de la stratégie de transformation numérique sur le long terme.

9. Culture en entreprise

La transformation numérique peut induire de profonds changement du fonctionnement interne. Modifier son modèle économique implique de former les commerciaux aux nouvelles offres. Si l’entreprise adopte des outils et des systèmes connectés, elle se doit d’impliquer ses ingénieurs, ses techniciens et ses opérateurs dans la transformation en cours. Cela peut passer par une restructuration des équipes, un rapprochement des différents en adoptant les bonnes approches des méthodes Agile tout en écoutant les griefs ou les remarques des personnes résistantes à ce changement. Oui, la transformation numérique passe aussi par la négociation.

10. Clientèle

Changer de modèle dans une ère d’évolutions technologiques fortes peut également perturber les clients historiques. Il faut à la fois communiquer les bienfaits du nouveau modèle et faciliter l’expérience des clients dans la mise en place du nouveau modèle. Il faut les impliquer dans l’évolution de l’offre proposée en demandant leur retour, en prenant en compte leurs attentes et leurs souhaits. En découle l’émergence d’une ère de la personnalisation qui se retrouve autant sur le marché BtoC que BtoB.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend